samedi 24 juin
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Equipe de France > Euro en Lituanie : la Parker dépendance peut-elle nous mener en finale (...)

Euro en Lituanie : la Parker dépendance peut-elle nous mener en finale ?

dimanche 4 septembre 2011, par patnba

Tony Parker meilleur marqueur de l’Euro avec 28 points, cela ne lui était encore jamais arrivé. Si l’équipe de France affiche un score parfait au bout de trois journées, elle le doit en grande partie au meneur des Spurs.

Fort d’une condition physique au top du fait de son élimination précoce des play-offs NBA et de deux mois à se reposer, TP éclabousse de sa classe ce début d’Euro. Nowitzki l’a appris à ses dépens lors de l’affrontement au sommet de vendredi France - Allemagne.

Ecoutez plutôt ses performances individuelles après trois rencontres : contre la Lettonie, 31 points ; face à l’Israël, 21 ; et l’Allemagne, 32. Vendredi, après un début de rencontre poussif, il a mené son équipe à la victoire lors d’un troisième quart-temps de feu.

Tony Parker trop seul

Mais est-ce que TP n’est pas l’arbre qui cache la forêt ? Qui peut-on ressortir à ses côtés ? Mickaël Gelabale, malgré une préparation un peu écourtée du fait d’un décès dans sa famille, est et de loin le plus régulier au côté du maître. Il semble même revenu au niveau qui lui avait permis d’être drafté par les Seattle Sonics. Sa signature au Spirou Charleroi (Belgique) est d’ailleurs assortie d’une clause NBA.

Après lui, Nicolas Batum est capable du meilleur comme du pire. Capable de flamber à trois points ou en contre-attaques comme de perdre des ballons ou d’être distrait en défense. Boris Diaw fait du Diaw : présent un peu partout mais rarement décisif. Et toujours aussi peu enclin à prendre sa chance au tir, même s’il est seul. Joakim Noah apporte sa hargne au rebond et en défense, mais est trop limité en attaque pour apporter plus de dix points. On l’a vu complètement perdu face à l’Allemagne, ratant plusieurs shoots faciles en première mi-temps. Il est un fait que l’attaque de Chicago n’est pas axée autour de lui, très dépendante de Derrick Rose.

Kevin Séraphin semble lui aussi un peu juste à ce niveau ; il ne peut apporter qu’une petite rotation au relais de Noah. Ali Traoré semble lui être un bon second choix à l’intérieur. Pas défensif pour un sou, mais sa patte gauche peut faire des ravages ; on l’a vu en fin de match face aux Teutons. Le reste de l’effectif n’est pas au niveau de ceux précités. Même Florent Pietrus, apparu sous un mauvais jour lors des deux premiers matches. Quand on est rôle player en championnat, on ne peut espérer prétendre à un rôle majeur en équipe de France. Il est cependant apparu en progrès face à l’Allemagne.

Après cette revue d’effectif, on peut se poser une question : Tony Parker tiendra-t-il longtemps l’équipe de France à bout de bras ? Il reste encore deux matches de poule (Italie dimanche et Serbie lundi) et puis il faudra croiser avec une poule difficile. Les Bleus ont encore une petite chance d’aller aux JO de Londres, mais il faudra jouer serré. Il faudra surtout que les coéquipiers de TP haussent leur niveau de jeu. Mais en sont-ils capables ?