dimanche 19 novembre
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Equipe de France > Euro : écueil évité face à la Grèce, voilà la Russie en demi

Euro : écueil évité face à la Grèce, voilà la Russie en demi

vendredi 16 septembre 2011, par patnba

Ils l’attendaient cette rencontre face aux Hellènes. Peut-être l’attendaient-ils trop car ils ont raté leur début de match, nos Bleus. Et ils nous ont fait trembler jusqu’au début du quatrième quart-temps où ils ont enfin pris leurs distances.

Les craintes sur les délais trop longs entre les derniers matches de poule et ce quart de finale étaient bien fondées. Les Bleus ont eu un mal fou à rentrer dans le match. Peu mobiles en défense comme en attaque, ils pensaient se reposer sur le talent de TP. Mais ce dernier n’y était pas lui non plus en terme d’adresse. Joakim Noah prenait bien sa chance en attaque, mais lui aussi voyait ses tirs rater la cible. Les Grecs, de leur côté, jouaient à un rythme d’escargot, connaissant la propension des Français à déployer des contre-attaques meurtrières avec surtout son lévrier Nicolas Batum. Si les Grecs faisaient parfois un écart au score, les Bleus avaient un mal fou à rester au contact, plombés par une adresse en berne.

Nando de Colo remet ça

Comme souvent à chaque match, un joueur savait se mettre en évidence pour remettre les Bleus sur les rails. Nando de Colo fut l’homme providentiel : il trouvait l’ouverture plusieurs fois à deux et à trois points et maintenait ses coéquipiers la tête hors de l’eau. La pause survenait avec un avantage grec (27-31). Le troisième quart déroulait le même scénario et on commençait à s’interroger sur le syndrome du match couperet des quarts après de bonnes poules préliminaires. Le dernier quart était toujours indécis, mais ce sont les Grecs qui se montraient à leur tour imprécis, aussi bien à distance qu’aux lancers. Et comme Batum, Parker, Florent Pietrus (quel abattage !) et Joakim Noah aux rebonds avaient retrouvé un peu d’allant, la France s’assurait dans les derniers instants une victoire arrachée à la force du poignet (64-56).

Place aux Russes

Ce vendredi à 20 h, se dressera devant nos Bleus la forteresse russe qui, mine de rien, est toujours invaincue. On pourra arguer qu’elle était dans un groupe à priori plus facile. Mais justement, si elle a gagné plus facilement, elle s’est économisée, contrairement à la France qui a dû brûler plus d’énergie dans deux groupes difficiles. D’ailleurs, face aux Serbes (que nous avons battus difficilement), jeudi soir, elle a contrôlé, s’imposant de dix points au final. D’après Collet qui a assisté au match, les Russes disposent d’une équipe grande, athlétique et qui défend très bien. La France va donc devoir affronter son double, avec peut-être des attaquants plus talentueux. Une rude bataille attend donc nos représentants. Espérons qu’ils n’auront pas laissé trop de gomme face aux Grecs et qu’ils nous serviront un match du même tonneau que lors des France - Turquie ou France - Lituanie. Si c’est le cas, l’Espagne nous attend en finale car la Macédoine devrait voir s’arrêter son chemin face aux Gasol brothers normalement.

Le résumé du match :

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Les réactions d’après-match :


Nicolas Batum : "On n’a jamais craqué" par basketfrance


Tony Parker : "Toujours très difficile de battre... par basketfrance


Boris Diaw : "Cet Euro... c’est le mental" par basketfrance


Ali Traoré : "ça fait un bien fou" par basketfrance


Vincent Collet : "Beaucoup de force et de... par basketfrance