mardi 27 juin
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Equipe de France > Mondial ’10 - 1/4 de finale : Teodosic crucifie l’Espagne

Mondial ’10 - 1/4 de finale : Teodosic crucifie l’Espagne

jeudi 9 septembre 2010, par Aurélien Hipp

C’est à se demander à quoi il a servi de jouer 40 minutes. Espagne Serbie, c’est l’histoire d’un match aux chassés croisés incessants qui n’aura trouvé son dénouement que sur la toute dernière possession, complètement prise en charge par Teodosic. 89-89, il reste 25secondes à jouer, la balle est serbe. Teodosic remonte le ballon, dribble, dribble et dribble toujours et déclenche à 8m au dernier moment pour crucifier une équipe espagnole jamais complètement larguée mais qui aura payé le fait d’être constamment derrière.

Serbie bat Espagne 92-89 (27-23, 22-18,18-23, 25-25)

On veut bien croire Nicolas Batum quand il parle de rapporter une médaille faite d’un métal doré de Lituanie l’an prochain. Il faudra cependant (entre autres) se coltiner les serbes auteurs aujourd’hui d’une performance de celles qui font grandir une jeune équipe. On souhaite à nos bleus de pouvoir, comme les hommes d’Ivkovic, dominer l’Espagne dans un match qui compte et planter 15 tirs à 3pts dans les dents de l’adversaire.

Car c’est là que la Serbie a commencé par frapper. Avec Bjelica (2/2), Velickovic (2/3), la Serbie n’a laissé passer aucune occasion de prendre les commandes du match. en sachant systématiquement trouver l’homme en forme, ou s’appuyer sur ses stars (le travail de sape de Krstic et le shoot de Teodosic) quand elle en avait besoin.

A 27/23 à la fin du premier quart, le sentiment que peut-être, l’Espagne est prenable, commence à s’installer. Navarro est déchainé (13pts dans les 10 premières minutes) mais un peu seul. La 2e force de frappe offensive aurait pu prendre les traits de Rudy Fernandez mais celui-ci n’était pas dedans (15pts mais 5 échecs sur 5 shoots ouverts à 3pts). Il s’agira plutôt de Jorge Garbajosa, 4 tirs à 3pts et 1 contre-attaque supersonique (à son échelle). Mais cela reste insuffisant, bien que Fran Vasquez semble plus gêner les intérieurs serbes que Marc Gasol. La Serbie mène de 8pts à la mi-temps (49-41).

Bien que nettement plus intense et agressive au retour des vestiaires, l’Espagne peut difficilement lutter contre une équipe avec une telle précision chirurgicale. Le taux de réussite pour un serbe ouvert est impressionnant, mais à l’aide de l’abattage de Gasol, les ibériques restent dans le match avec un débours de 3pts à l’entame du dernier quart (67-64)

C’était Vélickovic et Bjelica dans le 1er quart temps, ce sera Keselj et Teodosic pour finir. Le premier nommé permettra 2x à son équipe de prendre 8pts d’avance. Navarro (27pts) entretiendra bien l’espoir mais à 3secondes la fin, le missile de Teodosic, 15e du nom pour son équipe est de trop. Les Serbes n’ont même pas besoin de faire faute, Garbajosa se dribblant le ballon de la gagne sur le pied. Mais avec 3 secondes à jouer et 3 pts d’avance, on parierait qu’eux y avaient pensé.