dimanche 21 mai
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Equipe de France > EDF : Les Bleus découpent les Belges

EDF : Les Bleus découpent les Belges

samedi 25 juillet 2009, par Christophe Blandin

Après avoir écrasé les Autrichiens vendredi soir, l’équipe de France privée de Tony Parker a nettement dominé sur le score de 82 à 44 une formation de Belgique qui lui avait pourtant posé bien des soucis lors des qualifications pour l’Euro il y a un an. En s’appuyant sur ses intérieurs dominateurs (19 pts pour Piétrus, 15 pour Pétro et 10 pour Noah) mais également sur un Nicolas Batum impressionnant d’adresse (4 sur 5 à 3 pts), les joueurs de Vincent Collet ont fait la différence sur la longueur en usant les Belges grâce à une importante intensité défensive. Il reste encore malgré tout du travail à produire : les balles perdues à diminuer et l’adresse aux lancers-francs à améliorer notamment.

Dans l’après-midi, on apprenait que la blessure contractée hier lors de la rencontre face à l’Autriche par Tony Parker n’était pas qu’un simple coup à la cuisse gauche mais que la cheville droite avait été également touchée. Même s’il s’agit d’une "entorse bénigne, sans aucun arrachement osseux, ni lésion ligamentaire", le meneur des San Antonio Spurs sera "arrêté quelques jours" et manquera donc la suite du tournoi de Strasbourg avant de reprendre "progressivement l’entraînement dans le courant de la semaine prochaine". Les autres joueurs absents ce soir étaient Mamoutou Diarra et Ali Traoré tout deux légèrement blessés.

Pour débuter la rencontre, Vincent Collet optait pour le même cinq majeur que la veille à l’exception de Nando De Colo appelé à diriger la manœuvre en l’absence de TP. Les Tricolore réalisaient un début de match pour le moins poussif avec notamment de nombreux échecs sur la ligne des lancers-francs (0 sur 4 pour Turiaf puis 0 sur 3 pour Piétrus, 5 sur 14 au total sur ce 1er quart-temps...) comme face à l’Autriche hier et un De Colo pas forcément inspiré à la mène. Les Belges menaient donc les débats avant que la belle agressivité offensive de Florent Piétrus ramène les siens à 8 partout. La sélection d’Outre-Quiévrain restait scotchée à 8 pts pendant de longues minutes subissant un 10-0 grâce notamment à un Nicolas Batum aussi élégant en attaque qu’intraitable en défense à l’image de ses 2 contres. Un lay-up de Loubry mettait fin à la disette belge dans la dernière minute du premier quart-temps qui s’achevait ainsi sur le score de 15 à 10 en faveur des partenaires de Boris Diaw.

Les débats s’équilibraient ensuite, la France conservant son petit pécule grâce notamment à l’entrée en jeu de la nouvelle star française, Joakim Noah, qui apportait de suite une grosse intensité des 2 côtés du terrain et se montrait efficace dans ses mouvements dos au panier. Les Bleus restaient solides en défense parvenant à mieux contenir les Belges durant la 2ème moitié du 2ème quart-temps qui s’en remettaient alors principalement à leurs shooteurs extérieurs. La France, quant à elle, contenait à appuyer à l’intérieur avec un Florent Piétrus incisif et concluait cette 1ère mi-temps sur un panier primé de Boris Diaw, pas forcément à son avantage jusqu’ici. Les joueurs de Vincent Collet rejoignaient ainsi les vestiaires avec un avantage de 12 pts au tableau d’affichage : 34 à 22.

Au retour des vestiaires, les Belges retrouvent de l’adresse derrière la ligne des 6,25 m avec Doum Lauwers (passé par la Pro A) notamment. Mais les Tricolores ne leur offrent aucune chance de retour. Florent Piétrus poursuit sa très belle prestation et est à l’origine d’un 15-0 qui repousse les Belges à 23 longueurs (51-28). Une séquence marquée par une très belle réussite dans les tirs longue distance avec un 4 sur 4 signé Gomis, Piétrus encore et Batum à 2 reprises. L’ailier Guy Muya stoppait la série tricolore mais Batum continuait sur sa lancée avec 2 nouvelles réussites dans les tirs primés. Après 30 minutes de jeu, la France a fait un écart quasi définitif : 58-34.

Le début de l’ultime quart-temps offrait l’occasion à Johan Pétro de briller. L’ancien pivot des Denver Nuggets, sans club à l’heure actuelle, signait 6 pts consécutifs ce qui engendrait un 8-0 tricolore permettant aux coéquipiers de De Colo de s’envoler encore davantage au tableau d’affichage. Pour le plus grand plaisir du public du Rhénus, Joakim Noah faisait son retour sur le parquet. Son association avec Johan Pétro permettait d’asseoir leur domination et d’assurer le spectacle durant ce dernier quart-temps sans grand intérêt. Le buzzer retentissait finalement sur le score de 82 à 44.