vendredi 24 février
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Equipe de France > EDF : L’avis de Jean Galle

EDF : L’avis de Jean Galle

mercredi 26 septembre 2007, par Christophe Blandin

Suite à l’article d’Emmanuel Laurin qui apportait son point de vue quant à l’échec des Bleus lors du dernier championnat d’Europe en Espagne, nous avons reçu de nombreuses réactions qui rejoignaient cette position ou qui, au contraire, s’y opposaient. Parmi celles-ci, il nous a semblé intéressant de vous faire partager la position de Jean Galle. M Galle, qui a été l’entraîneur de l’équipe de France de 1985 à 1988, a ainsi tenu à apporter les précisions suivantes.

Comme de très nombreux français amateurs de basket, je suis déçu des résultats de l’ Equipe de France.

Je suis aussi surpris de l’acharnement médiatique : TV Sport + l’Equipe et certains autres médias.
L’article de votre site me surprend et je tiens à vous donner mon avis, soit vous le mettrez au panier soit vous le ressortirez.

Si votre analyse est assez correcte, j’ai un avis différent sur les causes de notre échec lors de ce dernier championnat d’Europe : (il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain)

- championnat d’Europe 2005 médaille de bronze
- championnat du monde 2006 5 ième

J’essaie de reprendre point par point :

DEFENSE :

Votre jugement est trop restrictif sur les 35 pts en 1 quart temps, il faut élargir sur l’ensemble avant la « cassure » contre la Russie 75 /71 futur vainqueur, avant la défense avait répondu présente avec quelques trous d’air, mais c’était acceptable !
Ne pas oublier qu’une avance de 8 à 10 points à une minute de la fin contre la Russie aurait été normale, si tous avaient fait le métier, bénéficiant en plus du « non match » de Kirilenko, comme quoi cela arrive même aux meilleurs. Ils auraient dans la foulée battu la Lituanie (comme à Belgrade mais avec un score plus serré), pour se retrouver en finale contre l’Espagne dans un match où tout peut se produire, la preuve !

Si je vous lis bien, le fait d’avoir les autres joueurs NBA dans l’équipe aurait donné plus d’assise à notre défense, j’en doute, la défense n’étant plus depuis quelques saisons le souci majeur de cette ligue.

Nous avions déjà dans l’équipe quatre joueurs labellisés NBA (aucune équipe n’en avait autant), en suivant votre optique cela aurait fait sept, je ne suis pas du tout certain que c’eut été la bonne solution.
J’y reviendrai dans la conclusion !

CREATEURS

Je préfère des créateurs meneurs d’homme, malheureusement nous n’avons pas de garçons répondant à ces critères, comme certains de nos adversaires : Papaloukas, Jasikevicius, Lakovic, Nowitzki etc...
Ce qui n’est pas indispensable pour « gagner »le basket étant un sport de duels mais avant tout un sport collectif ne l’oublions pas !

GROUPE HOMOGENE

Tous les acteurs sont unanimes pour déclarer que l’ambiance du groupe était super (même après les dérapages)
Le problème est que une fois sur le terrain il n’y avait plus de liant de solidarité pas de solution et pas de véritable « leader » sur le parquet capable de pousser un coup de gueule et remonter les partenaires. De bons joueurs mais pas de véritable « patron ».

- Comme peuvent l’être les Calderon, Papaloukas, Jasikevicius et quelques autres.

FFBB

Persuadés que le basket c’est « eux » (la majorité des dirigeants importants) ils ne se rendent même pas compte que plus personne a confiance en eux depuis l’après jeux de 2000 (Médaille d’argent), pour les raisons que beaucoup connaissent (certains internationaux ayant eu le courage de le dire, hélas trop peu).

Depuis la prise de pouvoir du clan des arbitres, c’est un climat anti-démocratique qui souffle à l’intérieur de cette fédé !
Critiquer, c’est se condamner au placard, aucune réflexion n’est possible, la communication ne marche que dans un sens, pas vraiment l’idéal pour travailler avec sérénité. En 1992 le nombre de licenciés était aux alentours de 500 000, il est toujours dans les mêmes eaux, pourtant le cap des 800 000 était annoncé pour l’an 2000.

La TV était présente sur le championnat de Pro A et les retransmissions de France 2 ou France 3 permettaient à plusieurs millions d’amateurs de voir les rencontres ! Là aussi le mauvais choix des chaînes privées est très discutable surtout que les droits TV l’ont été pour une bouchée de pain. Merci Messieurs, ils se reconnaîtront. Ce qui a privé les plus démunis de la possibilité de voir les matches de notre championnat de France.

MAILLOT

Dans vos conclusions vous parlez du maillot National, c’est peut-être par-là qu’il faut commencer.
Claude BERGEAUD ayant bien senti l’importance de ce maillot tricolore, a tenté de sensibiliser les joueurs comme le fait le rugby !
Il est important de recentrer le plus possible « le Maillot », être fier de le porter de le respecter de le défendre jusqu’à épuisement, les exemples sont nombreux !

CONCLUSIONS

Le basket a évolué depuis plus de 10 ans et les Américains qui étaient les maîtres du monde ont perdu petit à petit de leur superbe, ils ont été copiés, espionnés et aussi faute de leur « suffisance » culturelle (on est les meilleurs) ont arrêté de travailler dur axant de plus en plus leur basket sur les qualités physiques et le spectacle, en oubliant les fondamentaux !

Dans le Monde (l’Argentine) et l’Europe la France y compris ce fut l’inverse : formation, travail, préparation individuelle et collective, volonté, le tout avec des fondamentaux de plus en plus précis individuels et collectifs.

Résultats : les USA ne gagnent plus ni les jeux ni les championnats du monde. Le niveau de la NBA s’est affaibli à tel point que les finalistes du Final Four Euroligue battraient beaucoup d’équipes NBA (dixit David Cozette et Georges Eddy).
Le niveau de jeu est médiocre, les audiences sont en baisse et le Boss David Stern ouvre les portes à de plus en plus de joueurs d’autres pays afin de maintenir un niveau de spectacle et de sport à un niveau correct !

Sur le championnat d’Europe sur 200 joueurs environ 30 à 40 jouent ou peuvent jouer en NBA, tous n’ont pas ou n’auront pas de rôle majeur comme notre Tony Parker, beaucoup sont ou seront des joueurs de complément.

Pour réussir là bas, il faut avoir un coach qui donne la confiance, les exemples positifs et négatifs sont nombreux. La NBA rejetant purement et simplement des garçons ayant un énorme talent comme ce fut le cas pour Antoine Rigaudeau et bien d’autres Européens, ne rentrant pas dans le moule de ce basket sport/spectacle par excellence.

Pour terminer, il ne me semble pas vraiment que le fait d’avoir dans l’équipe les trois joueurs non retenus aurait modifié quoi que ce soit pour les raisons que je viens d’exposer ci-dessus sur la NBA.
Certains pays présents au championnat d’Europe ont d’ailleurs modifié leur approche de sélection en laissant plusieurs « stars » à la maison , c’est le cas de la Slovénie, de la Turquie, je pense que les Italiens le feront aussi !
Je ne pense pas que le « tout » NBA soit la solution pour notre BASKET, des idées sont à réfléchir et à tenter !

Couper la tête du Coach n’est pas la solution !

Je ne voudrais pas passer sous silence les éternuements du système informatique et du nombre de panne de l’affichage (sauf lorsque les Espagnols jouaient).
Ni du niveau d’incohérence des arbitres rarement atteint dans une compétition internationale.

Jean GALLE