jeudi 25 mai
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Pro A > SDA’09 : L’ASVEL prend un demi

SDA’09 : L’ASVEL prend un demi

vendredi 20 février 2009, par Christophe Blandin

Le duel tant attendu entre 2 des plus grosses écuries françaises, l’ASVEL et le SLUC Nancy, n’aura pas répondu aux attentes légitimes du public avec un niveau de jeu plutôt médiocre et un spectable pas vraiment au rendez-vous. Au final, c’est cependant l’ASVEL qui s’impose logiquement dans ce quart de finale après avoir dominé la rencontre de bout en bout et compté jusqu’à 12 pts d’avance. Les Lorrains auront proposé un jeu trop stéréotypé et manqué d’envie pour véritablement inquiéter les Villeurbannais dominateurs aux rebonds. En demi-finale, l’ASVEL affrontera donc Orléans samedi soir dans un choc opposant les 2 leaders de la Pro A.

JPEG - 85.8 ko
Amara Sy et Victor Samnick
Photo : Gaëlle Louis

L’intérieur américain de l’ASVEL, Chevon Troutman, lance les débats de ce second quart de finale de la soirée. Il est vite relayé par Amara Sy qui livre un superbe duel sur les ailes avec le lorrain Ricardo Greer. L’athlétique villeurbannais signe 8 pts dans ce 1er QT alors que le Dominicain, sur lequel s’appuie beaucoup son équipe en ce début de match, score 6 pts. Un seul autre marqueur pour le SLUC en la personne de Victor Samnick, le SLUC a du mal à trouver les bonnes options face à la défense de l’ASVEL. Dominatrice aux rebonds, la Green Team prend logiquement les devants au tableau d’affichage et un panier primé de Samnick permet de limiter la casse pour les Nancéiens au terme du 1er QT (18-13).

Jeff Greer signe un tir extérieur pour marquer son entrée en jeu et débuter ce 2ème QT mais l’ASVEL remet la machine en marche et inflige un 7-0 au SLUC par l’intermédiaire de l’inévitable Sy et d’Ali Traoré précieux offensivement ce qui offre 10 pts d’avance au club villeurbannais (25-15). Une contre-attaque de Cox met fin à la belle série des Verts. La défense lorraine se met en place et provoque les pertes de balle adverse offrant ainsi des possibilités de contre-attaque. Ceci permet aux Lorrains de rester dans le match à quelques longueurs de l’ASVEL malgré l’archi-domination de Troutman et de ses partenaires aux rebonds. Le SLUC signe ainsi un 7-0 pour revenir à 2 pts (28-26) avant que Reynolds ne signe son second panier primé de la soirée. Au repos, l’ASVEL mène de 3 pts (31-28).

Au retour des vestiaires, un panier dans la raquette de Campbell puis une flèche longue distance de Dewar accentuent l’écart en faveur de l’ASVEL (36-28). Le SLUC s’en remet à Ricardo Greer pour rester dans la roue de leur adversaire mais l’activité de Campbell offre 9 pts d’avance aux siens (41-32). La défense villeurbannaise contient parfaitement les offensives lorraines et seul Ricardo Greer trouve la faille. Insuffisant toutefois pour permettre au SLUC de recoller puisque les Lorrains n’inscrivent que 9 petits points dans ce 3ème QT. Côté villeurbannais, les options sont multiples et Bogavac, Troutman ou encore Traoré scorent pour offrir 12 pts d’avance à la formation rhôdanienne après 30 minutes de jeu (49-37).

La dernière période débute sur une réussite de Stephen Brun derrière la ligne des 6,25 m suivie d’un dunk du pivot nigérian Akin Akingbala obligeant Vincent Collet à prendre un temps-mort. Chevon Troutman remet un peu d’ordre dans la maison verte (53-44) mais une faute technique infligée au banc villeurbannais pour contestation offre encore un peu d’espoir aux supporters lorrains (53-47). Le match est haché, le niveau de jeu plutôt faible, chacune des 2 équipes se montrant particulièrement maladroite et la plupart des points venant de lancers-francs. Après de longues minutes sans panier dans le champ, un panier primé de Tchicamboud rapproche les Lorrains à 6 longueurs de l’ASVEL (56-50) et un peu moins de 2 minutes à jouer. A 55 secondes du terme, c’est cette fois-ci Eric Campbell qui soulage les siens avec un tir primé déclenché dans le corner (59-51). Ricardo Greer arrache un rebond offensif puis inscrit 2 pts pour réduire l’écart mais JR Reynolds assure le lay-up sur la possession suivante. L’ASVEL peut tranquillement gérer la fin de match et l’emporte logiquement sur le score de 62 à 55 au terme d’une affiche qui n’aura pas tenu ses promesses.