vendredi 23 juin
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Pro A > Pro A - 8e journée : Les bonnes affaires du Mans, du BCM, de Roanne et de (...)

Pro A - 8e journée : Les bonnes affaires du Mans, du BCM, de Roanne et de Nancy

dimanche 22 novembre 2009, par Fabien Mougeot

En attendant le dernier match de la journée (PLB-Vichy), qui aura lieu mardi, la 8e journée de Pro A a favorisé les gros en priorité.

Dans le premier match de la journée, le SLUC Nancy recevait l’ASVEL, toujours aussi mal en point. Les Lorrains ne se sont pas privés d’enfoncer encore davantage le dernier champion, avec une victoire 78-68 acquise en seconde période. Sur les ailes d’un Ricardo Greer toujours en mode MVP (21 pts à 7/10, 11 rbds, 6 pds, 3 ints, 7 bps pour 28 d’évaluation), d’un Akingbala toujours dominateur sous les panneaux (18 pts à 8/10, 9 rbds) et d’un Cox décisif dans le money time (11 pts en 13’), le SLUC n’a pas pâti de deux stats désastreuses : les balles perdues (26 !) et les lancers francs (12/27 !). Il faut dire que côté ASVEL, l’effroyable 2/23 à 3pts et le déficit abyssal aux rebonds (15 contre 34 !) ont largement compensé les faiblesses du SLUC. Traoré (15 pts à 5/7, 2 rbds) et Dixon (13 pts, 3 rbds, 4 pds, 3 ints) auront été les meilleurs asvéliens.

Vendredi soir eut lieu également un match de voisins entre le promu poitevin et le leader manceau. Le MSB prit rapidement l’avantage (13-24, 36-49 puis 57-65), avant de se faire une belle frayeur en fin de match, finalement remporté 79-81. Pape Badiane hors du coup (4 pts, 4 rbds), c’est Kenny Younger qui s’est illustré en sortie de banc avec 20 pts, 5 rbds, 4 pds, 2 ints (26 d’évaluation). Côté manceau, cinq joueurs à 13 d’évaluation et plus, avec notamment Batista (16 pts à 7/9, 6 rbds, 2 ctres) ou Wright (13 pts à 6/10, 5 rbds, 9 pds). Voilà les Manceaux seuls leaders.

Car dans le même temps, dans le match au sommet de cette 8e journée, le BCM est parvenu à vaincre le Cholet Basket. Dans un match de série (19-24 à la 10’, puis 44-30 à la mi-temps ; 61-48 à la 30’, mais 79-75 score final), le BCM s’est appuyé sur son shoot extérieur (7/15 à 3 pts) et sur son excellente tenue de balle (11 bps seulement) face à la défense choletaise. Akpomedah (20 pts à 6/10, 5 rbds, 2 ctres) a montré la voie. Cholet a pourtant tout écrasé aux rebonds (45 à 26), porté par un Randal Falker en mode Dennis Rodman (16 pts à 6/14, 20 rbds, 28 d’évaluation), bien aidé par Robinson (21 pts à 10/18, 10 rbds, 2 ctres, 22 d’évaluation). Mais la maladresse extérieure (3/16) aura ruiné les espoirs choletais.

Les records de points (105) et d’évaluation (131) avaient été réalisés lors de la 6e journée, par une SIG en furie devant son public du Rhénus. Ces deux records sont à nouveau tombés au Rhénus, mais sont l’œuvre du HTV, qui a atomisé la SIG (74-110 !), au prix d’une évaluation collective de 146. Porté par les shoots de Derrick Obasohan, qui s’est rappelé aux bons souvenirs du public alsacien (31 pts à 12/19, 29 d’évaluation), par un Sene plus offensif (19 pts à 7/11, 10 rbds, 3 ctres, 28 d’évaluation), par la polyvalence de Terrell (17 pts à 7/9, 8 rbds, 4 pds, 25 d’évaluation), les Varois, dominateurs dans tous les secteurs (37 rbds à 21, 11 bps à 17, 60.9 % de réussite à 43.3 %), ont donc vécu une soirée très tranquille. A Strasbourg, le meilleur élément est le 9e joueur, Elson Mendy (12 pts à 100 %, 3 rbds, 2 ints), ce qui en dit long sur la performance collective !

La SIG est rejointe à deux victoires par Chalon, qui a corrigé Rouen (90-69). Un match tranquille pour les hommes de Gregor Beugnot, qui se sont appuyés sur la polyvalence de Blake Schilb (15 pts à 6/10, 5 rbds, 9 pds, 23 d’évaluation), sur la puissance de Tillman à l’intérieur (19 pts à 6/10, 5 rbds, 20 d’évaluation) et sur la clairvoyance de Neitzel (19 pts à 6/12, 6 pds, 0 bp, 21 d’évaluation). L’excellente tenue de balle (26 pds pour 7 bps) et l’adresse extérieure (13/29 à 3 pts) expliquent également cette large victoire. A Rouen, l’arrivée de Chatfield n’a rien changé (2 d’évaluation en 28’). Jackson s’est illustré à l’arrière (20 pts à 6/12, 11 rbds, 3 pds, 28 d’évaluation) et Williams à l’intérieur (12 pts, 10 rbds, 5 pds, 19 d’évaluation).

Les déboires orléanais se perpétuent, malgré l’absence d’Euroligue cette semaine. En effet, l’Entente a été dominée à domicile par le STB (64-73). Ryvon Coville aura été le seul orléanais dominateur avec 21 pts à 8/14, 10 rbds, 2 pds (22 d’évaluation). L’adresse à nouveau catastrophique à longue distance (2/17) aura ruiné les espoirs orléanais. Inversement, les Havrais auront été diaboliques à longue distance (11/26). Les US ont porté l’équipe (Blankson à 17 pts, 7 rbds ; Miller à 16 pts, 3 rbds ; Taylor à 15 pts, 5 pds).

Enfin, dernier match au sommet, la JDA, corrigée cette semaine en Coupe de France par le BC Souffelweyersheim, devait réagir face aux terreurs du championnat, la Chorale de Roanne, qui avait déjà défait les deux équipes d’Euroligue (ASVEL, Orléans) et les deux leaders (Cholet, MSB). Inexistante en défense en première période, la Chorale réussit l’exploit de n’être qu’à huit points à la pause. Dès qu’elle mit en place sa défense, l’équipe de Jean-Denys Choulet fit la différence et l’emporta sur le fil (83-85). Les locaux se sont longtemps appuyés sur Nick Fazekas (24 pts à 11/15, 9 rbds, 2 pds, 31 d’évaluation), qui a compensé le match difficile de Marshall (4 pts à 2/7), handicapé par les fautes (4’ de temps de jeu en première période). A Roanne, Uche a été énorme (19 pts à 8/11, 10 rbds, 4 pds, 28 d’évaluation), de même que le nouveau venu Williams (17 pts à 6/9, 7 rbds, 21 d’évaluation) et Mims, maladroit mais décisif (23 pts à 6/17, 4 rbds, 14 d’évaluation).

Au classement, le MSB est désormais seul leader avec un bilan de sept victoires pour une défaite. Quatre équipes se partagent la deuxième place, avec deux défaites (Nancy, Roanne, Gravelines, Cholet). Hyères-Toulon (trois défaites) est en embuscade. Rouen est enfoncé à la dernière place (zéro victoire).Vichy (deux victoires mais un match de moins) aura l’occasion de distancer ses riches compagnons d’infortune (ASVEL, Chalon, SIG). Orléans est à peine mieux loti (trois victoires).