dimanche 26 février
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Pro A > Preview 2012-2013 : Orléans

Preview 2012-2013 : Orléans

samedi 22 septembre 2012, par Aurélien Hipp

La saison dernière

Orléans fait partie de ces équipes que l’on a souvent du mal à classer, la faute à un effectif qui oscille entre intéressant et curieux. Fort du retour d’un Cedrick Banks en perte de vitesse à Limoges mais relancé dans le Loiret, de la présence d’un fidèle en la personne d’Amara Sy, d’un duo de meneurs JFL Sangaré-Pellin, ou encore de Maleye N’Doye toujours aussi sobre et efficace, Orléans finit 3e de la saison régulière, une performance en forme d’agréable surprise. On le sait, le projet de jeu de Philippe Hervé n’est pas facile à assimiler et les joueurs ont besoin de temps comme de patience pour digérer les colères du coach. Mais quand ça marche, coach Hervé propose l’un des baskets les plus sophistiqués de la division, de quoi compenser largement lorsqu’on n’est pas le plus fort sur le papier. Défait 9 fois dont seulement 3 sur son parquet, l’OLB a tremblé au premier tour des playoffs face à Paris mais finira par passer en 2 manches. On se souvient de la série suivante contre Chalon, gagnée au buzzer par Blake Schilb. La frustration des joueurs Orléans vis-à-vis du scénario et de l’arbitrage ce jour-là est encore bien présente, ne serait-ce que via la célèbre « affaire des tweets ». 3e, sorti de justesse par le futur champion, Orléans a probablement des regrets mais sort d’une saison réussie.

Le recrutement

Et pourtant, on va changer une équipe qui gagnait. A l’instar de Roanne, ou Gravelines, 2 équipes aux fortunes diverses la saison dernière, Philippe Hervé et Orléans ont décidé (ou ont été obligés ?) de tout changer. De la saison 2011/2012, il ne reste que Maël Lebrun, Brian Greene et Marc-Antoine Pellin. Et encore, ce dernier avait évoqué de légères velléités de départ lors de l’intersaison ! Pellin sera donc le meneur titulaire du club cette année encore, épaulé par Antoine Eito, énorme en playoffs en qualité de pigiste avec Le Mans, après une saison cauchemardesque avec Vichy en Pro B.

Le départ le plus difficile à combler sera sans conteste celui de Cedrick Banks, électron libre du système Hervé, irrégulier mais doté d’un bras et d’un talent énormes, parti… Son remplaçant se nomme Jahmar Young (que l’on espère plus fort que son compatriote Jamar Smith, passé récemment par le club). Young (1m96, 25ans) arrive de Lettonie (14,2 pts, 42% à 3pts à Ventspils) et aura notamment passé 25 pts à Roanne en Eurochallenge. Plus grand que Banks, on peine à l’imaginer aussi fort cependant.

En ce qui concerne les autres JFL, on suivra la saison de Brian Greene, qui paraissait usé en début de saison dernière avant de reprendre du poil de la bête avec le retour des beaux jours. Dans la raquette, il sera épaulé par 2 compatriotes, son quasi homonyme Caleb (Green) et Bambale Osby. Le recrutement d’Osby fait penser à celui de David Monds la saison dernière, le club osant recruter un joueur relativement dominant de la saison dernière. Le nouveau pivot US de l’OLB (2m03, 29 ans) valait 15 pts 9,5 rebs et 1,5 ct en même pas 30 min dans une équipe qui aura atteint les playoffs en Pro B (Aix-Maurienne). En ce qui concerne Green (sans e, donc Caleb), là aussi le CV est intéressant. Habitué du circuit européen (Belgique, Allemagne), ce poste 4 plutôt fuyant (37% à 3pts) valait environ 10pts 5rebds en Euroligue avec Charleroi. la saison passée. Pour la rotation de tout ce petit monde (surtout sur le poste 5), Orléans a fait venir Fernando Raposo, né à Stuttgart mais français depuis 2008, auteur d’une bonne saison à Boulogne-sur-Mer en Pro B (10,8 pts 7 rbs en 27 min).

JPEG - 24.4 ko
Caleb Green

Reste le cas de Dwayne Broyles. Là aussi, Philippe Hervé et son staff n’auront pas été bien loin pour faire leurs courses puisque le joueur vient lui aussi de…Charleroi (12 pts 3 rbs en championnat). Expérimenté (30 ans), l’ailier US est en Europe depuis 2004 et en Belgique depuis 4 ans. Blessé longue durée (tendon rotulien, 2 mois), il est remplacé par Ryan Ayers, a priori au profil plus shooteur, qui assurait 11 pts par match à Boulazac en Pro B.

La question

Il est alléchant, cet effectif orléanais, mais construit différemment de son prédécesseur. Exit les individualités au dessus du lot (Banks, Sy), et bienvenue à un effectif plus long, plus étoffé, mais plus homogène. Philippe Hervé aura-t-il la patience de tout recommencer de presque zéro avec 4 nouveaux étrangers ? Il a choisi globalement des joueurs expérimentés (même si l’adaptation de Young à un niveau plus relevé sera à surveiller), certains ayant connu l’Euroligue. Avec une préparation perturbée (blessures d’Eito et de Broyles) et la méthode Hervé à ingurgiter, Orléans sera-t-il prêt tout de suite ? La saison 2012/2013 démarre sur le terrain de l’ambitieux PL.

Objectifs, perspectives de la saison

Si ce millésime 2012/2013 affiche un niveau collectif aussi intéressant que la saison dernière, il pourrait aller loin, pourquoi pas. Avec Orléans, on l’a dit, il est souvent compliqué de faire des prévisions précises. Le club aurait pu être champion l’an passé, à 1 minute près en playoffs. Mais il a également déçu malgré de gros moyens dans le passé. Comme bien d’autres équipes, on imagine mal l’OLB viser moins que les playoffs. Ensuite, c’est tellement serré… Allez, on se mouille. Ce sera une place entre 5 et 8 pour cet effectif.