dimanche 25 juin
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Nationale 2 & 3 > N2 Poule D - 7ème journée : Kaysersberg et l’effet Nesmith

N2 Poule D - 7ème journée : Kaysersberg et l’effet Nesmith

lundi 27 octobre 2008, par Niko

Avant l’arrivée de Troy Nesmith, les Alsaciens étaient au plus mal. Depuis, deux matchs et deux victoires face à Ormes puis maintenant à Recy. L’occasion pour les Alsaciens de prendre une 8e place et de respirer.
L’autre fait marquant c’est la ballade de Denain qui se rattrape après son match raté contre Recy, Le Mée a bu la tasse, -38, il faisait très froid ce week-end end dans le Nord ! Ormes se place à la seconde position en disposant de Vanves tandis qu’Autun se replace à la quatrième position en battant Charenton en Ile de France.
A noter que contrairement aux dernières journées, deux victoires à l’extérieur sont à noter pour cette septième journée.
Dans les autres rencontres, les Alsaciens ont fait la loi à domicile. Gries a fait boire la tasse à Orchies tandis que Souffel remportait la victoire face à Mirecourt.

— -

RESULTATS

Souffelweyersheim BC - EB Mirecourt 76 - 63
SC Charenton SM - CS Autun 72 - 83
Recy St Martin - AS Kaysersberg-A. BCA 61 - 78
ASC Denain PDH - Le Mée Sports MVS 98 - 60
BC Gries Oberhoffen - BC Orchies 83 - 65
ES Ormes - Stade de Vanves 78 - 62

— -

CLASSEMENTS

1 ASC Denain PDH 6 - 0
2 ES Ormes 5 - 2
3 Gravelines GF BCM2 4 - 2
4 CS Autun 4 - 2
5 BC Gries-Oberhoffen 4 - 3
6 BC Orchies 4 - 3
7 Souffelweyersheim BC 4 - 3
8 AS Kaysersberg-A. BCA 3 - 3
9 Stade de Vanves 3 - 4
10 SC Charenton SM 2 - 5
11 Éveil de Recy St Martin 1 - 5
12 EB Mirecourt 1 - 5
13 Le Mée Sports MVS 1 - 5

— -

BC Souffelweyersheim - EB Mirecourt : 73-63 (16-11, 14-24, 22-16 et 24-12)

D’après le DNA "Dominateurs collectivement, très agressifs défensivement, les Bas-Rhinois musellent parfaitement Mdivani dans la peinture et Chauvin, l’arrière mirecurtien reconverti meneur pour l’occasion." Mais ca ne va pas durer et "Pertes de balle, mauvais choix offensifs et tirs ouverts manqués (0/6 à 3 pts) en tout genre se succèdent, et c’est toute l’équipe du BCS qui boit la tasse. À cheval sur la fin du premier et le début du deuxième quart temps, les Vosgiens ne se font pas prier d’en profiter et signent un sévère 3-15 (16-19 à la 15e). Impérial (3/3 à 3 pts en 3 minutes) mais bien trop seul, Jérémy Tschamber, le meneur du BCS, maintient presque à lui tout seul son équipe à flot tandis que Mirecourt continue de pousser dans le sillage de Chauvin, Martin et Bregards (30-35 à la mi-temps)."
Après la pause "Bien emmenés par Nkembe, Broliron et Camara avec toujours un excellent Tschamber à la baguette, les Souffelois reprennent les reines de la partie (44-39 à la 24e). Mirecourt est envoyé dans les cordes, mais résiste courageusement, à l’image de Mdivani et Bergards. Les Vosgiens refusent d’abdiquer et rendent coup pour coup dans un âpre combat (52-51 à la 30e). Poussé par son public, le BCS entame idéalement le money-time sous l’impulsion d’un Nkembe, combatif à souhait, et du capitaine Kancel, maintenant les visiteurs à une distance appréciable (68-59 à la 36e). Les derniers efforts mirecurtiens d’Antoine et Chauvin n’y changeront rien, les Alsaciens gèrent sereinement la fin de match, avec sérieux, grâce à un esprit combatif de tous les instants, pour finalement s’imposer sur le plus gros écart de la partie, 76-63."

BCS : Nkembe 16, Broliron 8, Tschamber 17, Kancel 12, Traineau 9, puis Camara 10, Velten, Kayser 3, Otto, Grob 1

EBM : Gigant 10, Begards 13, Chauvin 8, Mdivani 8, Babin, puis Schumacher, Martin 9, Antoine 12, Monsoreau 3.

— -

SC Charenton SM - CS Autun : 72-83 (19-36, 10-21, 23-9 et 20-17)

Tout a été réglé rapidement du coté de Charenton. On commence par se dire qu’Autun devrait jouer tout ses matchs en Ile-de-France car après la démonstration faite à Vanves, la première mi-temps de Bourguignons a tout simplement été bluffante de perfection. En face, les locaux en sortent groggys et conscients de la montagne à affronter. 19-36 au bout de 10 minutes puis 29-57 à la pause. Endormis sur leurs lauriers, les autunois vont souffrir en deuxième mi-temps mais jamais suffisamment pour prendre peur. Pourtant, après un troisième quart énorme des val de marnais le match est relancé et Charenton va réussir à revenir sous la barre des 10 points. Mais ils sont partis de trop loin et pourront finalement maudire d’avoir trop regarder les visiteurs au cours de la première mi-temps. Il faut dire que Charenton et son secteur intérieur atypique a souffert face à la prestation de Kresta et à un degré moindre d’Orr.

SCCSM : Queré 10, Brunet 3, Mbida 14, Kindoki 15, Mahboub 11, puis Kessely 10, Reverchon 2, Carré 7.

CSA : Pochon 9, Kresta 29, Bijelovic 8, Orr 16, Radnic 11, puis Eleka 4, Perret 2, Porcher 4, Prolhac

— -

Recy St Martin - AS Kaysersberg-A. BCA : 61 - 78 (22-20, 20-14, 8-20 et 11-24)

A la mi-temps, les locaux pensaient avoir pris la mesure d’une équipe alsacienne légèrement prévisible en attaque, concentrant ses offensives par ses lignes extérieures et ne profitant pas d’un secteur intérieur qui pourrait se montrer efficace. Le duo Girardot-Pastres domine les débats au cours d’un match très importants pour les recyots. La pression tout terrain exercée par les locaux enrayent le jeu des visiteurs. Cette quatrième réception en six journées doit accoucher d’une victoire sous peine de devoir gérer un calendrier nettement plus délicat pour la suite, 42-34 à la pause.
Le réveil de la recrue alsacienne, Troy Nesmith conjugué à la défense de Koenig et consorts va donner un autre ton à la partie. Les joueurs du KABCA passent même devant en fin de troisième quart-temps. C’est le tournant du match. L’ambiance coté Recy est invivable et l’on sent que la machine est déréglée. Invernizzi et Beyl en relais profitent des largesses de la défense locale et pillonent Recy. Désarmés, les locaux vont inscrire 19pts en 20 minutes ! La meilleure défense de Nationale 3 la saison dernière a retrouvé sa combativité et broie les offensives adverses. Une victoire très importante pour Nesmith et les siens qui leur permet de s’éloigner un petit peu de la zone rouge avant de recevoir deux fois de suite.

ERSM : Picardo 10, Girardot 12, Pastres 12, Pichot, Masala 10, Millero 7, Sow 8 et Thomas 2.

KABCA : O. Poisson 8, Dabrowski 5, Freyburger , Koenig 6, Nesmith 25, Kuntz 4, Invernizzi 10, Riff 8, Vesper 2, Beyl 10.

— -

ASC Denain PDH - Le Mée Sports MVS : 98-60 (27-12, 28-11, 23-16 et 20-21)

L’incontournable Robert Place ayant parfaitement résumé la rencontre dans La Voix des Sports de La Voix du Nord que je vous laisse lire son constat : "le tandem Ayivi-Belkessa mettait rapidement Denain sur orbite face à un adversaire déjà surclassé : 13-2 (4e). Vitesse d’exécution, défense de fer, Voltaire jouait sur ses valeurs et en leader : 22-10 (8e), 27-12 (10e). Les joueurs de Seine-et-Marne tentaient bien de recoller en tirant en première intention, mais l’adresse n’était pas au rendez-vous et, comme ils étaient archi dominés au rebond, les secondes chances étaient bien rares : 31-16 (13e). Morand apportait sa lucidité et son efficacité et les locaux étaient toujours sur les bases d’un succès facile : 40-18 (15e). Au repos, la punition commençait à être sévère (55-23).

Avec une telle avance, Denain perdait un peu de sérieux, mais pas pour longtemps car Belkessa relançait la mécanique pour le plus grand plaisir du public : 70-26 (25e). Ce n’était pas sur un boulevard mais sur une autoroute, celle du bonheur, que voyageaient les locaux. Et, pourtant, Le Mée ne baissait pas les bras et jouait à fond les rares occasions qui se présentaient, mais le leader était intransigeant : 78-39 (30e). Dix minutes pour continuer à se faire plaisir, à se faire respecter, mais surtout à enfin produire du jeu durant 40 minutes. Pour cela, Laurent Trachman demandait sans cesse à ses hommes de rester concentrés. Les consignes étaient à peu près respectées et Denain s’imposait facilement."

Denain : Gacko 6, Morand 25, Diop 8, Bole 13, Moulin 3, Belkessa 24, Ayivi 15, Hinfray 4.

Le Mée : Basile 2, Aggoun 7, Mansour 5, Traoré 2, Lega 6, Cocol 4, Jacquart 6, Jarny 5, Kane 10 et Nicolas 13.

— -

BC Gries Oberhoffen - BC Orchies : 83 - 65 (29-11, 17-13, 18-19 et 19-22)

Orchies a mordu la poussière en terre alsacienne. Même si Orchies a très bien défendu sur l’ogre Majstorovic, cela n’a pa suffit. Incapable d’endiguer les assauts de Pierrick Lazare, la défense d’Orchies a souffert et à même plié durant un premier quart-temps aux allures de tornade, 29-11 à la clé. Gries avait bien prépare sa fête et ne voulait pas la gâcher sur le terrain. Ils ont démarrés le match tambour battant avec notamment un 6/8 derrière la ligne à trois points. Ils parviendront 30 minutes durant à ne jamais donner d’espoirs aux Nordistes. Smagge bien enfermé, Lazreg absent, Scroffernecher peu en réussite, Monbollet à 3 fautes rapidement et voilà que Barbry est obligé de faire le jeu et de conclure. Sébastien Montagne a beau se démener, rien n’y fait et les alsaciens qui peuvent aussi s’appuyer sur Huttel et Lazarus remporte une victoire méritée. Pour Orchies après la défaite après prolongation au Mée, le week-end de repos va faire du bien avant un troisième déplacement de suite à Ormes. Défaite interdite pour les ambitieux orchesiens dans 15 jours.

BCGO : Majstorovic 16, Schaeffer 4, Huttel 12, Lazarus 15, Lazare 26, Baechtel 5, Villemin, et Bohler 3.

BCO : Barbry 13, Montagne 14, Verbeke 9, Zahui 2, Scroffernecher 1, Monbollet 19, Lazreg, Ridon, Vancaeneghem, et Smagge 5.

— -

ES Ormes - Stade de Vanves : 78-62 (21-22, 9-9, 25-10 et 23-22)

Ormes a reproduit en première mi-temps la triste prestation de Kaysersberg. Maladroit, pas dans le tempo ils vont laisser espérer le Stade de Vanves pendant 20 minutes. Face à la zone adverse, Ormes va progressivement sortir de l’éteignoir et profiter des rebonds de Kabengele pour se remettre dedans. Francisco passe à travers au shoot mais provoque beaucoup de fautes et puis dans le duel des excellents meneurs de N2 que sont Bourgeois et Bonneau, avantage à Bourgeois qui poursuit son excellent début d’exercice. Au final, chaque équipe a eu sa mi-temps mais Ormes était plus armé pour remporter la victoire. Du coté de Vanves, les problèmes d’effectif sont encore là, ce qui les prive d’ambition pour le moment.

ESO : Bourgeois 17, Kabengele 15, Francisco 17, Gueye 9, Ouattara 8, Da silva 2, Schmit 10, Tillay, Ziegler et Maillard.

Vanves : Macalou 17 ,Carlisle 15 ,Bonneau 9, Madengue 9, Seye 8, Burnay 3, Vertus 1.


AGENDA

CS Autun - ES Ormes

Stade de Vanves - E Recy St Martin

Gravelines GF BCM2 - Souffelweyersheim BC

AS Kayersberg-Ammerschwihr BCA - ASC Denain PDH

Le Mée Sports MVS - BC Gries Oberhoffen

EB Mirecourt - SC Charenton SM

— -

MEILLEURS MARQUEURS

1 Ivo KRESTA Autun 21.7pts 6 matchs
2 Bosko MAJSTOROVIC Gries 21pts 7 matchs
3 Michael BOLE Denain 20pts 6 matchs
4 Troy NESMITH Kaysersberg 19.5pts 2 matchs
5 Yasine MAKHOUKH Gravelines 19.3pts 6 matchs
6 Pierrick LAZARE Gries 17.3pts 7 matchs
7 Lorenzo ORR Autun 17.3pts 6 matchs
8 Maxence MOMBOLLET Orchies 16pts 7 matchs
= Steeve BOURGEOIS Ormes 15.8pts 7 matchs
10 Makhan TRAORE Le Mée 15.7pts 6 matchs
11 J-Christophe NIVIERE Autun 15.6pts 5 matchs
12 Michael MASALA Recy 15.5pts 6 matchs
13 Vincent MANDENGUE Vanves 15pts 7 matchs
14 Tom BRUNET Charenton 14.9pts 7 matchs
15 Rudy PICARDO Recy 14.7pts 6 matchs
16 Frederic BROLIRON Souffel 14.6pts 7 matchs
17 Likouli FRANCISCO Ormes 14.6pts 7 matchs
18 Jihad MAHBOUB Charenton 14.4pts 7 matchs
19 Maxime SMAGGE Orchies 14.3pts 7 matchs
20 Insa SOUFOU Gravelines 14.2pts 6 matchs

L’entrée de NESMITH est discutable puisqu’il n’a joué que deux rencontres sur les 7 jouées. J’attendrais la dixième journée pour appliquer le barème des minimas de match (50% de participation minimum). Gageons que sa présence, hors blessure, sera toujours effective après cette dead-line. Du coté des entrées, Likouli FRANCISCO reprend sa place dans ce TOP20 ainsi qu’Insa SOUFOU sans jouer ! Du coté des sorties c’est AGGOUN (Le Mée), MDIVANI (Mirecourt) et KESSELY (Charenton) qui en font les frais.


SOURCES

Les Dernières Nouvelles d’Alsace
Le Forum de Basket Info
La Voix des Sports
Le club d’Ormes
Le Parisien