mercredi 18 janvier
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Pro A > Pro A - Finale : Strasbourg / Nancy : 72-68

Pro A - Finale : Strasbourg / Nancy : 72-68

lundi 13 juin 2005

Dénouement d’une nouvelle formule de play-offs plutôt réussie, la finale du championnat de France de Pro A s’est déroulée dans un POPB comble. Strasbourg a remporté à cette occasion son premier titre de champion de France tandis que Ricardo Greer a été élu MVP.

L’alsace Lorraine à Bercy

Plus d’une heure avant la finale les alentours de Bercy avait des allures de cité nancéienne, fourmillant de supporters tout de rouge vêtus. Dans le POPB, tout est encore calme et les équipes techniques s’activent. La ligue a décidé de programmer la finale de Pro B après celle de Pro A afin que celle-ci soit diffusé sur France 3. Les rouges de Nancy et les blancs de Strasbourg prennent ensuite pris place dans les tribunes du Palais Omnisport, laissant çà et là apparaître quelques jaunes d’Evreux ou bleus de Brest. Plus regroupés et visiblement plus nombreux, les fans du SLUC se sont rapidement sentis à la maison, la mascotte raliant même le parquet après d’âpres négociations avec le service d’ordre.

Avantage Nancy en première mi-temps

Après une présentation des équipes façon NBA, la finale pouvait commencer. D’entrée, les deux équipes tentent de mettre en confiance leurs intérieurs et se rendent coup pour coup. Peu avant la fin du premier quart-temps, Vincent Masingue commet sa deuxième faute et ne parait pas aussi saignant que depuis le début de ces play-offs. Jean-Luc Monschau le sort et Max Zianveni fait son entrée. Il marque par deux fois et permet au SLUC de rester au contact de la SIG à la fin de la première période. Puis Nancy prend progressivement le dessus en s’appuyant sur sa paire McClintock/Zianveni et passe un 20-9 pour ralier la mi-temps avec un avantage de +11.

"Il n’y a pas d’entraînement demain"

Dans les vestiaires, le coach strasbourgeois Eric Girard trouve les mots pour remobiliser ses joueurs : "il n’y a pas d’entraînement demain, c’est le dernier match et derrière il n’y a plus rien. Allez-y, il vous reste 20 minutes pour réaliser ce pourquoi vous avez tellement travaillé".

La SIG renverse la vapeur

Girard fait mouche et à la reprise, les frangins Greer sonnent la charge. Jeff rentrent deux tirs primés et les Strasbourgeois se remotivent. Sous l’impulsion de Ricardo Greer, la SIG revient à -3 grâce à un 10-2. Mais Nancy s’accroche et conserve tout de même un avantage de +5 à la fin de la troisième période. On sent toutefois que le momentum a changé de camp et que le match n’est pas loin de basculer. John McCord marquent cinq points consécutifs pour ramener la SIG à -1. Après un panier de Maxime Zianveni, Afik Nissim marque à trois points et égalise. Zianveni lui répond mais Nissim remet çà par deux fois et propulse la SIG en tête 61-58. Le duel entre les deux arrières israëliens est lancé et Meir Tapiro répond par quatre points consécutifs pour redonner l’avantage au SLUC. Ricardo Greer va alors définitivement faire basculer le match en enchainant deux tirs primés qui donnent trois points d’avance à Strasbourg ... et le titre.

Ricardo MVP

Le banc strasbourgeois exulte et fête son premier titre de champion de France de Pro A. Les Nancéiens, très déçus, rentrent précipitemment au vestiaire et n’en ressortiront que plusieurs minutes plus tard pour recevoir leur médaille. Ricardo Greer est élu MVP du match tandis que le capitaine strasbourgeois Crawford Palmer soulève le trophée. Les supporters nancéiens et strasbourgeois quittent ensuite massivement l’enceinte du POPB laissant Brestois et Ebroïciens en découdrent dans une salle à moitié pleine.

Hommage à Steve Payne

Elu MVP de la finale, Ricardo Greer a cumulé 14 points à 5/10, 6 rbs, 4 pds et 3 ints. Il est surtout celui qui a fait basculer le match en inscrivant deux tirs primés décisifs en fin de match pour installer définitivement la SIG en tête.
Meilleur sixième homme de Pro A, John McCord a ajouté 17 pts à 8/16, 5 rbs et 3 pds.
"Ton compatriote Tapiro est en train de te voler la vedette", voilà les mots choisis par Eric Girard pour booster Afik Nissim à la mi-temps. Bingo ! Le meneur israëlien a réussit trois paniers primés consécutifs pour remettre la SIG dans le sens de la marche et totalise 11 points en 20 minutes au final.
A l’issue de la finale, Eric Girard a tenu à rendre hommage à Steve Payne, auteur de 2 pts et 6 rbs lors des 13 dernières minutes : "C’est lui le détonateur. Il fallait trouver quelqu’un qui mobilise les Nancéiens près du cercle."

Vincent Masingue en dessous de son niveau

Max Zianveni a été le meilleur joueur nancéiens avec 17 pts et 12 rbs.
Maladroit, Tariq Kirksay a toute de même cumulé 13 pts à 3/11, 7 rbs et 5 pds.
Meir Tapiro a ajouté 10 pts et 8 pds et Dan McClintock 12 pts et 7 rbs.
Handicapé par les fautes, Vincent Masingue n’a pas eu l’abattage qui a été le sien durant ces play-offs. Il s’est contenté de 2 pts et 4 rbs en seulement 14 min.

"Faire le maximum pour participer à l’Euroligue"

Qualifié pour l’Euroligue, reste à savoir si Strasbourg va la jouer. "Nous allons faire le maximum pour participer à l’Euroligue, et l’on peut pratiquement considérer que nous y participerons, même si nous allons devoir demander des efforts à nos partenaires, aussi bien privés qu’institutionnels" déclarait prudemment hier soir le président de la SIG Jérôme Christ. L’entraîneur Eric Girard était pour sa part plus direct : "Je n’imagine même pas qu’on ne la joue pas. C’est d’ailleurs quelque chose que je ne serais pas capable d’expliquer aux joueurs qui vont rester et qui ont gagné le droit d’y participer".
Aymeric Jeanneau, Ricardo Greer, John McCord et Hrvoje Perincic sont sous contrat pour la saison prochaine mais le shooteur croate devrait partir. Pour rivaliser avec les clubs d’Euroligue, Strasbourg aura besoin d’un bon shooteur ainsi que d’un pivot de grande taille.