dimanche 26 février
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Pro A > Playoffs : Les finales LNB

Playoffs : Les finales LNB

jeudi 15 juin 2006

Le Mans, Nancy, Orléans et Châlons en Champagne sont à 3 jours des finales LNB à Bercy. L’attribution des places, la période entre chaque tour de Playoffs, l’ordre des deux finales et la plage horaire de retransmission télévisuelle... autant de sujets qui font débat et qui feraient presque oublier les enjeux de ces deux finales. Un séjour en Euroleague, le titre de champion de France et le dernier ticket pour la saison 2006/2007 de Pro A !

14 500 Places

Le Palais Omnisport de Bercy peut contenir 14 500 personnes en configuration Basket. D’après le responsable de la billetterie, lundi matin, il n’y avait plus de place disponible à la vente. Mercredi soir à 19h20, il restait 41 places cat1 et 6 places cat3 disponibles sur le site ticketnet.fr. Puis à 19h32, 44 cat1 et 17 cat3. C’est à ne plus rien y comprendre... Tout comme l’attribution respective des billets aux 4 clubs qualifiés. La version officielle d’Ideecom, la société en charge de l’organisation des finales, est la suivante : 2000 places pour Nancy et Le Mans, 1500 places pour Orléans et Châlons en Champagne. Mais sur le site officiel d’Orléans, on peut constater que 3970 personnes ont pu acheter des places via le club. Christian Fra, le président du SLUC, reviendra plusieurs fois sur ce problème d’attribution des places lors de la conférence de presse qui s’est tenu lundi au siège de la LNB : "Je regrette de ne pas pouvoir faire venir tout notre public". Le président du MSB, Jean Pierre Goisbault, relativise la situation : "Je veux bien avoir ce genre de problème (ne plus avoir de place à vendre)".

Il est vrai que Bercy affichant guichet fermé est une fantastique nouvelle pour le basket français. Mais Orléans, Châlons et Le Mans sont qualifiés depuis le 6 juin, tandis que Nancy s’est qualifié 4 jours plus tard. Les supporters des trois clubs ont donc pu acheter leurs places dès le 8 juin sachant que leurs clubs fétiches étaient qualifiés. Alors que les nancéiens vivaient dans un Gentilly à guichets fermés pour la deuxième fois consécutive en une semaine la qualification de leur équipe pour la deuxième année consécutive et ont pu acheter des places seulement à partir du 11. Finalement, Nancy est arrivé à récupérer des places à droite et à gauche pour satisfaire, en partie, la très forte demande lorraine.

Un seul lieu, un seul jour, pour être champion

Une finale sèche où tous se joue en 40 minutes. 8 ou 12 jours pour préparer cette finale, soit la deuxième période de repos la plus longue de la saison. Les équipes peuvent donc aisément intégrer des nouveaux éléments dans leurs plans de jeu et rendre très difficile le scouting entre les équipe (bonne chose, mauvaise chose, c’est selon...). Le Mans et Orléans, qui ont chacun gagné leur ticket pour la finale le 6 juin, ont organisé un match amical mardi pour garder un peu d’adrénaline en stock. M. LeGoff s’est montré satisfait de "l’intensité des playoffs 2006". Il est vrai que la série Nancy-Strasbourg fût d’une rare intensité. Mais en y regardant bien, des autres séries en trois manches, rares sont celles qui se sont terminées avec un final haletant ou une grosse surprise (Chalon +27 face au Havre, Le Mans +20 face à Bourg, Strasbourg +18 face à Gravelines). On serait donc tenté de dire que l’essai n’est pas transformé, mais aussi qu’il est dommage de sacrifier une saison pour se rendre compte que la formule n’est pas viable.

14h tapante

L’horaire de ses finales est le résultat d’une "étude scientifique" pour reprendre les termes du président de la ligue. Le match de l’équipe de France de foot contre la Corée le soir à 21h, le dîner diplomatique du dimanche chez la belle mère, les promenades au soleil. Bref, que des caractéristiques qui avantagent une programmation à 14h (on ironise bien sûr). Autre détail qui choque, c’est l’ordre dans lequel sont proposées les finales. Pro A puis Pro B cela avait déjà fait débat la saison passé. L’idée a été reconduite, cela doit sans doute être le résultat de l’étude scientifique voire du livre blanc ! Pourquoi ne pas dire clairement que la seule plage horaire que France Télévisions dispose pour le basket est celle de 14h ?

TPS Star, France 3 et Infosport

Cette année, France 3 prendra l’antenne à 13h20 pour faire "monter la sauce" avec plusieurs reportages sur la saison régulière et la présentation des joueurs clés de la finale qui débutera à 14h. M. Goisbault a réagi lors de cette annonce fait par Jean Philippe Guillin commentateur de France Télévisions, en déclarant : "C’est bien de diffuser de la ProA, mais ne croyez-vous pas qu’il serait préférable de faire la promotion du basket tout au long de la saison ?". Le dernier Stade 2 n’a pu diffuser le sujet préparé sur la finale du fait de la longueur de la finale Nadal-Federer. Tout le sport consacre 6 minutes sur les 8 de l’émission à la Coupe du Monde. Pour dépasser le score d’audience de la saison passée, il faudra donc en parler vous-même à vos amis, le service public est débordé...
Pour ce qui est de la retransmission de la finale de Pro B, Infosport diffusera le match tronqué des temps morts, quarts temps et mi-temps -en intégralité donc- sur la chaîne disponible via le bouquet TPS et la TNT.

Euroleague, ProA, ProB

Et les enjeux de ces finales dans tout ça ? Ils ont tendance à être oublié avec les histoires de billet et d’horaire de sieste. Soit rien d’important par rapport à un ticket pour l’Euroleague d’une validité de 1 ou 3 ans ou encore le droit d’évoluer parmi l’élite du basket français en 2006/2007. Le Mans qui est l’une des équipes, qui domine la ProA depuis le début du millénaire, peut en cas de victoire accrocher le sésame de 3 saisons qui permettrait au club de la Sarthe d’investir et encore de grandir. Pour les lorrains, le titre de champion de France et l’Euroleague pendant un an seraient une récompense méritée pour un club qui s’est classé 2ème de la saison régulière avec la 8ème masse salariale de Pro A.
A l’échelon inférieur, la seule montée en Pro A prévue pour la saison 2006/2007 met un peu plus la pression sur Orléans et Châlons, deux clubs aux ambitions qui ont comme synonyme : la Pro A.

Rendez vous Dimanche après midi pour la fin de la saison 2005/2006 de Pro A et de Pro B à partir de 14h. Oublions les problèmes de billet, d’horaire et laissons les 40 joueurs pro jouer au basket, tout comme les 4 coachs et bien sûr aux arbitres à qui nous souhaitons bonne chance !