samedi 21 septembre
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Nationale 2 & 3 > La N2 masculine à l’Ouest

La N2 masculine à l’Ouest

vendredi 12 mars 2004, par patnba

Le leader challandais de N 2 poursuit son parcours presque sans faute (deux défaites). Cette fois, ce sont les Cherbourgeois qui sont passés à la moulinette. Les Vitréens essaient tant bien que mal de suivre le rythme et se sont débarrassés d’un concurrent gênant, Caen, et difficilement. Les autres équipes de l’Ouest ont connu des fortunes diverses.

Cherbourg - Challans : 65-87

Le début de rencontre tourne à l’avantage de Cherbourgeois en rythme et présents sur tous les ballons (11-6, 5’). Mais les visiteurs recollent assez vite au score (11-12, 5’) puis débordent l’équipe locale. Les Vendéens infligent un 11-0 aux Cherbourgeois (11-17, 7’). Les intérieurs normands parviennent toutefois à stopper l’hémorragie. L’ASC préserve ses chances (18-22, 10’). Mieux encore, les locaux provoquent de nombreuses maladresses et reprennent l’avantage (24-22, 12’). Mais ceci dit, pour la dernière fois du match ! Car décidément, Challans à du répondant. Les Vendéens sont en tête à la pause (34-39, 20’). En effet, le début de la seconde période est à sens unique, favorable à l’équipe visiteuse (36-50, 25’). Cariou tente bien de rameuter ses troupes (47-57, 30’). En vain ! Les dernières minutes ne seront que pure formalité.

- Cherbourg : Cariou 5, Balikouzou 10, Cimmier 13, Belal 6, Parker 14, Capitaine 11, Godefroy 5.

- Challans : Massé 11, Appel 13, Geay 2, Tonella 14, B. Boutry 17, Kancel 9, Petit 9, M. Boutry 12.

Aurore Vitré - Caen : 97-94

C’est Caen qui ouvre le score par Jardry. La réplique locale est alors signée Traoré (5-5, 2’). Les locaux sont en veine et prennent l’avantage (15-11, 6’). Mais la réussite ne dure pas et les Normands égalisent (23-23, 10’). Dans le deuxième quart-temps, l’équipe normande affiche des ressources offensives intéressantes (25-30, 13’). La situation s’aggrave pour l’Aurore lorsque Bucau signe deux paniers à trois points consécutifs. Mais Brazil ramène son équipe à distance respectable (36-45, 20’). De retour sur le parquet, les deux équipes font jeu égal (47-56, 25’). La bataille intérieure fait rage et Vitré refait son retard (56-58, 29’). Dans l’ultime période, les Verts et Blancs inscrivent neuf points et repassent devant... La Poultière est survoltée (69-66, 35’). Mais Mognon envoie tout le monde en prolongation (86-86) dans laquelle personne ne se résigne à lâcher prise (92-92, 44’). Finalement, Brazil offre la victoire à l’Aurore.

- Vitré : Brazil 42, Quillet 8, Penuisic 12, Donnard 4, Évano 15, Traoré 16.

- Caen : Delcombel 7, Mognon 11, Pouillart 3, Naidji 13, Bucau 14, Jardry 24, Chadderdon 22.

Sablé - Drapeau Fougères : 76-91

Les Fougerais menaient déjà 8-0 dès la 2’ grâce à trois paniers de Knuckles qui dominait Cuk. Ce dernier manquait d’ailleurs l’immanquable deux fois de suite mais Bégards, à trois points, ramenait son équipe (10-13, 5’). Darier pour Fougères augmentait ensuite l’écart après dix minutes de jeu (17-26). Les Saboliens recollaient au score (31-32, 16’) et passaient même devant, après une bonne séquence défensive. Mais Darier égalisait et Faucheux donnait quatre points d’avance à sa formation à la pause. A la reprise, Knuckles donnait des sueurs froides à Sablé (41-54, 23’) avant que les locaux ne réagissent à nouveau en attaque. A 59-65 à l’abord du dernier quart temps, rien n’était joué. Cependant, les visiteurs placèrent un coup d’accélérateur (13-0 en quatre minutes) fatal à leurs adversaires qui manquèrent trop de paniers faciles et perdirent de trop nombreux ballons. Fougères s’imposait finalement logiquement.

- Sablé : Jugnet 5, Fortuné 10, Sany 16, Bégards 15, Desplats 6, Mazarin 12, Cuk 12.

- Drapeau de Fougères : Konso 4, Grimault 2, Garel 2, Moulis 7, Faucheux 19, Griffith 18, Darier 14, Knuckles 25.

La Séguinière - Bordeaux : 71-73

Après une entame de match équilibrée (9-9, 5’), les Ziniérois mettaient à mal la belle mécanique girondine et bouclaient le premierr quart avec onze longueurs d’avance (27-16). Seul bémol, Sétier venait d’écoper de sa troisième faute. Son retour forcé sur le banc fut alors d’autant plus préjudiciable que les locaux éprouvaient des difficultés à attaquer la zone mise en place par les Bordelais. Comme défensivement, La Seg’ baissa d’un ton, les Girondins sautèrent sur l’occasion. Trois tirs primés de Lopenhague leur permirent ainsi de revenir à égalité (27-27, 14’). Stephens et Brocheray lui emboîtèrent le pas et le leader venait ainsi de passer un 22-0 (27-38, 18’) ! Les Ziniérois allaient toutefois faire preuve d’orgueil, revenant sur les talons des Bordelais (41-43, 24’), avant que Delhorbe ne remette les siens dans le droit chemin (47-57, 28’). La Seg’ ne lâchait cependant pas prise et la fin de match devenait haletante (68-69, 39’). Mais Delhorbe ne tremblait pas et le leader tenait sa victoire (71-73).

- La Séguinière : Sétier 17, Devanne 10, Bondu 30, Anderson 14.

- Bordeaux : Delhorbe 17, Lopez 10, Méheut 2, Owana 5, Stephens 7, Lopenhague 9, M’Boup 14, Brocheray 9.

Carquefou - Montivilliers : 86-66

Un succès logique qui reflète surtout un état d’esprit nouveau après cinq défaites consécutives. « Le gros point positif de cette soirée c’est que les garçons ont enfin su jouer ensemble, les uns pour et avec les autres, annonce soulagé Christian Andorin, le coach carquefolien. Conscients de l’enjeu de ce match ils ont su réagir, en restant bien concentrés sur leur sujet du début à la fin, évitant à tout prix de se disperser. » Parvenant d’entrée à se trouver collectivement par un jeu appliqué et rapide, les Carquefoliens bousculaient rapidement des Normands pris de court, peinant à suivre le rythme imposé par leur adversaires. S’appuyant sur un jeu bien construit, Carquefou se montrait, qui plus est, très adroit, par un Colin des grands soirs, irrésistible à longue distance et meilleur marqueur de la rencontre (37 points). Malgré ses bonnes dispositions, Carquefou restait pourtant talonné par des visiteurs agressifs et solidaires, appuyés par un bon Lamy en attaque (28-20). La machine carquefolienne n’allait pas en rester là. Encaissant un sévère 6-0 d’entrée de second quart temps, les locaux ne tardaient pas à retrouver le droit chemin. S’appliquant à mettre en place un jeu rapide et fluide, ils prenaient définitivement la mesure de visiteurs volontaires mais butant sur une défense carquefolienne très compacte et agressive (52-35).

Comme d’habitude, le troisième quart temps marqua un regain de forme des joueurs de Christian Andorin. Moins incisifs et percutants, les Carquefoliens laissaient le champ libre à des Normands accrocheurs, mais à la réussite réduite. Parvenant à contenir les assauts adverses, Carquefou parvenait à garder ses distances (73-58). Le dernier quart temps ne faisait que confirmer la tendance de tout un match, pour finalement consacrer des Carquefoliens enfin relancés (86-66).

- Carquefou : Colin 37, Cloarec 6, Munier 11, Gavrel 4, Fébrissy 17, Bulot 9, Koudié 3.

- Montivilliers : Hauchecorne 4, Secker 9, Lamy 19, Blanchet 16, Silla 8, Beriouche 4, Mancel 6.

La Rochelle - Saint-Léonard Angers : 80-61

En laissant Angers à 61 points, La Rochelle a réussi sa prestation défensive mais en attaque tout ne fut parfait ; parfois de faciles ballons gâchés par un manque de lucidité de certains joueurs à qui on a beaucoup (trop ?) demandé depuis le début de saison et qui physiquement sont au bout du rouleau. Des joueurs comme Cédric Guery, Guillaume Becquet ou Armand Houinsou qui puisent dans leurs réserves l’énergie pour tenir la baraque rochelaise. Car le talon d’Achille de Rupella cette saison est la justesse de son effectif par rapport à l’an passé où Laurent Hay disposait de dix joueurs interchangeables. Et samedi soir quand « Scooter Guery » a baissé de régime dans les deuxième et quatrième quarts temps (ou souffle sur le banc), le rendement de l’équipe est moins bon. Heureusement que Guillaume Merie a été très présent et avait la main chaude avec 21 points inscrits dont quatre paniers à trois points. Même remarque pour Bertrand Gely qui a éteint les 2,04 m de Pazick dans la raquette en dominant largement l’intérieur angevin, l’obligeant à sortir en tête de raquette (18’) pour marquer. Christophe Henry concluait : « Ce soir offensivement on a manqué de solutions. L’absence de Damien Bracq nous a été préjudiciable. On est en retard sur notre tableau de marche mais j’ai confiance pour notre fin de saison avec la réception de trois équipes à notre portée. »

- La Rochelle : Guéry 15, Gely 17, Becquet 12, Mérie 21, Houinsou 4, Niakate 7, Delzon 4.

- Angers : Allinei 19, Crasnier 8, Pazick 12, Aubert 4, Lesage 12, Huard 4, Abioca 2.