lundi 29 mai
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Pro A > Cholet Basket doit-il s’inquiéter ?

Cholet Basket doit-il s’inquiéter ?

dimanche 15 mars 2015, par Christophe Blandin

En s’inclinant sur son parquet face à l’Elan Béarnais (78-79), Cholet Basket n’a pas su confirmer son succès obtenu lundi dernier sur le parquet de Dijon devant les caméras de Sport +. Malgré la nouvelle solide prestation de son nouvel intérieur américain Kevin Jones (23 pts et 8 rbs), le club des Mauges a cédé dans les dernières minutes et cette rechute pousse à s’interroger : Cholet Basket doit-il s’inquiéter pour son maintien en Pro A ?

Après avoir enfin renoué avec la victoire lundi dernier sur le parquet de Dijon (sa première de l’année 2015), Cholet Basket voulait confirmer en recevant Pau-Lacq-Orthez devant son public de la Meilleraie. Très mal au point au classement avant cet inattendu succès en terre bourguignonne, voyant les équipes de la zone rouge se rapprochant dangereusement, Cholet s’est un peu rassuré en venant à bout de la JDA et avait l’occasion de se rassurer encore un peu plus avec la réception de l’Elan Béarnais.

Et les joueurs de Laurent Buffard réalisaient un premier quart-temps solide (21-18) grâce en particulier à un Kevin Jones qui confirme sa bonne sortie dijonnaise : le nouvel intérieur américain du club des Mauges est un vrai battant dans la raquette, toujours présent aux rebonds et disponible pour recevoir les offrandes de ses coéquipiers. Son compatriote, le combo Paul Delaney, se montre lui aussi précieux aussi bien à la création qu’à la finition.

Malgré tout, Pau-Lacq-Orthez parvient à prendre l’avantage pour la première fois du match sur un tir primé de David Denave en début de 2ème quart-temps (21-23). Un bon passage de Nick Minnerath, qui écrase notamment un gros dunk en contre-attaque, permet au CB de repasser devant au tableau d’affichage. Rudy Jomby maladroit et cloué sur le banc, Chris Oliver en profite pour se mettre en évidence et permettre aux Choletais de virer en tête à la pause : 43-38.

Un écart qui va monter jusqu’à +8 (58-50) en faveur des Choletais à la suite d’un superbe alley oop avec Nick Minnerath à la conclusion sur un service de Cedrick Banks, ce dernier qui fait du bien au collectif choletais de par son expérience et ses qualités à la création. Mais les Choletais se relâchent ensuite, lâchant plusieurs balles et offrant ainsi l’occasion aux Palois de recoller rapidement (60-58). Heureusement pour le public choletais, Kevin Jones continue à se démultiplier dans la raquette, grappillant quelques rebonds offensifs et se montrant parfait pour finir les actions sous le cercle.

Mais cela ne suffit pas et Cholet Basket ne va pas réussir à s’épargner une nouvelle fin de rencontre sous tension. Sur un 2+1 de Charles-Henri Bronchard, Pau repasse ainsi devant à 6 minutes du terme (69-70). On ne peut alors que constater que le jeu collectif de Cholet se délite et se résume très souvent à des initiatives individuelles. Un 6-0 signé du duo Delaney - Jones permet cependant aux Choletais de croire à une seconde victoire consécutive.

Néanmoins, Pau est bel et bien là dans ce money time pour mettre la pression sur son hôte. A 30 secondes du terme, le revenant Marko Simonovic inscrit un panier primé pour ramener les siens à une longueur (78-77). Puis, sur la remontée de balle, Cedrick Banks se fait intercepter par David Denave qui file au cercle pour donner 1 point d’avance aux Palois. Il reste néanmoins 19 secondes, largement le temps pour Cholet pour trouver une solution de tir. Finalement, c’est Paul Delaney qui obtient une position ouverte à 3 pts mais sa tentative rate la cible. Kevin Jones capte le rebond mais ne parvient pas à trouver le chemin du filet et Cholet doit s’incliner une nouvelle fois devant un public déçu et qui commence à gronder.

Coach Laurent Buffard a encore beaucoup de pain sur la planche pour assurer l’avenir de Cholet au plus haut niveau et, par la même, son maintien à la tête de l’équipe. Si le retour de Cedrick Banks et l’arrivée de Kevin Jones sont de réelles satisfactions, le jeu collectif choletais se montre encore trop pauvre et repose trop sur les épaules de son cinq majeur, c’est-à-dire ses 5 américains. Pris en grippe par une partie du public, Rudy Jomby et Nicolas De Jong doivent notamment apporter davantage, comme ils avaient su le faire à Dijon. Il le faudra pour s’éviter des frayeurs...

- Les statistiques de la rencontre