vendredi 24 février
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > NBA > NBA : La Chronique du Week-End

NBA : La Chronique du Week-End

lundi 22 janvier 2007, par Vianney Pannet

Les nuits des français

Du 17 au 18 janvier :

Trois Frenchies en jeu en cette soirée dont une opposition de toute beauté entre le battant Ronny Turiaf et le dragster Tony Parker. Les Spurs en proie à des difficultés à domicile s’inclinent de peu au final malgré les efforts répétés de TP auteur de 25 points, 5 passes et 4 rebonds. Malheureusement pour son équipe, ses 5 balles perdues auront été de trop.
En face, Turiaf joue 17 minutes pour 4 points et 6 rebonds.
Dernier français en jeu, Boris Diaw, toujours en mode alternatif qui se contente de 2 points, 2 rebonds, 3 passes mais aussi 3 balles perdues en 24 minutes, ce qui n’empêche pas le Suns de l’emporter sur les Rockets.

Le lendemain, Turiaf remettait ça et était le seul à fouler les parquets. Malheureusement, les Lakers n’ont pas réitéré la performance de la veille en s’inclinant face à des Mavs de plus en plus impressionnants. Notre grand barbu n’a marqué que 2 points, pris 2 rebonds et délivré une passe durant les 12 petites minutes que Jackson lui a donné...

Dans la nuit du 19 au 20 janvier :

Cinq français en jeu et une nuit parfaite au niveau comptable puisque tous se sont imposés !
Les deux Sonics peuvent être fiers de leurs performances respectives, Petro malgré le désormais habituel bon match de Collison trouve en 20 minutes le temps de marquer 9 points et de prendre 9 rebonds ! Gelabale, lui, est toujours dans le 5 de départ et score 7 points auxquels il ajoute 3 rebonds et 2 passes en 27 minutes.
Tony Parker face aux Hornets toujours privés de leurs dards ne s’est pas privé de faire une bonne partie en finissant meilleur marqueur du match avec 23 points mais aussi 6 rebonds, 4 passes, 3 interceptions et aucun ballon perdu en 35 minutes.
Une nouvelle preuve s’il en fallait que Diaw peut passer du blanc au noir en l’espace d’une rencontre, il score face à Portland 21 points à 9-13 en plus de ses 4 rebonds et de ses 2 contres...
Dernier Frenchie en jeu, le Yak, qui n’a pas beaucoup joué mais l’a bien fait avec 5 points (2-3) 1 rebond et une passe en 12 minutes.

Dans la nuit de samedi à dimanche, on notait le retour de Mike Pietrus après sa petite entorse. Il nous avait habitué à mieux que les 7 points et 4 rebonds dont il fut l’auteur, mais soyons sûrs qu’il fera mieux quand il aura retrouvé toutes ses sensations. Dans ce match, les Warriors n’ont pu résister en l’absence de Davis à l’ogre James auteur d’une grosse performance.
Les Lakers en ce jour concédaient leur deuxième défaite de rang et si Turiaf a eu du temps de jeu, on l’a déjà vu plus performant que ces 6 points et 4 rebonds qu’il a cumulés.
Diawara était lui de nouveau sur le pont et un temps de jeu plus conséquent lui étant attribué, une performance plus intéressante s’en est suivie. 10 points, 3 rebonds et 2 passes pour lui.

Cette nuit, nos deux chefs de file étaient en jeu, Diaw a été vite rattrapé par les fautes et si sa première mi temps fut plus que moyenne, il s’est bien rattrapé en seconde avec 10 points (5-6), 7 rebonds et 3 passes au final.
Tony Parker très discret n’a pas eu à être décisif dans cette belle victoire face aux Blazers avec 8 petits points mais 4 rebonds et 8 passes en 34 minutes.

Blockbuster trade entre Warriors et Pacers

En fin de semaine dernière a eu lieu le second « coup de tonnerre » au niveau échange puisque Pacers et Warriors ont décidé d’échanger 4 joueurs. C’est Dunleavy, Murphy, Diogu et Macleod rejoignent les rangs d’Indiana tandis que Jasikevicius, Jackson, Harrigton et Powelle font le chemin inverse.
A ce niveau là, il aurait été plus simple de changer tout simplement le nom des franchises...
Plus sérieusement, les Warriors semblent gagnants, Donnie va pouvoir pratiquer du vrai run&gun en positionnant Harrigton en 5, Pietrus en 4, Jackson et Richardson à l’aile et le Baron à la mène, jeu dans lequel Saras pourrait trouver son compte et enfin révéler sa vraie nature à toute la ligue.
Côté Pacers, Murphy a beaucoup de talent et pourra épauler O’Neal si celui ci ne demande pas le trade car il était mécontent du départ de son « pote » Harrington.
Dunleavy n’est pas un mauvais joueur mais pourrait ne pas rester longtemps dans l’Indiana, des rumeurs l’envoyant chez papa à Los Angeles en échange de Maggette. Cela ne semble pas équitable, mais le Clipper a des envies d’ailleurs et Dunleavy senior n’a jamais caché son envie de faire venir le fiston... encore une affaire à suivre.

Quand Boston sacrifie (encore) une saison...

Paul Pierce devait être de retour le 19 mais des déclarations venant de la franchise nous laissent penser qu’il ne retournera pas sur le parquet avant la fin de saison. Vraie gène au pied ou blessure diplomatique ? Il semble que la deuxième solution soit la bonne. En effet, les Celts ne sont qu’à une victoire de la dernière place et entrevoient la possibilité d’attraper un gros poisson à la prochaine draft (Oden ?). Cette fin de saison permettra aux jeunes loups de se faire les dents. D’ailleurs, s’ils continuent à perdre, ils sont loin d’être ridicules, Rondo montrant match après match qu’il mérite plus de temps de jeu, Al Jefferson continuant sa progression, Powe montrant des qualités de battant, Allan Ray nous rappelant qu’il faisait des grosses performances en NCAA. En quelque sorte, encore une saison perdue, mais peut être du tout bon pour la suite avec ce groupe bourré de talent...

Pas de Big Ticket mais big défaite...

Wolves-Suns

Et de 13 pour les Suns. Une treizième victoire consécutive face à des Wolves coupés de leurs deux plus grosses menaces, KG absent et Ricky Davis suspendu pour états d’âme qui n’ont pas plu à ses dirigeants et la sanction est immédiate, 30 points dans la musette pour les hommes de Minneapolis. L’absence de rebondeur face à Phoenix a plu à Marion qui en plus de ses 17 points en a profité pour prendre 20 rebonds, son plus gros total de la saison.
C’est donc la deuxième série énorme de la part des Suns après celle de 15 victoires, battront ils une nouvelle fois le record de la franchise ? Quelqu’un trouvera-t-il un moyen de les empêcher de marquer 130 points ? La question reste en suspens et à l’instar des Mavs, les Suns font très peur et se verraient bien brandir le trophée en fin de saison. Attention tout de même à ne pas se relâcher.

Le retour du Shaq...

Mavs-Heat

...n’était pas encore pour cette nuit. Déjà 2 matches de retard sur le planning, et si le Heat s’en sort très bien depuis le retour de Wade toujours aussi impressionnant de facilité, l’absence d’un point d’ancrage à l’intérieur face à des équipes comme Dallas est rédhibitoire.
Ils n’ont pas démérité les hommes de Floride. Après s’être fait rapidement distancer, ils sont revenus au courage pour finalement être au contact à 2 minutes du terme, mais n’ont malheureusement pas réussi à tenir. Encore un gros match de Wade, fort de ses 31 points, 6 passes et 6 rebonds, mais en face, tous ont répondu présent, de Nowitzki à Stakhouse, ils ont chacun apporté un plus. Terry ses 11 passes, Nowitzki ses 22 points 11 rebonds, Howard 25 points et 11 rebonds également et Stackhouse 23 points à 10-16.

Quand Brent Barry remet ça

Spurs-Sixers

Après avoir bluffé tout le monde en début de saison avec sa réussite insolente à longue distance, Barry s’était un peu éteint, mais a prouvé cette nuit que l’on pouvait encore compter sur lui avec un formidable 8-11 au shoot dont 5-8 de loin, et au final 23 points en 22 petites minutes. Il a tout simplement écœuré les pauvres Sixers...

Et un triple double, un !

Cavs-Nuggets

Frustré depuis le début de saison, toujours échouant à quelques miséreuses longueurs du triple double, Lebron James a rectifié le tir face aux Nuggets. Son premier de la saison, son dixième en carrière, tout joli en plus, 30 points, 10 rebonds, 10 passes, quand il est rond comme ça, il vaut la peine d’être signalé.
Il ne sert à rien mais il est beau... très esseulé sur ce match, il n’a pas réussi à lui tout seul à stopper des Nuggets qui avaient les crocs après les dernières semaines difficiles qu’ils ont vécu et qui les ont dangereusement rapproché de la zone des franchises en ballottage pour les Playoffs alors qu’avant le fameux match au MSG, ils étaient dans les quatre ogres de l’ouest...