mardi 17 octobre
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Nationale 1 > N1 : Le point avant la 22eme journée

N1 : Le point avant la 22eme journée

jeudi 12 février 2009, par Vianney Pannet

Après une journée marquée par la chute de Bordeaux à Reims et l’échappée de Lille, cette journée a finalement confirmé les grandes tendances entrevues dans les dernières semaines.

Lille continue sa marche en avant

Lille, après un match appliqué et sans suspens face au CFBB la semaine précédente se rendait à Blois qui avait à cœur de confirmer sa force à domicile et de se reprendre après la défaite à Fos alors que le match semblait bien dans leurs mains. Après un début de match serré, le leader a fait l’écart en revenant du vestiaire grâce à leur défense, maintenant les locaux à 9 points dans le 3eme quart temps. Lille confirme donc son statut et s’offre un boulevard vers la proB en s’imposant au final (78-86).

Challans, revenu au contact avec Bordeaux à la faveur du match en retard de l’ancien leader mais aussi de sa défaite sur le parquet rémois la semaine dernière s’est imposé logiquement en déplacement à Urcuit qui lutte toujours pour le maintien. (76-85)

Bordeaux devait marquer des points au classement après deux dernières semaines compliquées. Un match annulé, une défaite et une équipe très fatiguée selon son coach Tommy Davis qui recevait Roche qui navigue également en eaux troubles depuis le début de saison. Le combat a été difficile mais finalement remporté in extremis par des bordelais qui semblent marquer le coup depuis la reprise et qui devront se battre à chaque match pour conserver leur rang. (85-83)

Rassurés par leur victoire face à Blois après une défaite des plus inattendues à Paris contre le CFBB, Fos comptait continuer sur sa lancée lors de son déplacement à Liévin. Pour une fois plutôt axés sur la défense, les sudistes reviennent du nord avec deux points précieux qui leur permettent de rester dans le « groupe de chasse » (81-69)

Angers après une victoire difficile sur son parquet face à Roche allait à Longwy qui accroche de plus en plus de match et vend chèrement sa peau à chaque rencontre en vue de l’objectif de la saison, le maintien. C’est dans ce contexte que les joueurs de Franck Mériguet ont accroché à leur tableau de chasse une équipe d’Angers qui concède sa 7eme défaite de la saison (95-91).

Boulogne qui a équilibré son bilan lors de la journée précédente en battant Urcuit se devait de confirmer en se déplaçant au CFBB. Les nordistes ont assuré l’essentiel avec la manière (55-77) et semblent désormais sereins pour la fin de la saison avec 11 victoires et 10 défaites.

Juvisy, équipe la plus mal en point du championnat se déplaçait dans la salle de GET Vosges. Les lorrains, en bonne forme depuis la reprise n’ont pas fait de détail dans cet affrontement des plus déséquilibrés qui soit. Au final, la plus grosse claque de la saison est infligée à une équipe parisienne qui aura du mal à rester dans la division au soir de la dernière journée (113-64)

Châlons qui venait de jouer ses deux matchs précédents à 1point avec un échec et une réussite respectivement face à Boulogne et Prissé se déplaçait à St Chamond, battu avec la plus grande peine lors de la phase aller à Coubertin. En présence pour la première fois à 100% de Basit, le nouvel intérieur extra communautaire, les Châlonnais voulaient se rassurer mais s’incline finalement une nouvelle fois... d’un petit point, après prolongations cette fois (64-63)

Reims au bout du suspens

Reims, auréolé de 4 victoires depuis la reprise dont la dernière en date face à l’ancien leader Bordeaux de pas moins de 25 points après une deuxième mi temps d’anthologie qui a redonné des couleurs à une salle René Thys bien terne depuis deux saisons recevait Prissé. Les Bourguignons déjà battus, chez eux cette fois, par un club marnais la semaine dernière avaient pour volonté de faire tomber le RCB, équipe qu’ils avaient laminé de plus de 20 points à l’aller.
Le premier quart temps commençait de la meilleure des façons qui soit pour Reims sur le plan de l’engagement avec plusieurs rebonds offensifs lors de la première minute mais la défense de zone des visiteurs tenait bon et sur l’impulsion de Jobert, les prisséens menaient rapidement 7-2 (3eme). Puis ce fut au tour de Knitter de faire un petit festival. Insolent d’adresse durant tout la première mi-temps, le nouvel intérieur des tango et noir au look de Pat Burke a montré qu’il pouvait apporter énormément à cette équipe. Impuissants face à ce rush, les rémois n’avaient d’autre choix que de contenir le score et à la première mini pause, les visiteurs mène assez largement (15-24).

Le deuxième quart temps allait avoir la même physionomie que le précédent. On pense alors que Prissé pourra s’échapper lorsque le score enfle (26-39, 15eme) mais les rouges ne lâchent pas et font preuve d’une cohésion qui leur faisait défaut lors de la phase aller dans des situations similaires. A la sirène, l’écart n’a pas bougé et annonce une deuxième mi-temps tendue.

Au retour du vestiaire, les Rémois font preuve d’une toute autre envie et trouvent de solutions avec un show Atamna qui réveille et enflamme une salle qu’on n’a pas vu aussi garnie et bruyante depuis des années. 3 shoots primés pour le capitaine et 1 minute 30 plus loin et voilà le RCB au contact (53-53, 25eme). Les Prisséens réussissent tout de même à rester dans le match en resserrant la défense. Après un dernier dunk surpuissant et une quatrième faute limite antisportive de Jalce, les deux équipes se retrouvent dos à dos au moment d’aborder la dernière ligne droite (63-64).

Alors que les deux équipes sont au coude à coude, c’est justement un coude un peu haut qui aurait pu être le tournant de la rencontre. Pour cette faute, Martin écope d’une faute antisportive... qui n’apportera finalement que deux points dans l’escarcelle des visiteurs. C’est le moment que choisissent les rémois pour accélérer et créer le plus gros écart du match en leur faveur (76-70, 34eme). Plusieurs fois les hommes de Laurent Gaudré auront l’occasion de tuer le match mais c’est Prissé qui réagit en passant un 9-1 à leurs adversaires dans les quelques minutes qui vont suivre (77-79, 37eme). Alors qu’il reste 1’25, après un temps mort pour les locaux, Jalce remet les deux équipes à égalité en parvenant à tromper la défense de zone des visiteurs. Tout peut encore se passer, reste moins de 20 secondes, la balle dans les mains des prisséens... perdue suite à une grosse pression défensive. Christophe et Atamna partent en contre attaque et convertissent l’occasion qui leur est offerte au buzzer (81-79).
La salle est en ébullition, les joueurs rémois forment un tas d’homme sur leur capitaine avant d’entamer une danse dans le rond central, bientôt rejoints par leur coach et leur président, lors des dernières semaines, une équipe est née, maintenant, elle a une âme... Effondrés après une nouvelle défaite sur le fil, les Bourguignons vont désormais aborder une série de match cruciale qui déterminera surement leur avenir en Nationale 1.

Réactions d’après match

Benjamin Jobert (intérieur, Capitaine de Prissé) : C’est un mano à mano pendant tout le match. Malheureusement, on retombe dans nos travers de pertes de balles. On a bien verrouillé en dessous mais du coup ça a ouvert des espaces sur les extérieurs. On gère mal la fin... pour la suite, on peut espérer pas mal de choses avec le nouvel US, il ne faudra pas se rater lors des 6 prochains matches.

Karim Atamna (ailier, Capitaine de Reims) : On est bien depuis janvier. L’effectif était nouveau, il a fallu que l’on se trouve. Avec la trêve et au retour, on a eu un déclic. C’est une bonne série, maintenant, à nous d’en profiter, de surfer sur la dynamique de groupe et de continuer à travailler.

Laurent Gaudré (Coach Rémois) : Ce n’était pas un match de stats. On est à +20 à l’eval et au final, on a failli perdre. Comme on pouvait s’en douter, ça s’est joué avec les tripes. Toutes les équipes qui jouent leur peau ont une manière différente d’aborder les matches et essayent de nous perturber. Ce soir, ça aurait très bien pu basculer de l’autre côté. Leur performance a été intéressante, sans relâchement et on doit plus le résultat à la dynamique des deux groupe qu’à la prestation fournie.