lundi 16 septembre
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Europe > Interview - Emmanuel Laroche : un Français contre Duke

Interview - Emmanuel Laroche : un Français contre Duke

mercredi 23 octobre 2002, par Christophe Blandin

L’an passé en Nationale 3 à Meilhan, Emmanuel Laroche, un français de 26 ans, évolue cette saison en Angleterre avec les Brighton Cougars (D2 anglaise). S’entraînant également avec l’équipe des Brighton Bears évoluant en BBL (ProA anglaise), Emmanuel a eu la grande joie d’assister en tant que 10ème homme à la rencontre opposant les Bears à la mythique université de Duke coaché par le fameux Mike Krzyzewski...

Chris : Peux-tu nous décrire ton parcours ?

Emmanuel : J’ai commencé le basket dans ma commune (Ste Eulalie) comme tout le monde (14 ans). Très vite, je fus attiré par l’expérience américaine et suis parti aux States. J’ai integré l’équipe de la Padua Franciscan High School à Cleveland dans l’Ohio (division 1). Super expérience !! Bac américain en poche, j’ai dû revenir en France pour le bac Français,j’ai essayé de nombreuses fois de revenir en NCAA mais seulement des propositions en D3 et D2 donc pas de bourses. Devant les refus des centres de formation Pro (1.88m), j’ai fait mes débuts en N3 grâce à Laurent Hay (coach actuel de La Rochelle en N2), tout en continuant mes études anglais. Les années passèrent et devant la difficulté de percer en N1 ou Pro B plus les mauvaises expériences avec certaines équipes, le peu d’argent gagné, j’ai décidé de tenter ma chance en Europe, en Angleterre comme les footballeurs. Plusieurs essais, tous fructueux, m’ont conduit à signer un contrat aux Brighton Cougars en National British League, division 2, tout en sachant qu’il y avait une équipe de ProA (BBL) dans la même ville. Mes premières stats en tant que titulaire au poste de small forward : 19 pts (preseason), 14 pts, 10 pts, 20 pts ce week end.

Chris : L’année dernière, tu as donc participé à la montée de Meilhan-sur-Garonne en Nationale 2 aux côtés du pivot américain Michael Resch ?

Emmanuel : Michael Resch est la seule chose positive de mon passage à Meilhan, c’est mon pote, de par mon expérience américaine. Je me suis occupé de lui, le reste n’est que frustration : peu de temps de jeu, humiliations, brimades... En février, on m’annonce que je ne serai plus payé mais que je peux rester gratos, à savoir que je me tapais la route tous les jours depuis Bordeaux (1h). Merci à eux, ils m’ont donné la rage et ont perdu Mike. Bonne chance au meneur Allan Fall N2 MVP.

Chris : Comment un joueur français de Nationale 3 fait-il pour se retrouver en Angleterre la saison suivante ?

Emmanuel : L’ambition, la rage, le sentiment qu’on mérite mieux, le souhait de faire du basket mon métier. Le culot a fait le reste, je n’ai pas hésité à payer mes frais pour les essais, et surtout le soutien de mon super pote et ancien coéquipier Gilles qui vit à Londres.

Chris : Est-ce intéressant au niveau financier ?

Emmanuel : Toujours plus intéressant qu’en France, seuls les 2 étrangers sont payés, le Canadien et moi partageons une maison aux frais du club. Mais bon le plus dur dans ce business c’est de durer et j’ai encore beaucoup de boulot pour devenir le joueur que je veux devenir.

Chris : Quel est le niveau réel du championnat anglais et est-ce que le basket connaît du succès dans ce pays où le football est roi ?

Emmanuel : Je pense que le basket anglais est injustement sous-coté. De très bon joueurs y évoluent, notament de nombreux Américains. Les infrastructures sont très bonnes, les fans présents. Tout le monde essaye de développer le basket ici : académie de basket, summer leagues... Evidemment le football est roi, mais il y a de la place pour une ligue de basket compétitive et attirante.

Chris : Quels sont tes objectifs personnels pour cette saison ?

Emmanuel : Cette saison, je veux jouer, chose acquise avec 35 min/match et une place de titulaire, faire des stats, emmener mon équipe en playoffs, progresser avec l’équipe de ProA anglaise, et continuer à faire du basket mon métier, le reste suivra.

Chris : Peux-tu nous dire comment tu as vécu cette rencontre opposant ton équipe des Brighton Bears à la prestigieuse université de Duke ?

image 450 x 304

L’équipe de Duke en tournée en Angleterre (ici contre les London Towers)

Emmanuel : Ce fut Noël ! Il faut comprendre que tous les matins je m’entraîne avec les Brighton Bears (BBL, ProA Anglaise) pour progresser et emmagasiner un max d’expérience. C’est dur mais l’entraîneur m’a pris d’affection devant mon acharnement, c’est un ricain... Le match étant sold out, il m’a proposé de venir assister au match avec le staff. La veille à 11h du soir, je reçois un texto du coach me disant d’emmener mes pompes car j’allais jouer avec eux, faire le 10ème !! Imaginez ma réaction, enfin mon 1er match de ProA, à Londres dans une salle d’Euroleague, face à Duke. La joie passée, le jour du match, nous sommes tous tombés d’accord sur le fait qu’on avait tous joué aux States, que le match était retransmis sur ESPN, et donc qu’on allait leur rentrer dedans... Quel bonheur de s’échauffer, taper des dunks devant coach K... Après Meilhan... Résultat : jusqu’à 25 pts d’avance pour nous, 16 pts à la mi-temps, 4ème quart temps 4 fautes techniques un fabuleux Chris Duhon et la victoire pour Duke, une poignée de main à coach K, et l’espoir du début de quelque chose por moi.

Chris : Après cette expérience anglaise, comptes-tu poursuivre l’aventure en Europe la saison suivante ou retrouver un club en France ?

Emmanuel : Il est trop tôt pour parler de la saison prochaine. Ici je suis bien traité, ce n’est que le début, je dois encore me prouver que je peux me hisser jusqu’en BBL. Je suis ouvert à toutes propositions, je souhaiterai notamment jouer un jour pour Laurent Hay, le coach de La Rochelle, Laurent si tu m’entends... Je vous laisse, l’entraînement m’attend. Bon courage à Clem (ton tour viendra !) et Karl pour cette saison.

Chris : Merci beaucoup à Emmanuel d’avoir répondu à nos questions et on lui souhaite bonne chance pour cette saison et la suite de sa carrière !!