lundi 19 août
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Pro B > Bilan ProB 03/04 - Episode 6 : Antibes

Bilan ProB 03/04 - Episode 6 : Antibes

mardi 29 juin 2004, par Aurélien Hipp

Clermont et Châlons ont gagné le droit de jouer à l’étage supérieur la saison prochaine, coiffant ainsi d’autres équipes ambitieuses, dont la liste s’allonge chaque année. Basket Info vous propose une rétro de la saison équipe par équipe. Petit coup de projecteur sur une division qui mérite qu’on parle d’elle, et pas seulement en programmant ses matches le vendredi... Aujourd’hui : Antibes (11e/16) avec 14 victoires pour 16 défaites.

Une nouvelle saison honorable pour l’olympique d’Antibes en ProB. Avec peu de moyens, le club se débrouille toujours pour assurer son maintien le plus vite possible en faisant appel à des valeurs développées par le passé glorieux du club.

Quel meilleur symbole que le retour de David Rivers au club, un Rivers auteur d’une bonne saison malgré l’âge (39 ans tout de même). Bien sûr moins vif que par le passé, Rivers montrant à de nombreuses occasions tout le talent qu’il conserve encore et qui rappelle ses belles années. S’il exagère en affirmant qu’il a le niveau Euroleague, il assure cependant en ProB et donne avec ce retour aux sources antiboises une belle image d’un joueur évoluant avec l’amour de son maillot. Stéphane Ostrowski, malgré des stats en baisse, symbolise lui aussi cet attachement au club, et le tout jeune commentateur sur TPS a largement contribué à la bonne tenue de son club cette année, notamment sur la fin de saison où l’équipe a entamé une belle remontée dans le classement.

Sur les dix premiers matches, Antibes ne vaincra que deux fois, handicapé par une intersaison mouvementée (recrutement entamé tardivement) et une erreur de casting (Casey Sanders, venant de Duke était forcément un bon joueur…et bien non ! il excellait au contre mais était trop fruste offensivement, ce qui fit largement défaut au lancement de la saison). Remplacé par l’excellent Uche Nsonwu-Amadi, dont vous avez pu lire l’interview sur Basket Info, il disparaitra bien vite de la mémoire des fans antibois. Uche est massif, technique et constitue la force de frappe offensive dont avait tant besoin cette équipe articulée autour d’un noyau dur (Rivers, Doubal, Ignatowicz, Ostro et lui-même), plus un costaud (Ayanbadejo) et les traditionnels espoirs du banc antibois (Pleple, Segaric, Beesley et consort).

Les résultats, sans exploser, deviennent cependant meilleurs et la salle Jean-Bunoz est le théâtre de victoires références telles celles contre Rouen (78-68), Evreux (86-74), Maurienne (74-73) et Epinal (86-74).Il devient donc de plus en plus difficile de vaincre à Antibes, et comme de plus il s’offre des petits bonus à l’extérieur ( Nantes, St Etienne), le club voit de plus en plus lointain le fond du classement dans le rétroviseur. Libéré de toute pression, Antibes a la satisfaction de terminer sur 6 succès consécutifs (Beauvais, St Etienne, Angers, Rouen, Evreux et Rueil passent à la trappe !!).

Une fin de saison comme on en sait l’Olympique capable. Mais à chaque intersaison, il faut reconstruire. Si la recette du gros 5 de départ relayé par des remplaçants jeunes est efficace, elle signifie quasi systématiquement un pillage en règle à la fin de chaque saison. Sauf en ce qui concerne les joueurs emblématiques (Rivers, Ostro) ou sous contrat (Doubal), Antibes aura du mal à conserver ses « trouvailles » (Nsonwu est Cotonou et intéressera un bon paquet de clubs, Ignatowicz a également l’embarras du choix)
La stabilité sera en revanche présente du côté du staff, qui reste en place et doit déjà être en pleine reconstruction d’une équipe qui devrait encore être celle des deux anciens, Rivers et Ostro.

Satisfactions :

Antibes sera certainement la seule équipe dans ce cas, mais quasiment tous les joueurs ont apporté ce que l’on attendait d’eux. Mention spéciale on l’a dit aux deux « quadra » et à Uche Nsonwu qui s’est complètement intégré au projet antibois et s’est fait connaître en france. Ignatowicz a été excellent dans son rôle d’ailier, quand Doubal enchaîne une autre saison à 15pts de moyenne. N’oublions pas les jeunes, Beesley a vu son temps de jeu augmenter vers la fin de saison pour des performances somme toute honorables.

Déceptions :

Pas de vrai « flop » sur la côte d’azur. Le seul couac correspond au recrutement de Casey Sanders, de qui on espérait beaucoup plus. Son passage finalement plutôt court n’aura pas pénalisé le club sur toute la saison. Enfin , déception toute relative et bien moindre que d’autres évoquées dans ce bilan ProB de l’année, la légère stagnation des performances de Miloud Doubal (malgré un pourcentage de réussite en hausse de 4pts) qui devrait encore progresser, et celle peut-être plus prononcée des productions de Segaric. Auteur de l’une ou l’autre belle partie l’an passé, Segaric ne donne pas l’impression de percer, ce qui est quand même le but lorsqu’on est jeune et que l’on joue à Antibes.

Objectifs 2004/2005

Passer une intersaison administrativement tranquille pour préparer la reconstruction. Remplacer les joueurs cadres de l’année par d’autres aussi performants et intégrer l’un ou l’autre jeune (Segaric a eu sa chance la saison passée, Beesley cette année) à la rotation pour apporter une « plus-value » au 5 de départ. Assurer son maintien le plus rapidement possible, la qualification en playoffs ne représentant au jour d’aujourd’hui qu’un gros bonus accessible uniquement en cas de saison exceptionnelle.

Demain : Maurienne