mardi 21 février
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > NBA > NBA Finals : Parker et les Spurs mènent 1-0

NBA Finals : Parker et les Spurs mènent 1-0

vendredi 10 juin 2005

Après une entame de match délicate, les Spurs sont progressivement montés en régime pour finalement s’imposer 84-69. Manu Ginobili a inscrit 15 de ses 26 points dans le dernier quart-temps. Tony Parker a ajouté 15 points mais a souffert en défense face à Chauncey Billups, auteur de 25 points et 6 passes décisives. Le deuxième match aura lieu dans la nuit de dimanche à lundi.

Après huit jours de repos forcé, les Spurs ont eu bien du mal à remettre la machine en route. Les Pistons ont ainsi rapidement pris l’avantage et menaient de 13 points (17-4) après 7 minutes. Tim Duncan et Tony Parker ont alors amorcé la remontée pour finalement égalisé à trois minutes de la mi-temps.

A l’issue d’un troisième quart équilibré, les Spurs ont passé un 12-2 aux Pistons au début de la dernière période pour compter 13 points d’avance. Puis après un dernier sursaut d’orgueuil des Pistons, San Antonio va enfoncer le clou avec un 10-4 et 7 points consécutifs d’un Manu Ginobili en feu.

Les Spurs n’ont concédé que 69 points aux Pistons, soit le plus faible total des hommes de Larry Brown depuis le début des playoffs. Chauncey Billups a porté les Pistons sur ses épaules avec 19 pts à 9/16, 6 pds et 4 ints. Après six points inscrits dans le premier quart-temps, Rasheed Wallace est resté muet mais a compilé 6 contres. Globalement, les intérieurs de Motor City ont été incapables d’arrêter Tim Duncan, auteur de 24 points (certes à 10/22) et 17 rbs ! Tony Parker, plus malheureux que maladroit au tir (7/17), a ajouté 15 pts et 4 rbs. Toutefois l’Homme du match aura été l’Argentin Manu Ginobili. Frustré par un début de match difficile où il enchaine les fautes et les mauvais choix, El Manu va renverser la tendance en seconde mi-temps et propulser les Spurs en tête tout en écoeurant la défense des Pistons. A noter qu’un des facteurs du réveil des Spurs en première mi-temps aura été la défense du Big Dog Glenn Robinson, pourtant loin d’être un spécialiste du genre. Robinson a cumulé 3 rebonds et 3 contres en seulement 6 minutes.