lundi 11 novembre
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Pro B > Bilan ProB 03/04 - Episode 13 : St-Quentin

Bilan ProB 03/04 - Episode 13 : St-Quentin

mardi 13 juillet 2004, par Aurélien Hipp

Clermont et Châlons ont gagné le droit de jouer à l’étage supérieur la saison prochaine, coiffant ainsi d’autres équipes ambitieuses, dont la liste s’allonge chaque année. Basket Info vous propose une rétro de la saison équipe par équipe. Petit coup de projecteur sur une division qui mérite qu’on parle d’elle, et pas seulement en programmant ses matches le vendredi... Aujourd’hui : St-Quentin (4e/16) avec 18 victoires pour 12 défaites.

Atteignant au final la 4e place, SQBB a bien entendu réussi sa saison. Et confirmé que les coaches de LFB sont tout à faits capables d’avoir de bons résultats chez les hommes. Jacques Vernerey, Damien Leyrolles étaient également présents cette saison, après avoir fait les beaux jours d’équipes féminines. Mais celui qui a le mieux réussi la transition est bien le coach de SQBB, Olivier Hirsch. A la recherche d’un nouveau technicien pour remplacer Charlie Auffray (parti comme assistant puis comme head-coach à Mulhouse), le choix des dirigeants se porte donc sur Hirsch, qui a fait ses armes à Bourges. Le coach sait qu’un défi important l’attend : comme dans tout club au passé glorieux, les supporters sont exigeants et cela vaut bien sûr également pour le public le plus chaud en France, celui du Palais des Sports Pierre Ratte.

Hirsch s’appuie sur une doublette française déjà présente au club, composée de Thierry Pons (une valeur on ne peut plus sûre en ProB), Yann Barbitch (également). Les deux "anciens" ont la charge d’encadrer les deux jeunes venus renforcer l’effectif et surtout s’aguerrir en division inférieure, en échange d’un temps de jeu conséquent. Pas vraiment 1 mais pas vraiment 2 non plus, Steed Tchicamboud est l’auteur d’une bonne saison (7.8pts 3.4ast), mais achève celle-ci par une terrible blessure aux ligaments. Out pour plusieurs mois, il restera au club l’année prochaine. Nicolas Kaczmarow était le meilleur espoir manceau, il a lui aussi fait le choix de la ProB pour progresser. Un temps de jeu certes faible, mais une rotation interessante à l’intérieur, avec un tir à mi-distance plus qu’interessant. Le club fait également le choix d’une paire US ayant déjà fait ses preuves à ce niveau : Fred Perry, déjà vu une demi-saison à Vichy et Lorenzo Orr, le 4 US de Châlons en Champagne la saison précédente. Orr finira la saison blessé au pied, et son cas constitue un casse-tête pour tous les adversaires de SQBB en fin de saison : Annoncé plus d’une fois sur la touche, il conduira plusieurs fois son équipe à la victoire. Mais arrive le moment où il faut bien le remplacer, et c’est Geoff Owens qui débarque.Plus dans un profil de 5 que Orr, Owens produira une pige correcte (13.8pts 8.8rebds), si bien que son nom a été évoqué pour la saison prochaine, mais rien de concret pour le moment. Perry lui aussi trainera une blessure qui obligera le club à faire appel à un remplaçant. Harold Arceneaux sera celui-là, une pige excellente mais qu’il n’aura pas su reproduire à St Etienne, club pour lequel il a immédiatement fait ses valises après avoir joué...1 match avec St Quentin (25pts 4rebds 7ast). Autre joueur de l’effectif, Amadou Dioum, "chipé" à Epinal après qu’il a lui aussi joué une seule partie avec l’ASGE.

Cependant, il est difficile de ne pas traiter à part le cas d’Ondrej Starosta. Timide avec Le Mans, où il n’avait cependant de loin pas les mêmes prérogatives, il a complètement explosé en ProB, et mérite bon nombre de citations pour le titre de MVP. 17.1pts, 11.8rebds (meilleur de la division), et 2m15 qui auront toute la saison gêné ses adversaires. Contreur finalement moyen (0.7), il est la grosse plus-value du SQBB cette saison. Il était bien sûr difficile de le garder ; le géant tchèque ne s’en va pas si loin, à Châlons mais...en ProA.

Déjà performant en préparation, SQBB entame la saison tambour battant. Une courte défaite à Epinal se place au milieu d’une série de victoires contre Maurienne, Angers, Beauvais, Antibes, à Rueil, et Nantes. La défaite à Châlons est elle plus logique, puisque l’ESPE n’a concédé qu’une défaite à domicile cette saison. SQBB fait ensuite son chemin , les résultats sont des plus conformes aux espérances, même si le club prend un éclat à Clermont (-20), réalisant peut-être la distance qui le sépare du top.Les St-Quentinois encore ébranlés par ce revers, Epinal en profite pour s’imposer juste après dans l’Aisne, Clermont, l’ASGE, Brest sont d’ailleurs les seuls à avoir vaincu SQBB 2 fois cette saison. Comme Rueil, le club ne sera jamais inquiété en vue d’une qualification en playoffs, ne descendant jamais sous la 6e place. Il sera en revanche plusieurs fois en mesure d’accrocher le podium, qui revient finalement aux hommes de Christian Monschau. Des défaites cruelles à Rouen, sur son parquet contre Clermont auront empêché les picards de faire mieux. Mais l’essentiel est acquis, l’avantage du terrain pour le premier tour des playoffs, le club finissant une fois encore 4e.

Comme l’année précedente, ce privilège n’aura cependant servi à Rien. Mulhouse en 2003, Rueil en 2004 auront bien vite enterré les ambitions du SQBB. Défait de 15pts au match aller à Rueil (la formule met en effet la pression sur l’équipe la mieux classée), St-Quentin sauve les meubles au retour sur une claquette au buzzer de son pivot tchèque. Mais la belle jouée le dimanche prouve toute la maîtrise du RAC, qui s’appuie sur un Ted Berry étincelant pour passer sans trop de frayeurs.

Départs de Barbitch et Starosta, l’heure est à la reconstruction dans l’Aisne, mais elle avance fort bien (voir Objectifs 2004/2005), et a pour but d’amener le club dans les meilleures conditions vers l’objectif ProA, la seule division qui trouve certainement grâce auprès des supporters du "Chaudron".

Satisfactions :

Starosta, bien sûr. Cela doit être frustrant de ne pouvoir le conserver, mais il aura considérablement aidé son équipe cette année.Il est LA satisfaction de la saison, au sein d’un collectif des plus performants. Les autres joueurs, auteurs d’une bonne saison pour la plupart, ne sortent pas vraiment du lot, formant ainsi un groupe homogène. Barbitch apporte toujours son scoring, Pons réalise exactement la saison qu’on attend de lui, Tchicamboud s’est bien adapté à la ProB et devrait bien se remettre de sa blessure. Enfin, la paire US aura fait son boulot, sans briller, mais ce n’est pas ce qu’on lui demandait.

Déceptions :

La frustration des playoffs, bien sûr... le sentiment aussi qu’un remplacement rapide de Orr aurait enlevé un soupçon d’incertitude en ce qui concerne la fin de saison et aurait éventuellement permis de finir 3e. En lien direct, les blessures auxquelles les deux joueurs US (Orr, Perry) ont du faire face plusieurs fois dans la saison, Barbitch lui aussi aura manqué 6 matches. Cette blessure l’aura d’ailleurs handicapé en playoffs (2.7 d’eval en moyenne). Enfin, Amadou Dioum aura été bon en playoffs (16,3pts), mais aura été très moyen tout au long de la saison.

Objectifs 2004/2005

Simon Darnauzan, Dragan Stipanovic, Charles-Henri Grétouce et Eric Joldersma joueront sous le maillot picard la saison prochaine. Un recrutement de cette qualité annonce un objectif ambitieux. A SQBB, on ne l’annoncera peut-être pas officiellement, mais se mêler à la lutte pour la montée devrait être à l’ordre du jour. Il faudra remplacer Starosta, ce qui ne sera pas aisé. Quoiqu’il en soit, le recrutement est déjà bien avancé, et est, avec celui de Beauvais, le plus excitant. En l’absence d’un vrai épouvantail l’an prochain en ProB, SQBB devrait pouvoir tirer son épingle du jeu...

Demain : Golbey-Epinal