jeudi 21 novembre
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Pro B > Bilan ProB 03/04 - Episode 12 : Rueil

Bilan ProB 03/04 - Episode 12 : Rueil

lundi 12 juillet 2004, par Aurélien Hipp

Clermont et Châlons ont gagné le droit de jouer à l’étage supérieur la saison prochaine, coiffant ainsi d’autres équipes ambitieuses, dont la liste s’allonge chaque année. Basket Info vous propose une rétro de la saison équipe par équipe. Petit coup de projecteur sur une division qui mérite qu’on parle d’elle, et pas seulement en programmant ses matches le vendredi... Aujourd’hui : Rueil (5e/16) avec 18 victoires pour 12 défaites.

Le RAC aura réussi la meilleure saison de son histoire en ProB, une année achevée par une qualification en finale des barrages. A une seule petite marche de la ProA, Rueil a du baisser pavillon devant Châlons, décidément au-dessus du lot dans ce tournoi. Mais au final, il s’avère que le club n’aurait vraisemblablement pas pu honorer une éventuelle invitation à jouer à l’étage supérieur. En proie à des problèmes financiers, qui ont entraîné le report de son engagement en ProB, Rueil obtient finalement un engagement avec encadrement de la masse salariale.

Si le club avait fait parler de lui en fin de saison dernière (Philippe Namyst sur la sellette à l’entame des playoffs), il a réalisé une saison discrète, jamais en dessous de la 5e place, mais jamais vraiment au dessus non plus. D’ailleurs, la 5e place semble porter chance puisque Le Havre, Hyères-Toulon dans les années précédentes, ont atteint la finale (avec montée à la clé d’ailleurs) après avoir achevé la saison régulière à ce rang.

Très honnêtement, le roster du club francilien n’est pas le plus prometteur à l’entame de la saison. Les US sont inconnus (Reed, Moseley), le bosman suscite des interrogations (Raga, en provenance de Lugano en Suisse), le meneur (Berry) également, la faute à un championnat anglais hétérogène dont on a du mal à évaluer le niveau réel. En revanche, la base française est interessante : David Condouant est une valeur sûre à ce niveau (10.4pts 9.5rebds 3.5ast cette saison) et Dubiez impressionnant d’adresse à 3pts. Reny Hannibal est un "ancien du club", et Ristic a lui aussi un petit vécu en ProB.

Pour une première saison complète au coaching, Garry peut se féliciter d’avoir eu à sa disposition une équipe dotée d’une très bonne cohésion.
Pourtant, il doit gérer le problème Sami dès l’entame du championnat : Au bout de 4 matches, Salomon Sami souhaite "se retirer du monde du basket" et entamer une "carrière artistique". S’ensuit une explication peu convaincante du joueur qui dit être déçu par les responsabilités qu’on lui confiait dans l’équipe. Son remplaçant est Lesly Bengaber, ancien joueur de Bondy, qui remplira très correctement son rôle dans les 14 mins qui lui sont confiées en moyenne.

Le RAC réalise un début d’exercice en dents de scie, des victoires logiques contre Antibes, à Nantes et Mulhouse (privé à l’époque de 2 joueurs, blessés) répondent à des défaites à Evreux, contre SQBB, à St Etienne. Sur les 14 premières journées, le RAC ne réalise qu’une seule série, mais négative, de 3 défaites contre Clermont (49-70 !), Maurienne, et à Epinal.

Le club se reprend en battant logiquement Beauvais, Angers chez lui, Rueil et Nantes. Pour ce cycle retour, le RAC semble avoir trouvé une certaine stabilité, lui permettant de se faire respecter chez lui (une seule défaite à domicile sur les matches retour, contre Angers, alors que les positions au classement sont quasi-figées). Mieux, on découvre un Rueil conquérant, vainqueur à Rouen, Maurienne, qui s’accroche à sa cinquième place.

L’année est cependant perturbée par des changements d’américains. Paul Reed, pas en phase avec le reste de l’équipe, est remplacé par Abdul-Shamsid Deen, déjà vu en France à Paris en...91-92. 9 matches, 10.6pts, 6.6 rebds plus tard, Shamsid-Deen est coupé, alors que son remplacement était déjà dans l’air depuis quelque temps... Arrive l’intérieur atypique Joe Williams (41.2% à 3Pts) qui finira la saison et ira (presque, car défaite en finale) jusqu’au bout avec l’équipe. Quasiment pas utilisé à son arrivée (5 et 2 min de temps de jeu pour ses 2 premiers matches), il s’accroche et réalise des playoffs de qualité. Plus mobile que ses prédécesseurs, il lui revient une part de mérite dans l’amélioration des performances de l’équipe.

Satisfactions :

L’excellente saison des deux français, Condouant et Dubiez, Dubiez auteur de sa meilleure saison et déjà invité à montrer son talent à l’étage supérieur l’année prochaine, à Gravelines. Il sera un parfait remplaçant à Benoit Georget. David Condouant en capitaine, a montré la voie toute la saison. Dans ses moyennes des saisons aux points et rebonds, mais aura en plus été précieux à la passe (3.5ast).
Honnête toute la saison, Ted Berry s’est vraiment révélé lors des playoffs. Son rendement limité par la grosse défense de l’ESPE aura été l’une des clés de la finale.

Déceptions :

On ne savait pas trop à quoi s’attendre de la part du Suisse Raga. Il s’avère finalement être une déception, surtout en ce qui concerne sa production offensive. Actif en défense, plutôt athlétique, on attendait plus en attaque d’un membre du 5 de départ. Son temps de jeu ira en déclinant jusqu’à la fin de saison.
Déception aussi en ce qui concerne les tatonnements pour le recrutement du poste 5. On n’a jamais très bien su pourquoi Boswell, puis Reed puis Shamsid-Deen ont été coupés.Mais force est de constater que le dernier élu (Williams) fut le bon.
Déception enfin pour l’échec du projet Rémi Delpon. Sans juger les raisons qui ont fait échouer le concept, il faut bien constater que le projet n’est pas allé au bout et que Delpon n’aura pas réussi à se relancer après Cholet.

Objectifs 2004/2005 :

On sait Rueil en proie à des difficultés financières, reste à voir dans quelle mesure elles vont limiter le club dans son recrutement. Très en retard pour le moment, le RAC aura du mal à continuer sur la lancée de sa très bonne saison 2003/2004. Par chance, les cadres semblent décidés à continuer l’aventure (Condouant, Hannibal, voire Berry et Williams). Dans ces conditions, avec un recrutement qui sera forcément composé de quelque paris, une qualification en play-offs semble être un objectif logique. L’arrivée de Nanterre en ProB est une forme de concurrence puisque le département des Hauts de Seine a désormais 2 clubs à gérer, sans oublier que Levallois pointe lui aussi le bout de son nez...

Demain : Saint-Quentin