vendredi 20 janvier
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Europe > Euroligue > Westermann et le Partizan battus face à Moscou en prolongation

Westermann et le Partizan battus face à Moscou en prolongation

vendredi 19 octobre 2012, par patnba

Ah, elles se seront bien défendues, les jeunes pousses du Partizan face aux vieux briscards de Moscou. Contraignant même les Moscovites à cinq minutes supplémentaires pour obtenir le gain du match. Mais le banc et un Sonny Weems de gala (30 points) ne leur ont laissé aucune chance. Léo Westerman et les siens se sont battus comme de beaux diables.

L’ancien Villeurbannais Léo Westermann est en passe de réussir son pari : mener le jeu dans une équipe aussi prestigieuse que le Partizan Belgrade sous la coupe de Dusko Vujosevic. Hier soir, après un premier quart prometteur (deux tirs à trois points et quelques passes), l’ancien meneur lyonnais a un peu déjoué (sept pertes de balles) et perdu son shoot (5 sur 14). Mais la jeunesse locale (un peu plus de 20 ans de moyenne d’âge) ne voulait pas s’avouer vaincue. En retard à la mi-temps (moins 8), les partenaires de Westermann revenaient dans le match à force de courage et d’adresse, surtout Lucic et Bogdanovic et Musli sur la fin dans la peinture, pour accrocher la prolongation. Que les Russes géraient mieux avec un Sonny Weems étincelant (30 points à 10 sur 14, excusez du peu). Les joueurs de Messina (vainqueurs 71-76) étaient passés près de la correctionnelle !

Erman Kunter : deux sur deux !

L’ancien coach de Cholet, lui, gère bien sa barque à Besiktas. Les Turcs sont allés s’imposer en Allemagne, à Bamberg, sur un score sans appel (71-86). Les deux ex-Choletais ayant suivi Maître Kunter en Turquie (Christopher et Falker) tirent bien leur épingle du jeu. Patrick Christopher, après un bon premier match, a été un peu en retrait (seulement 9 points mais à 4 sur 6). Falker a fait du Falker : 4 points, 3 rebonds, 2 contres.
Ce soir, un autre Français voudra se racheter de la déroute des siens à Kaunas (défaite 90-62). Il s’agit de Mickael Gelabale, auteur d’un début d’Euroligue pourtant bon (16 points).