jeudi 22 juin
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Europe > Eurocup > ULEB Cup : Présentation de la saison 2006-2007

ULEB Cup : Présentation de la saison 2006-2007

vendredi 27 octobre 2006, par Fabien Mougeot

Après une édition 2005-2006 passionnante, qui a couronné le grand favori, le Dynamo Moscou, maintenant en Euroligue, l’ULEB Cup édition 2006-2007 recommence dès le mardi 31 octobre 2006. Qui sera couronné à Charleroi, le 10 avril 2007 ? Quels sont les épouvantails ? Quelles sont les chances françaises dans cette compétition ? Autant de questions qui vont guider cette présentation.

Le tirage au sort de l’ULEB a été effectué dès le mois de septembre. Les vingt-quatre équipes ont été réparties dans quatre poules. Comme d’habitude, les quatre premiers de chaque poule accéderont aux phases d’élimination directe (huitièmes de finales, puis quart de finales et demi-finales en match aller et retour ; enfin la finale en une manche sèche).

Voici la composition des poules :

Poule A Poule B Poule C Poule D
Lietuvos Rytas Vilnius (Lituanie) Snaidero Udine (Italie) Montepaschi Sienne (Italie) Real Madrid (Espagne)
AEK Athènes (Grèce) Strasbourg IG (France) Khimki Moscou (Russie) Unics Kazan (Russie)
Gran Canaria (Espagne) BK Ventspils (Lettonie) Hapoel Jerusalem (Israël) Paok Salonique (Grèce)
SLUC Nancy (France) Anwil Wloklawek (Pologne) Alba Berlin (Allemagne) Etoile Rouge Belgrade (Serbie)
KK Hemofarm Vrsac (Serbie) Besiktas Istanbul (Turquie) Telindus Ostende (Belgique) Mons-Hainaut (Belgique)
Brose Bamberg Basket (Allemagne) FMP Zeleznik Belgrade (Serbie) Akademik Sofia (Bulgarie) Eiffel Towers Den Bosch (Pays-Bas)

Parmi ces vingt-quatre équipes, on recense pas moins de six équipes qui ont participé à l’Euroligue l’an passé (Vilnius, Sienne, Madrid, AEK, Bamberg, SIG). Certaines de ces équipes font évidemment partie des favoris. On peut détacher les six équipes suivantes :

JPEG - 11.3 ko
JP Batista

Tout d’abord, Lietuvos Rytas Vilnius est incontestablement l’une des équipes à battre. Victorieuse dans cette compétition en 2004-2005 (78-74 en finale contre Makedonikos Athènes, après une demi-finale épique contre le Pamesa Valencia des Oberto, Rigaudeau, Rakocevic, Tomasevic, Julian ou Montecchia), Vilnius a surclassé ses adversaires dans le championnat lituanien la saison passée (13-1 en championnat et un cinglant 4-0 dans la finale contre le Zalgiris !) et a été l’une des équipes surprises de l’Euroligue, en finissant à la onzième place, avec des victoires face au Maccabi (deux fois), face à Barcelone ou face au Tau Vitoria. Rytas vient à peine de débuter son championnat, aussi reportais-je les statistiques de la saison passée. Si Rytas a perdu des joueurs fondamentaux à l’intersaison (Jasaitis au Maccabi ou Javtokas au Pana), elle n’en reste pas moins une équipe bien outillée, notamment à l’intérieur avec l’international lituanien Eurelijus Zukauskas (2.18 m, 33 ans) - blessé la quasi-totalité de la saison passée (7.0 pts, 7.0 rbs en 2 matchs d’Euroligue avec Olympiakos), l’autre Lituanien Marijonas Petravicius (2.07 m, 27 ans, 14.6 pts, 7.2 rbs à Ventspils en ULEB), l’Australien Matthew Nielsen (2.08 m, 28 ans, 12.4 pts, 5.2 rbs en Euroligue) ou le prometteur Brésilien Juan Pablo Batista (2.06 m, 25 ans, 19.3 pts, 9.4 rbs à Gonzaga, NCAA). A l’extérieur, le duo US est de bon niveau : Titus Ivory (1.93 m, 29 ans) assurait à Cologne (10.4 pts, 3.5 rbs) et Andre Emmett (1.96 m, 24 ans) a ciré le banc aux Memphis Grizzlies. Il ne faut pas oublier le très complet all-around Lituanien Arturs Jomantas (1.99 m, 21 ans), qui cumulait déjà 14.0 pts, 3.2 pds, 4.9 rbs à Siauliai. Rytas sera le favori du groupe A, et l’un des prétendants les plus sérieux à la victoire finale.

JPEG - 18.9 ko
Milenko Topic

Dans le groupe A toujours, difficile de ne pas mentionner Hemofarm Vrsac, demi-finaliste lors des deux dernières éditions. Vrsac est une équipe serbe composée exclusivement de joueurs serbes, à l’exception du meneur slovène Joksimovic. L’ancestral Milenko Topic (2.05 m, 37 ans, 10.7 pts, 5.8 rbs en Ligue Adriatique) veille sur une équipe assez jeune, mais très talentueuse. A la mène, Nebojsa Joksimovic est un meneur fort en pénétration (1.93 m, 25 ans, 9.7 pts, 3.3 pds, 2.8 rbs), mais c’est un piètre shooteur (8.7 % à 3pts !). A l’aile, les très jeunes Stefan Markovic (1.95 m, 18 ans, 6.0pts, 2.7 rbs), Miljan Rakic (1.93 m, 20 ans, 8.5 pts, 2.0 rbs, 2.0 pds) et Milos Borisov (2.01 m, 21 ans, 7.5 pts, 2.8 rbs) assistent Pedrag Suput (2.00 m, 29 ans, 9.0 pts, 4.7 rbs, 1.8 pds). Enfin à l’intérieur, aux côtés de Topic, il faudra surveiller l’excellent Vladan Vuksosavljevic (2.06 m, 22 ans, 17.2 pts, 5.3 rbs). En somme, peu de grands noms, mais une équipe qui a coutume de bien figurer.

Autre cador, le Montepaschi Sienne. Plutôt en perte de vitesse ces derniers temps, après une place en Final Four d’Euroligue en 2003-2004, Sienne se reconstruit (départ des historiques Roberto Chiacig et Carlo Recalcati). Néanmoins, l’équipe reste très belle, articulée autour d’un trident offensif américain formé du meneur Terrell Mc Intyre, bien connu à Gravelines (1.76 m, 29 ans, 11.5 pts, 3.8 pds, 2.1 rbs en Lega), de l’arrière Romain Sato (1.95 m, 25 ans, 14 pts, 6.3 rbs cette année en Lega) et de l’ailier Joseph Forte (1.92 m, 25 ans, 14.3 pts, 2.8 rbs, 3.8 pds en Lega). Ces trois US sont épaulés par le Lituanien Rimantas Kaukenas (1.92 m, 29 ans, 13.0 pts, 2.8 rbs, 2.8 pds). Les intérieurs sont de solides gaillards, notamment le musculeux Benjamin Eze (2.08 m, 25 ans, 12.8 pts à 90% aux shoots, 8.3 rbs en Lega) ou le chevelu Shaun Stonerook (2.01m, 29 ans, 7.3 pts, 10 rbs en Lega). Sienne, qui domine actuellement la Lega, sera un client.

Dans ce même groupe C, Sienne aura fort à faire avec le Khimki Moscou, qui progresse année après année (4e et demi finaliste de la Superligue en 2004-2005, 3e et finaliste de la Superligue en 2005-2006). La force de Moscou réside dans sa continuité : peu de mouvements dans l’effectif. On y retrouve les expérimentés meneurs Melvin Booker (1.85 m, 34 ans, 12.0 pts, 3.5 rbs, 2.8 pds en Superligue russe) et Gianmarco Pozzecco (1.80 m, 34 ans, 7.5 pts, 3.5 pds). A l’aile, le Vénézuélien Oscar Torres est toujours là (1.98 m, 29 ans, 8.5 pts, 4.5 rbs), bien aidé par le Slovène Boris Gorenc (1.96 m, 33 ans, 5.0 pts, 3.7 pds, 2.3 rbs) et par le Russe Vitalij Fridzon (1.92 m, 21 ans, 12.8 pts, 2.8 rbs). A l’intérieur, Ruben Wolkowyski est fidèle au poste (2.08 m, 33 ans, 16.0 pts, 5.5 rbs). Le club russe sera un adversaire coriace, fort de son roster expérimenté et coutumier des joutes internationales.

JPEG - 31.7 ko
Louis Bullock

En matière de client, le Real Madrid n’est pas mal non plus ! Lassé de baisser année après année, le Real s’est donné les moyens de retrouver l’Euroligue, de remporter la Liga ACB et l’Uleb Cup, rien que ça ! En Liga, le Real caracole en tête, avec un bilan immaculé (5-0), aux côtés de Vitoria et de Girona. L’équipe est très équilibrée : les meneurs sont des internationaux aguerris : Raul Lopez (1.82 m, 26 ans, 8.0 pts, 5.0 pds) et Kerem Tunçeri (1.90 m, 27 ans, 4.4 pts, 2.8 pds). Ils approvisionneront les serial shooteurs Charles Smith (1.93 m, 31 ans, 11.8 pts) et Louis Bullock (1.85 m, 30 ans, 13.4 pts, 2.2 pds, 2.0 rbs). Le secteur intérieur du Real est composé notamment du besogneux Felipe Reyes (2.03 m, 26 ans, 10.8 pts, 6.0 rbs), du talentueux Alex Hervelle (2.05 m, 23 ans, 10.4 pts, 6.2 rbs) et du bondissant Venson Hamilton (2.05 m, 29 ans, 8.2 pts, 5.4 rbs, 2 blks). Cette équipe devrait dominer le groupe D, et s’affirmer comme l’un des prétendants sérieux.

Toujours dans le groupe D, on retrouve l’autre club russe, l’Unics Kazan. Il remplace le Dynamo St Pétersbourg, qui vient de faire faillite. Ce sera un sérieux concurrent pour le Real, car le coach lituanien Antanas Sireika a pu enrôler quelques compatriotes chevronnés. A l’intérieur, les jumeaux Darjus (2.12 m, 27 ans, 15.3 pts, 11 rbs en Superligue) et Krystof (2.11 m, 27 ans, 14.7 pts, 8 rbs, 3.3 blks) Lavrinovic sont des valeurs sûres du circuit européen ; ils sont assistés de Yegor Mescheriakov (2m06, 30 ans, 9.7 pts, 5.7 rbs). A l’aile, l’élégant all-around Lituanien Saulius Stombergas (2.03 m, 33 ans, 13.3 pts, 2.7 rbs, 2.3 pds), est assisté d’un Jarod Stevenson pas encore dans le rythme (2.00 m, 31 ans, 5.7 pts, 2.3 rbs) et des vieux shooteurs russes Sergei Chikalkin (1.96, 31 ans, 14.7 pts, 4.3 rbs) et Igor Koudelin (1.97 m, 34 ans, 5.0 pts, 2.0 rbs). Toute cette armada est drivée par Petr Samoilenko (1.85 m, 29 ans, 4.0 pts, 1.8 pds) et par l’américain récemment arrivé, Mateen Cleaves (1.88 m, 28 ans), qui n’a pas frappé fort pour son premier match (- 5 d’évaluation).

Comme il faut faire des choix, on n’a pas évoqué d’autres équipes qui ont les moyens de très bien figurer (AEK Athènes, Gran Canaria, Bamberg, Udine, FMP Belgrade, Besiktas ou Hapoel Jérusalem).

Et nos Français au milieu de cette horde ? Difficile à dire, mais on peut estimer qu’ils ont un coup à jouer, à l’image de l’ASVEL qui, l’an passé, a atteint les quarts de finale. A noter que c’est leur première participation à cette compétition.

Nancy est versé dans le groupe A, qui est sans aucun doute, le groupe le plus relevé. Si Nancy peut faire de Gentilly une forteresse quasi imprenable, la qualification peut être envisagée. Car les points laissés aux gargantuesques Vilnius, Bamberg, Gran Canaria, AEK ou Vrsac seront chers payés. Le SLUC aura besoin mettre à profit ses points forts (la variété des options offensives, la défense et le jeu de passes) et de tout le talent de sa ligne extérieure : le « virus » John Linehan (1.75 m, 28 ans, 8.1 pts, 4.7 pds, 3.3 rbs, 2.6 ints), le serial shooteur Cedrick Banks (1.90 m, 25 ans, 18.4 pts à 48% à 3pts, 2.9 rbs) et le « couteau suisse » Tariq Kirksay (1.98 m, 27 ans, 15.0 pts, 7.4 rbs, 5.0 pds, 2.6 ints, 1.6 blks) ; et de toute la hargne de son secteur intérieur : le « warrior » Cyril Julian (2.06 m, 32 ans, 13.2 pts, 10.4 rbs), le précieux Dan Mc Clintock (2.12 m, 29 ans, 8.0 pts, 2.8 rbs), et le duo de 4 composé de Victor Samnick (2.03 m, 27 ans, 8.8 pts, 4.5 rbs) et de Maxime Zianveni (1.98 m, 27 ans, 7.0 rbs, 4.7 rbs). Si le SLUC est sérieux et parvient à transposer toutes ses qualités à l’échelon européen, la qualification sera possible.

JPEG - 10.4 ko
Chuck Eidson

Pour la SIG, qui paraît actuellement un ton en dessous du SLUC, l’aventure pourrait être paradoxalement plus simple. En effet, le groupe B ne comporte aucun ogre, mais des équipes au niveau très proche. Là encore, les prestations à domicile seront déterminantes. Car il sera difficile de l’emporter en Italie, en Lettonie ou en Turquie. La SIG devra faire valoir ses qualités (le rebond, les qualités athlétiques, la qualité de course et le potentiel offensif). L’effectif tourne autour du duo américain formé de Chuck Eidson (2.00 m, 26 ans, 17.0 pts, 3.4 rbs, 3.0 pds, 2.0 ints) et d’Aerick Sanders (2.03 m, 24 ans, 11.1 pts à 68.8 %, 8.1 rbs). A la mène, l’expérimenté Lonnie Cooper (1.92 m, 30 ans, 10.0 pts, 5.3 pds) alterne avec le prometteur Gautier Darrigand (1.85 m, 24 ans, 7.0 pts, 2.4 pds). A l’aile, aux côtés du slasher Eidson, on trouve les pistoleros Afik Nissim (1.85 m, 25 ans, 9.9 pts, 2.0 pds) et Mike Smith (2.01 m, 30 ans, 11.0 pts, 6.6 rbs, 2.4 pds). A l’intérieur, le fidèle soldat Mc Cord (2.02 m, 33 ans, 5.4 pts, 5.4 rbs, 1.7 pds) apporte toute son expérience au physique Claude Marquis (2.03 m, 26 ans, 9.3 pts, 4.4 rbs). Le premier match, face à Udine à domicile, sera à prendre très au sérieux.

En somme, mardi le 31 octobre 2006 commence la NBA certes, mais également l’ULEB Cup. Cette « Euroligue bis » devrait permettre de voir de très gros matchs, de très bons joueurs. A quelques jours de l’ouverture de la saison, la compétition s’annonce passionnante et indécise. Puissent les clubs français se distinguer au milieu de toutes ses pointures européennes !