lundi 27 février
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Pro A > Strasbourg s’impose en patron et retrouve la finale

Strasbourg s’impose en patron et retrouve la finale

jeudi 29 mai 2014, par Eric Deshayes

1 an après avoir été battu par Nanterre, la SIG a une nouvelle occasion d’être sacrée champion de France. Dans sa salle, les alsaciens, toujours privés du MVP français Antoine Diot, ont notamment fait preuve d’une grosse cohésion défensive pour dominer le SLUC Nancy 70 à 58, malgré le match incroyable de Randal Falker (31 d’évaluation en 39 minutes)

Photo : Louis Campbell par Sébastien Meunier

Probablement crispées, les 3 premières minutes sont marquées par de la maladresse de chaque côté. Finalement, c’est le SLUC qui fera un premier écart de 6 points (11-5) après 5 minutes, grâce au duo Falker/Banks. Après un temps mort de Vincent Collet, la SIG va infligé un 7-0 aux visiteurs, avec en particulier une adresse retrouvée du tandem Campbell / Thornton. Ce dernier, auteur de 8 pts après 10 minutes de jeu, permet à son équipe de rester dans la roue des lorrains (18 à 19 à la fin du 1er quart).

Pour Nancy, on constate que l’objectif est clair : user et abuser en attaque du post-up, en profitant de la puissance sous le cercle de Pietrus et Falker . Ce dernier, non content d’aligner des stats de mammouth à la mi- temps (13 pts à 6/8 et 10 rebonds), gêne aussi considérablement David Andersen par sa défense (1/7 aux tirs pour le pivot danois). Heureusement, pour les alsaciens, Bootsy Thornton continue son récital (14 pts à 4/5 derrière l’arc), profitant aussi du déchet offensif des nancéens (8 balles perdues). A 38-37 à la mi-temps pour Strasbourg, et avec une adresse retrouvée de chaque côté, on se dit que tout peut arriver...

.... Et ce troisième quart temps va le confirmer. Cela commence par un nouveau panier primé de Thornton. Côté Nancy, les shooteurs, déjà bien distraits en première période, vont poursuivre sur leur triste série. Mipoka (1/5 aux tirs), Nichols (0/3) et Harris (0/2) ne parviennent pas à se dépatouiller de la défense strasbourgeoise. Sous leur panier, les lorrains vont en plus se faire déborder par l’agressivité offensive de leurs adversaires et accumulés les fautes (6 en 4 minutes). Grâce aux lancers francs, et sur un tir derrière l’arc de Paul Lacombe, la SIG creuse un premier écart (49-41 à la 25ème minute). Seul Randal Falker parvient à marquer pour les lorrains, mais malgré sa performance (27 d’évaluation à la 29ème minute), il ne peut pas tout faire. Ainsi, la SIG continue sur sa lancée. David Andersen se réveille et inscrit 7 pts coup sur coup. Résultat à 10 minutes du terme : 59-48 pour Strasbourg, avec un vilain 29 % aux tirs pour Nancy dans ce quart temps...

Les supporteurs du SLUC peuvent alors encore se dire que leur équipe peut faire le coup qu’à fait Strasbourg il y a 2 jours dans leur salle, à savoir remonter un débours de 14 points. Sauf que les arrières du SLUC vont une nouvelle fois affichés leurs limites. En effet, ils vont enchainer dans ce dernier quart temps 7 tirs ratés consécutivement à 3 points, dont 4 pour Hannah et 2 par Harris, et ainsi annihiler leurs derniers espoirs. Même si la SIG va rester muette près de 3 minutes, Louis Campbell, auteur de 15 points et 10 passes au final, va se charger de tuer le suspens à 2 minute de la fin sur un shoot à 3 points... avec la planche.

Succès pour la SIG qui rencontrera le CSP limoges en final à compter de samedi, avec l’avantage du terrain.