samedi 27 mai
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Pro B > Pro B : Levallois 73 - Brest 70, jamais 2 sans 3 !

Pro B : Levallois 73 - Brest 70, jamais 2 sans 3 !

dimanche 10 décembre 2006, par Frédéric Simon

Après Vichy et Maurienne, Levallois assomme maintenant Brest. Les voilà cinquièmes ex aequo avant d’aller affronter Châlons la semaine prochaine.

JPEG - 207.4 ko
Gouacide face à N’Diaye
Photo : Frédéric Simon

A l’ ouest de Paris, Levallois, ville cossue des hauts de seine. Les années fastes de la ProA sont loin, il y a 10 ans, Larry Krystkowiak, Wendell Alexis, Mustapha Sonko jouaient les cadors dans la salle Marcel Cerdan. Et puis la dégringolade. La Nationale 1, dont Lautié et ses boys s’extirpent sur le fil au printemps 05, le début de la reconquête ensuite avec un maintien assuré au printemps dernier. Cette année, les banlieusards ont visé plus haut avec notamment les venues de JJ MILLER, pile électrique de poche qui fit les beaux jours d’ Amsterdam et de l’arbalète Canadienne Steve ROSS qui ravirait les experts de balistique par ses trajectoires d’école.

Après un début de saison difficile, les jaunes et bleus relèvent la tête avec un troisième succès de rang ce samedi et aux dépens de Brest, svp, 3e au classement et meilleure attaque de la division.
Après Vichy, et Aix Maurienne, Sylla et les siens surfent donc sur la douce vague du succès et peuvent envisager la suite des événements avec le sourire et maintenant une balance positive sur les treize premiers matchs (7v-6d).

Pourtant tout ne fut pas rose et notamment un premier quart ou les locaux, maladroits et peu inspirés, tardèrent à trouver leur marques. Il fallut même attendre la seizième minute et un drive rageur signé Xavier DELARUE (31-29) pour que Levallois puisse prendre les commandes.Il devait beaucoup alors à son duo N’ DIAYE - MILLER. Le premier jouait juste et frappait de loin pour interdire toute embellie Brestoise. Le second, véritable energizer, s’activait dans tous les sens et son petit jump shoot faisait merveille. 24 points, 3 rebonds, 5 intercept, 2 passes décisives au final.

JPEG - 156.7 ko
JJ Miller
Photo : Frédéric Simon

La suite des opérations voyait les débats s’équilibrer. Brest misait sur la justesse de l’inusable Amadou DIOUM en attaque et l’activité du bondissant Kenny Younger. Par contre, les Bretons ne pouvaient compter sur Tommy GUNN qui ratait tout ce qu’il tentait.
LEVALLOIS, lui, voyait par intermittence NIVIERE, et DELARUE s’ajouter à la menace offensive, alors que Steve ROSS était un peu en dedans.

Indécis, et âpre, le combat allait se décider dans la dernière ligne droite, la salle tremblait lorsque YOUNGER concluait un drive avec succès offrant un avantage aux siens (67-68) à 1:44 restant au tableau .
Mais James Junior MILLER avait de la ressource, il offrait d’abord un caviar à Michel Jean Baptiste, avant d’intercepter la relance et d’envoyer Sylla au dunk dans une salle en délire.Il gravait ensuite dans le marbre le succès Levalloisien en signant deux lancers francs victorieux.
Marcel Cerdan pouvait exulter.