lundi 17 décembre
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Pro B > Pro B - Interview Stephen Brun : "L’Etendard ne va pas laisser filer les (...)

Pro B - Interview Stephen Brun : "L’Etendard ne va pas laisser filer les playoffs !"

vendredi 13 mai 2005, par Christophe Blandin

Auteur d’une superbe saison sur un plan collectif (montée en Pro A) mais aussi sur un plan individuel (17,0 pts, 44,5 % à 3 pts, 5,9 rbs et 2,0 pds par match), l’intérieur de Brest Stephen Brun (2,02 m, 25 ans) devrait logiquement être élu prochainement MVP français de Pro B. Alors qu’il s’apprête à rejoindre l’année prochaine l’ASVEL, Brun aimerait permettre au club du Finistère (qui lui a permis de relancer sa carrière) de remporter à Bercy les play-offs de Pro B.

Basket Info : Un an et demi après ton retour de Suisse, tu obtiens avec Brest la montée en Pro B et tu es le candidat numéro 1 au titre de MVP français de Pro B. Comment expliques-tu cela ?

Stephen Brun : Le fait d’avoir passé quelques mois en Suisse m’a vraiment fait comprendre pourquoi j’en étais arrivé là. Je me suis beaucoup remis en question car après être passé 3 ans à Cholet, 1 an à Mulhouse et 1 an à Nantes, se retrouver en Suisse dans un championnat amateur, il devait bien y avoir des raisons. Donc je me suis rendu à l’évidence que j’avais une énorme part de responsabilité et qu’il fallait que je me remette à travailler dur et changer mon comportement sur le terrain pour pouvoir espérer retrouver ce championnat français qui me manquait tellement. Après, Brest m’a donné cette chance de revenir en Pro B et a tout de suite eu confiance en moi. Et j’ai tout fait pour ne pas retomber dans mes anciens travers et, avec le travail et l’aide d’un groupe exceptionnel, j’ai réussi une belle saison.

Basket Info : Pour le titre de MVP français de Pro B, quels sont selon toi tes plus sérieux concurrents ?

Stephen Brun : Je dirais que William Soliman a fait une énorme saison. En plus, c’est quelqu’un que j’apprécie, qui est toujours très calme sur le terrain. Il mériterait autant que moi d’obtenir ce titre. Après, il y a aussi Antwan Hoard qui, malgré son prénom et son nom anglophones, possède la nationalité française. Statistiquement parlant, c’est le meilleur français de Pro B. Après, il y aura forcément un débat sur le fait qu’il ne soit pas né en France.

Basket Info : Quelle a été ta réaction quand tu as appris que l’ASVEL avait pensé te faire venir pour la fin de saison ?

Stephen Brun : Tout d’abord, j’ai cru à une plaisanterie. Comment un des 2 plus grands clubs français pourrait s’intéresser à un joueur de Pro B au passé difficile !!! Après avoir réalisé que c’était vrai, je me suis senti flatté et heureux. Ca flatte forcément l’égo surtout quand on revient d’assez loin ! Je me suis également posé beaucoup de questions et la principale était de savoir si j’allais réellement avoir le niveau pour jouer avec eux !!!

Basket Info : Finalement, regrettes-tu de n’avoir pas pu rejoindre en cours de saison la formation villeurbannaise ?

Stephen Brun : Le jour où j’ai su que finalement le deal ne se ferait pas, j’ai été forcément déçu. Mais j’ai assez vite tourné la page pour me remettre à fond dans la fin de l’aventure avec Brest. Maintenant je me dis que, si j’avais du quitter l’Etendard, je n’aurais pas vécu ces moments magiques de la montée dans la salle avec ce public merveilleux et ce défilé dans la ville brestoise avec tous les gens dans les rues.

Basket Info : Avant le début de la saison, si on t’avait dit que Brest aurait enchaîné 17 victoires pour débuter le championnat et aurait obtenu sa montée plutôt aisément, tu y aurais cru ?

Stephen Brun : Qui l’aurait cru dans le monde du basket ?? Personne. Alors moi encore moins. Je pensais jouer les play-offs et faire quelques exploits comme chaque année à Brest. Mais dès la première victoire à Evreux avec 5 joueurs valides, j’ai compris qu’on était peut-être parti pour quelque chose d’autre. Mais de là à imaginer 17 victoires de suite... quand même pas !

Basket Info : Comment expliques-tu qu’un si petit budget puisse réaliser une telle saison ? Est-ce le climat familial qui règne au sein du club qui contribue à ces succès ?

Stephen Brun : Qui dit Petit Budget dit forcément PARI sur les joueurs. Le problème pour toutes les autres équipes cette saison c’est que tout les paris de Jimmy Verove se sont révélés gagnants. Après, le fait qu’à partir du 20 août, tous les joueurs étaient réunis pour le début de la préparation, ça joue forcément. D’ailleurs, il me semble que c’était une première pour le club d’avoir les américains pour mi-août. Donc les liens dans le groupe se sont créés assez vite. Il est vrai que d’avoir 3 Verove dans un club ça donne forcément des vertus de guerriers et de courage à un groupe et c’est tout ça qui a fait que nous en sommes arrivés à dominer le championnat.

Basket Info : Quel va être l’objectif de l’Etendard pour ces playoffs Pro B ? Yves-Marie Verove a-t-il fait du titre de champion de Pro B un objectif prioritaire ?

Stephen Brun : Je voudrais dire à tous ceux qui pensent que l’Etendard va laisser filer les playoffs qu’ils se trompent. Quel joueur ne rêve pas un jour d’aller jouer une finale à Bercy ? C’est devenu l’objectif de chacun dans l’équipe, ça serait en quelque sorte la cerise sur le gâteau. Yves Marie ne nous met aucune pression pour qu’on aille au bout. Mais on ne se privera pas de le faire si on en a les moyens.

Basket Info : Comment vois-tu ce premier tour face à Nanterre ?

Stephen Brun : Je dirais que c’est un premier tour piège qu’il va falloir aborder avec beaucoup de méfiance. Nanterre, pour sa première saison en Pro B, parvient à faire les play-offs alors qu’ils ne visaient que le maintien. Donc pour eux aucune pression, ils vont jouer libérés et Dieu sait qu’une équipe relâchée et sans pression peut s’avérer dangereuse. On a le statut de leader et tout le monde veut nous faire tomber, pour ça aussi ce premier tour sera très dangereux.

Basket Info : On a pu lire que tu t’étais engagé en faveur de l’ASVEL pour les 2 prochaines saisons. Qu’en est-t-il ?

Stephen Brun : En fait, rien n’a encore été signé mais j’ai effectivement donné mon accord à l’ASVEL sur un contrat qui porte sur 2 années. Il reste juste à peaufiner les contrats et je pense que très bientôt, je poserai ma signature dessus. Mais bon il est vrai que, dans ce milieu, tant que rien n’est signé, rien n’est fait !!!

Basket Info : Tes performances en coupe de France t’ont-elles rassuré sur tes capacités à avoir un rôle en Pro A ?

Stephen Brun : C’est vrai que, contre le PBR et Dijon, j’ai plutôt fait 2 bons matches mais il y a quand même de grandes différences entre un match de coupe où tu joues une équipe supposée supérieure à toi et une saison entière en Pro A. Alors oui j’ai prouvé que je pouvais affronter des équipes de Pro A, reste juste à le prouver durant une saison entière.

Basket Info : Dernière question, le surnom de "Dirk Nowitzki de Pro B", ça te convient ? Et sinon tu viens toujours sur le forum de Basket Info voir ton ami "foudebasket" ?

Stephen Brun : Pour le surnom, je vais dire que je suis flatté mais que ca me convient parfaitement sachant que Dirk est mon idole et que j’essaye de le copier un peu !! Le forum de Basket Info, j’aime bien aller y faire des petits tours de temps en temps pour voir ce que les gens de l’exterieur peuvent penser de certaines chose et voir les ptites rumeurs qui circulent. Pour Mr Foudebasket, c’est toujours un plaisir de voir ses messages sur moi. Ca décuple mon envie de bien faire, d’ailleurs j’aimerais bien qu’il continue. Peut-être que l’année prochaine je ferai une aussi belle saison grâce à ses critiques sur mon compte !

Basket Info : Merci beaucoup à Stephen pour sa disponibilité et sa franchise !