mercredi 22 mars
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Pro A > Pro A : Roanne, champion, vient à bout d’un SLUC maudit à Bercy

Pro A : Roanne, champion, vient à bout d’un SLUC maudit à Bercy

samedi 2 juin 2007, par Vianney Pannet

En ce samedi 2 juin, la Chorale de Roanne a dominé le SLUC Nancy sur le score de 74-81 (24-14, 15-16, 18-24, 17-27) lors de la finale du championnat de France de Basket lors d’un match où l’euphorie de l’un a succédé à l’euphorie de l’autre.

Nancy sur les chapeaux de roue

Cette finale, lancée par une entrée des joueurs à la manière d’un show à l’américaine dans un Bercy surchauffé n’a pas connu de phase d’observation avec une entame de match très engagée. Lors des trois premières minutes de la rencontre, Nancéiens et Roannais se rendent coup pour coup en jeu rapide, le SLUC mène alors 9-6. A ce moment du match, le SLUC place une accélération, plaçant un 14-1 en l’espace de 5 minutes sous l’impulsion d’un Milisavljevic très à l’aise pour mener le jeu de transition proposé par Nancy, distillant quelques passes parfaites pour McClintock tout seul sous le cercle ou Banks à 3pts, le temps mort pris pas Jean Denys Choulet n’y changera rien, la Chorale n’arrive ni à contenir le jeu rapide de Nancy, ni à déstabiliser le repli bien organisé des blancs et rouge. Il faut attendre le réveil de Salyers et quelques choix malheureux de la part des hommes de Jean Luc Monschau pour voir Roanne recoller à 10 points (24-14) en fin de premier quart.

Roanne, 30% de réussite mais à 9 points seulement...

L’entrée sur le terrain de Julian, déstabilise momentanément le SLUC plus porté sur le jeu placé lorsque le MVP français est sur le parquet. Roanne parvient à recoller partiellement suite à un 8-1 à cheval sur les premier et deuxième quarts temps (24-17). Le temps mort demandé par les « locaux » aura l’effet escompté, Green et Milisavljevic parviennent à mener un jeu beaucoup plus posé, avec de nouveau une belle série (11-0) pour mener 39-23. La maison bleue est alors en feu et l’absence de Spencer et Harper, deux des trois meilleurs marqueurs de la saison, dans le jeu offensif pèse lourd du coté du tableau de marque (chacun 2 petits points à la mi temps à 2/11 cumulé). Cependant, à la mi temps, rien n’est encore joué, Salyers, le MVP de la Semaine des As maintenant les siens à flot avec ses 14 points (5/14). Suite à un dernier lay up de Pellin au buzzer, les deux équipes rentrent au vestiaire sur le score de 39-30 en faveur du SLUC.

Un troisième quart temps fou, fou, fou !!!

Si on ne les avait pas vus durant la première moitié du match, les deux autres membres du trio magique reviennent sur le parquet avec une envie décuplée et se mettent au niveau de leur compatriote en début de seconde période. Ils placent des banderilles qui font mouche et qui permettent à la Chorale de passer devant (44-41) à la faveur d’un 12-1 qui fait exploser Bercy et qui plus est, l’équipe entière de Roanne fait preuve de beaucoup plus de rigueur défensive, rappelant des mauvais souvenirs à tous les lorrains. Durant la deuxième partie du quart temps, ce sera œil pour œil, dent pour dent, et ce, malgré la quatrième faute précoce de Spencer. Et une antisportive sifflée à Harper sur une interception de Kirksay. Alors que la dernière ligne droite se profile, Nancy est toujours devant mais son avance a fondu (57-54)

Le SLUC rattrapé par ses vieux démons

Alors qu’on a retrouvé lors de la seconde partie du match toutes les qualités de Harper et Spencer (très précieux lors de l’ultime quart temps malgré les fautes), la partie s’annonce des plus serrées, personne ne parvenant à prendre nettement l’avantage. Le premier (faible) écart est creusé par le SLUC (70-65 à la 34eme) suite à la blessure de Marco Pellin, mais dans un POPB toujours surchauffé, Nancy a fini par craquer, car si Roanne n’avait rien à perdre, l’équipe menée par Jean Luc Monschau devait impérativement gagner après les deux expériences malheureuses de 2005 et 2006. Lors des six dernières minutes, les rouges et blancs ne marqueront plus que 4 points pendant que Badiane, d’un nouveau dunk rageur, relançait les siens, bien relayé par Spencer qui marquera 8 des 12 derniers points des siens (13 points lors des 10 dernières minutes). Marc Salyers, avec ses 27 (50%) points assortis de 8 rebonds ne sera pas passé loin de la perfection cette saison en cumulant les titres de MVP de la Semaine des As, de la finale du Championnat et de vice MVP (étranger) de la saison régulière.
Soulignons aussi les bonnes performances individuelles de Badiane, auteur de 11 points et 12 rebonds et de Maxime Zianveni auteur lui de 21 points , 5 rebonds et 5 passes.

La soirée risque d’être longue et la nuit très courte dans la Loire pour fêter ce titre que cette équipe est allée gagner avec ce qu’elle sait faire, c’est à dire proposer du jeu et donner du rêve à tous les spectateurs.
Deux dernières questions se posent, la Chorale pourra-t-elle défendre sa place l’an prochain en Euroleague et le SLUC arrivera-t-il à surmonter ce troisième échec en trois saisons avec cette formule des play offs qui assurément ne lui convient toujours pas ?