vendredi 26 mai
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Pro A > Pro A : Paris 56 - Cholet 71, les cinq dernières minutes...

Pro A : Paris 56 - Cholet 71, les cinq dernières minutes...

samedi 16 décembre 2006, par Frédéric Simon

Sans envie, ni ligne directrice, Paris a définitivement cédé en fin de match et concède donc un deuxième revers consécutif. Une rencontre à oublier. Cholet peut lui continuer son opération redressement.

JPEG - 162.5 ko
Vladimir Petrovic
Photo : Frédéric Simon

Ce fut un vrai match de décembre. Il faisait froid dans Coubertin, et les manteaux et les écharpes étaient de sortie. Pour ce dernier match de l’année civile, avant la dinde et les voeux du nouvel an, Paris a fait une belle sortie de route, et confirmé du coup qu’après s’être intoxiqué samedi dernier à la moutarde de Dijon, il traverse bien une mauvaise passe. Investissement minimal, manque d’attention, envie suspecte, Larry Stewart et les autres ont mis en rogne Elias Zouros, très remonté contre ses troupes durant la conférence de presse.

Dès les premiers échanges, on sentait les hommes de Zouros mal à l’aise dans leur basket. Maladroits, incapables de changer le rythme il tardaient à prendre fermement la main face à une équipe Choletaise qui semblait pourtant à sa portée. Résultat à force d’erreur et d’approximations, Cholet sentait le coup jouable, et restait droit dans ses baskets.

Dès la dixième minute, sous l’impulsion du remuant steed Tchicamboud, les visiteurs prenaient leurs aises (10-16e), sans que les Parisiens ne semblent aptes à contrarier leurs plan. Stewart et Petrovic, leaders habituels de l’escadrille Parisienne, faisaient le job sans grand entrain.

JPEG - 177.3 ko
Corey Williams
Photo : Frédéric Simon

De l’autre côté Taj Gray, barbu costaud, contrôlait le trafic et les hommes de Kunter n’avaient aucun mal à rallier le repos sur un quasi équilibre (33-35).
C’est au fil des minutes suivantes que Cholet allait poser sa grosse patte sur la rencontre. Les fautes pleuvaient sur les intérieurs Parisiens, et les partenaires de Bilba trouvaient des brèches pour décocher quelques frappes bonifiées. Du coup, l’écart enflait ( 41-52- 30e). Zouros tentait de recadrer les troupes à l’abord de la dernière ligne droite.

Le début du quatrième quart temps semblait lui donner raison au sens où Petrovic puis Morlende trouvaient rapidement la mire, mais les visiteurs trouvèrent leur salut dans les cinq dernières minutes et les coups de poignets victorieux de Tchicamboud et Dujmovic, ôtant vite le semblant de suspens qui subsistait alors.
Paris aura livré une prestation très décevante, sans grande envie. Cholet, lui, enchaîne un troisième succès consécutif et retrouve une place plus présentable au classement.

Réactions :

- Elias Zouros (coach Paris) : "Les joueurs ont pensé aux vacances et pas au basket ball. On a très mal joué, on n’était pas concentré du tout. On parle de nous à la semaine des as, mais moi je maintiens que notre seul objectif c’est le maintien en ProA. Si on continue comme cela, on aura de gros problèmes devant nous."

- Erman Kunter (coach Cholet) : " La deuxième mi-temps a fait la différence, Paris n’ayant marqué que 23 points. On savait que cela n’allait pas être facile de jouer ici, Paris ayant battu de grosses équipes. Les intérieurs Parisiens ont eu des problèmes de fautes, du coup leurs extérieurs sont venus aider et cela nous a donné des tirs ouverts. On relève la tête mais il reste encore beaucoup de matchs. Chris GARNER va nous quitter, on a fait un divorce propre. Pero DUJMOVIC aussi car sa femme est enceinte, elle est en Croatie et elle ne peut pas venir en France. Pero a été honnête il nous a dit que mentalement il ne pourrait totalement avoir la tête au basket en étant seul en France. Je le remercie, il nous a beaucoup aidé."