vendredi 26 mai
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Pro A > Pro A : Jacques Monclar, un seigneur de la balle orange...

Pro A : Jacques Monclar, un seigneur de la balle orange...

samedi 2 avril 2005, par Dr Naoun

Jacques MONCLAR vient de prendre la direction de la JDA de Dijon où, dès son arrivée, le club en grand danger de relégation, s’est adjugé deux précieuses victoires, dont une en Coupe de France et une en championnat Pro A. La plupart des médias au fait des choses de la citrouille ont rendu compte de la carrière et de la personnalité de cet
entraîneur attachant, intelligent, compétent, aux multiples facettes et talents. Ce regain d’actualité donne envie de se pencher sur cet homme exceptionnel, sur ses origines, sur sa carrière et sur les messages qu’il ne cesse de véhiculer depuis des années.

JPEG - 5.3 ko
Jacques Monclar

MONCLAR signifie, d’après les étymologistes, Mont Clair, ce qui dépeint le personnage : grand et franc. On trouve des traces très lointaines de Monclar et de De Monclar, noms portés par des familles nobles dont l’origine remonte au 12° siècle. Sans doute Jacques ou des membres de sa famille ont-ils déjà esquissé des arbres généalogiques qui leur ont permis de connaître le début de l’usage de cette appellation ? Si on regarde la répartition plus proche de notre époque des Monclar, on en trouve assez peu puisque le nombre de Monclar nés au cours des dernières décades est assez réduit, cantonnés à certains départements : Bouches du Rhône, Tarn, Ardèche, Aude, Hte Garonne, Manche et ...Hauts de Seine, département où naquit le 2 Avril 1957 un certain Jacques MONCLAR, avec une balle orange dans le berceau puisque son père, Robert MONCLAR, fut un brillant basketteur du Racing de Paris. La tradition familiale se perpétue car Jacques a deux enfants ; Benjamin né en 1988, Espoir de l’Olympique d’Antibes Juan les Pins ( Pro B ) et Clément, né en 1989, Cadet 2 lui aussi à l’OAJP : le basket est dans les gènes des Monclar. Très jeune, Jacques qui est un joueur costaud et dynamique, intègre l’équipe première du Racing où il occupe indifféremment les postes de meneur ou d’arrière. Il part ensuite à l’ASVEL qui lui permet de gagner le titre de champion en 1981 et la coupe de la Fédération en 1984. De Villeurbanne à Limoges, villes phares du basket hexagonal, il n’y a qu’un pas et Jacques arrive au CSPL en 1986 avec lequel il remporte le championnat, le tournoi des As et la Coupe des Coupes en 1988. Il est sélectionné pour les All Stars Game en 1987, 1988 et 1989. Brillant international, il porta la tunique bleue 200 fois.

A 32 ans, il décide d’entamer une carrière d’entraîneur qui va le mener d’Antibes à Dijon en passant par Pau-Orthez, Limoges, Antibes à nouveau et Paris. A Antibes, il est champion de France en 1991 et 1995 ; vice-champion en 1990 et 1994 ; premier de la saison régulière en 1991
et 1995. Avec le CSP Limoges, il est vice-champion en 1998 et avec l’EBPO, il est premier de la saison régulière en 1997. En 1995, Jacques Monclar est élu coach de l’année. Quel palmarès !

Dans ce rôle de meneur d’hommes, il a su dénicher des joueurs exceptionnels comme Rivers ou révéler des talents inconnus comme Bonato ou Foirest qui ont fait par la suite la brillante carrière que tout le monde connaît. Les qualités de Jacques Monclar sont multiples :
connaissance parfaite des fondamentaux du basket, obstination, rigueur, fermeté, travail ; il élabore des tactiques éprouvées et exige de ses joueurs qu’ils les respectent. Bon pédagogue, il se fait bien comprendre
et fait progresser jeunes et moins jeunes. Que lui manque-t-il pour égaler les plus grands ; les Buffière, Dao, Obradovic, Maljkovic, Gomelski, Don Nelson, Chuck Daly, Pat Riley, Rick Adelmann, Phil Jackson, Dunleavy, Tomjanovic, Popovic ou Larry Brown ? Juste une brochette de grands joueurs et une meilleure illustration du Basket
hexagonal sur la scène internationale : ce sont les succès européens et mondiaux de l’équipe nationale de Yougoslavie puis de Serbie qui ont donné aux coachs de ce pays l’aura parfois surfaite dont ils bénéficient.

Depuis quelques années, Jacques Monclar donne de la voix et de la plume dans la presse écrite et télévisuelle : il y fait preuve d’un bon esprit d’analyse, de pédagogie, d’une parfaite connaissance du basket américain et européen, d’un humour bon enfant et d’une lumineuse clarté. Il a
également occupé le fauteuil de Président du Syndicat des Entraîneurs lors de sa création, en 1987.

A la Jeanne d’Arc de Dijon, JM s’est lancé un nouveau défi : bouter le club hors de la zone dangereuse, lui redonner une place plus conforme à ses ambitions et à son passé et pourquoi pas gagner la Coupe de France car pour les plays-off, il est sans doute trop tard : pourvu que la
moutarde ne lui monte pas au nez et qu’il ne finisse pas sur le bûcher...

Bonne chance, Maître Jacques !