jeudi 19 octobre
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Pro A > Pro A : Cholet champion de France pour la première fois !

Pro A : Cholet champion de France pour la première fois !

lundi 14 juin 2010, par Christophe Blandin

Erman Kunter l’avait prédit depuis un petit moment déjà : Cholet est devenu pour la première fois de son histoire champion de France en battant plutôt logiquement Le Mans sur le score de 81 à 65. Les Choletais auront fait la course en tête durant quasiment toute la rencontre en s’appuyant, comme durant toute la saison, sur une grosse défense et un formidable collectif (6 joueurs à 10 pts et plus cet après-midi à Bercy). Wright très bien contenu par Linehan, les efforts de Dewarick Spencer (21 pts) et de JP Batista (12 pts et 5 rbs) auront été vains tant Cholet aura semblé dominer son sujet. Outre ce premier titre de champion de France, Cholet a également gagné son ticket pour le tour principal de l’Euroligue !

Début de match hésitant pour chacune des 2 formations qui doivent évacuer le stress et l’adrénaline de cette finale. Ce sont Sammy Mejia et Marc Salyers qui lancent les débats de ce derby de l’ouest au POPB, chacun de ces 2 joueurs scorant 5 pts. L’adresse des intérieurs fuyants choletais, Marcellus Sommerville et Antywane Robinson, permet au CB d’infliger un 8-0 à son adversaire pour créer un premier vrai break (18-9). Après 10 minutes conclues sur une superbe réussite longue distance de Dee Spencer sur le buzzer, les joueurs d’Erman Kunter conservent un avantage de 5 points (25-20). Si les fautes pèsent sur les meneurs (2 pour Wright, 2 pour Linehan), les 2 équipes ont bien trouvé leur rythme en attaque après quelques minutes d’observation.

Si c’est Cholet qui ouvre la marque lors du 2ème quart-temps par l’intermédiaire d’Arvydas Eitutavicius, c’est néanmoins Le Mans qui démarre le mieux cette période en s’appuyant à l’intérieur sur le pivot brésilien JP Batista qui score 6 pts d’affilée pour ramener les siens à une petite longueur (27-26). Mais les Sarthois ne parviennent pas à repasser devant et c’est, au contraire, Cholet qui reprend de l’air sur les ailes d’un très efficace Antywane Robinson qui conclue un 6-0 pour redonner 7 points d’avance à la formation des Mauges (37-30). Malgré les efforts d’un Maleye N’Doye inspiré depuis son entrée en jeu, ce sont bien les Choletais qui virent en tête à la mi-temps : 40-38.

JPEG - 50.3 ko
Mickael Gelabale

Le début du 3ème quart-temps est entièrement à l’avantage des Choletais. Pendant de longues minutes, les Manceaux se montrent en effet incapables d’alimenter la marque alors que côté Cholet, Gelabale et Falker contribuent à un 7-0 qui vient accroître l’écart en faveur du CB : 47-38. C’est finalement Dee Spencer qui apporte les 2 premiers points de la seconde mi-temps pour les Manceaux après presque 4 minutes de jeu. La défense choletaise continue son travail de sape avec un John Linehan qui fait vivre un calvaire à Zack Wright pourtant si brillant jusqu’alors dans ces play-offs. L’écart grimpe ainsi à +11 (51-40) et même jusqu’à +13 (58-45) quelques minutes plus tard grâce à l’impact offensif de Mickaël Gelabale (9 pts dans ce quart-temps). Au terme de ce 3ème quart-temps, les Choletais mènent sur le score de 58 à 46 après avoir contenu les Manceaux à 8 petits points depuis le retour des vestiaires.

Pour revenir sur les basques des Choletais, l’entraîneur manceau JD Jackson opte pour une défense de zone pour cette dernière période. Une stratégie vite mise à mal par un panier primé de John Linehan qui fait encore monter l’avantage choletais (61-46). Avec 2 paniers consécutifs de Marcellus Sommerville, l’écart gonfle encore pour atteindre les 17 pts (65-48) et les Manceaux semblent au fond du trou. JD Jackson choisit de repasser en défense individuelle et le MSB, en s’appuyant sur ses leaders offensifs Dee Spencer et JP Batista, signe un 7-0 pour redonner un peu d’espoir à ses supporters (65-55). Un espoir vite envolé de fait de la maladresse sarthoise et de Choletais qui gèrent bien ces dernières minutes en faisant tomber le chrono et en profitant de la moindre brèche ouverte.