mercredi 26 avril
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Pro A > Playoffs Pro A : Gravelines qualifié, 3 belles samedi !

Playoffs Pro A : Gravelines qualifié, 3 belles samedi !

jeudi 18 mai 2006, par Christophe Blandin

Les matches retour de ce tour préliminaire des playoffs Pro A 2006 se déroulaient ce jeudi soir et Gravelines, qui s’était imposé mardi en Bourgogne, est la seule équipe qualifiée en 2 manches pour les quarts de finale grâce à sa victoire obtenue avec le soutien de son public sur le score de 71 à 62. Les 3 autres rencontres se sont soldées par des victoires à domicile et les spectateurs auront donc droit à 3 belles décisives samedi à 17h.

Gravelines 71 - 62 Dijon

Surpris dans leur salle mardi dernier, les Dijonnais se devaient de l’emporter ce soir pour ne pas partir en vacances. Les coéquipiers du MVP de la finale de la Coupe de France TJ Lux (23 pts et 9 rbs ce soir) rentraient bien dans ce match et remportaient le 1er quart-temps (18-23). La JDA parvenait même à rejoindre les vestiaires avec un petit point d’avance (37-38). Mais au retour des vestiaires, le BCM reserrait sa défense et les joueurs de Fabrice Courcier prenaient l’avantage au score : 57 à 51 à la fin du 3ème quart-temps. Avec un impeccable Dainius Adomaitis (21 pts et 4 rbs) et un Mike Jones inspiré (16 pts et 7 pds), Gravelines contrôlait ensuite le dernier quart-temps pour s’offrir sa qualification en quarts de finale malgré l’absence de Thomas Dubiez et de Kevin Johnson. Gravelines recevra Strasbourg mardi soir pour le match aller de ce quart de finale.

Le Havre 83 - 74 Chalon

C’est Chalon qui entrait le mieux dans le match. Sous l’impulsion du meneur Arthur Lee (20 pts et 3 pds au total), les joueurs de Greg Beugnot menaient ainsi 26 à 15 après 10 minutes de jeu. Mais les Havrais réagissaient dans le second quart-temps pour recoller à 2 longueurs (38-40). Mike Williams (14 pts, 5 rbs et 3 cts) poursuivaient sur leur lancée après la pause et passaient devant au terme du 3ème quart-temps (56-52). Pat Durham se montrait intraitable à 3 pts (6 sur 11 au total), JK Edwards confirmait sa bonne fin de saison (17 pts et 5 rbs) et le STB filait ainsi tranquillement vers la victoire dans le dernier quart-temps.

Le Mans 80 - 58 Bourg

Malmené à Bourg mardi du fait d’une adresse douteuse, on attendait de voir la réaction du MSB dos au mur devant son public. Et les joueurs de Vincent Collet tenaient à mettre les choses au point d’entrée en infligeant un sévère 22-6 dans le 1er quart-temps à la JL. Jermaine Guice et Huseyin Besok sur le banc à l’entre-deux initial, c’est Kenny Gregory qui se mettait en évidence : 20 pts à 8 sur 11 et 5 pds en seulement 22 min. Après cette très belle entrée en matière, les Manceaux continuaient leurs efforts et l’écart atteignait 26 pts à la fin du 3ème quart-temps (62-36). Sans solution en attaque, dépassés en défense, les joueurs de Frédéric Sarre n’attendaient plus que la sonnerie retentisse. Outre Gregory, on notera les 10 pts et 11 rbs d’Alain Koffi et le jeu très complet de Yannick Bokolo : 5 pts, 6 rbs, 5 pds et 2 int.

Cholet 82 - 57 Roanne

Claude Marquis (17 pts et 10 rbs) et Lamayn Wilson (20 pts et 6 rbs) montraient la voie à suivre en infligeant un 6-0 aux Roannais pour débuter le match. Les Roannais réagissaient cependant grâce à leur capitaine Mike Bauer (10 pts dans ce 1er quart-temps sur un total de 12). Mais Wilson était insaisissable et scorait 14 pts dans cette première période qui s’achevait sur le score de 25 à 16. La Chorale revenait à 25-20 en début de 2ème quart-temps avant de subir un terrible 16-0 marqué par une pluie de paniers longue distance. Spencer mettait fin à l’hémorragie mais le mal était fait et les joueurs de Jean-Denys Choulet rejoignaient les vestiaires avec un retard de 16 pts (43-27). Les Choletais n’étaient pas inquiétés durant la seconde mi-temps en parvenant à conserver leur avance et même à l’accentuer ce qui permettait à Ruddy Nelhomme de faire participer l’ensemble de son banc. C’est à l’intérieur que CB a largement dominé avec notamment un 41-24 aux rebonds et un duo Wilson - Marquis qu’on a peu vu aussi efficace cette saison.