jeudi 20 juillet
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > NBA > NBA sur Sport + : beaucoup de matches décevants

NBA sur Sport + : beaucoup de matches décevants

mercredi 5 novembre 2008, par patnba

La NBA, tout le monde en parle, tout le monde envie ses joueurs qui touchent des sommes folles. Mais lorsqu’on regarde les matches sur Sport +, on s’aperçoit que cette ligue est un peu surfaite.

Dimanche soir, 0 h 45 sur Sport +, c’est le retour de la NBA. Chouette. Avec à l’affiche les New York Knicks contre les Milwaukee Bucks. New York avec un nouveau coach pour oublier le suffisant Isiah Thomas. Donc, avec Mike d’Antoni, je m’étais dit que c’était l’assurance de voir du beau basket : ouvert, avec beaucoup de courses. J’avais d’ailleurs pu les apercevoir en présaison avec ce style de jeu agréable. Mais là, patatras, j’ai cru revoir à nouveau les Knicks version Isiah Thomas : tirs précipités, pertes de balles, adresse déficiente. En face, des Bucks sérieux mais sans génie qui vont profiter de l’incapacité des locaux à produire un semblant de basket-ball. Mais on s’aperçoit finalement que des matches comme celui de dimanche soir, il y en a beaucoup en NBA.

Parker et Diaw, les seuls au niveau

Lorsque Canal Plus diffuse ses matches le dimanche soir, elle sélectionne les affiches. Et c’est tant mieux. Sport + devrait en faire autant. On sait bien que la NBA c’est avant tout du spectacle. Il n’y en a que pour les vedettes : elles seules ont le droit de prendre les tickets shoots et elles n’ont que des faire-valoir autour d’elles. En parlant de faire-valoir et de Français, en NBA les seuls capables d’évoluer à ce niveau sont bien Tony Parker et Boris Diaw, les autres n’ont, et de loin, pas le niveau. Quand on voit ce qu’ont produit en équipe de France les Turiaf et Diawara...

Un basket, par contre, qui devient de plus en plus intéressant, c’est celui de l’Euroligue. On voit d’ailleurs certains Européens revenir à leurs premières amours, délaissant ainsi la NBA. Et même de bons joueurs NBA se laisser séduire par l’Euroligue. Eh oui, les temps changent.