mercredi 19 juin
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > NBA > NBA : Qui pour arrêter les Rockets ?

NBA : Qui pour arrêter les Rockets ?

jeudi 28 avril 2005, par drdre

A la fin du marché estival, le tandem Yao - T-Mac faisait rêver toute la ligue. Un pivot dominant, adroit, jeune, peut être bientôt le joueur le plus dominant de la ligue, associé à un arrière de premier ordre, capable de scorer, passer, capter des rebonds. Ce tandem n’était pas sans rappeler le duo que formaient Shaq et Kobe à leurs débuts, ... et meme mieux, puisqu’on savait déjà que le gentil géant chinois, Yao Ming, ne viendrait pas faire du trash talking avec T-Mac. Le cousin de Vinsanity non plus d’ailleurs, n’a pas la réputation d’un Shaq ou d’un Kobe.

Deux joueurs au talent incroyable, dans la même équipe, tout en sachant qu’ils ne se marcheraient pas sur les pieds, c’était le succès assuré. Mais le succès tarda à venir, la faute à un effectif très faible autour des 2 stars. Steve Francis et Cuttino Mobley parti contre T-Mac cet été, il ne restait guère que Tyronn Lue pour mener le jeu, vraiment pas de quoi faire une équipe de premier ordre.

Le front office des Rockets a alors dû s’atteler à trouver des coéquipiers dignes de ce nom pour Yao Ming et Tracy McGrady. Juwan Howard, venu avec T-Mac d’Orlando, pouvait tenir la route dans la raquette aux cotés de Yao. Ancien all star, ce vétéran pouvait parfaitement tenir le rôle qu’on lui demandait. C’est plutôt à l’arrière et à la mène que cela posait problème. Pour y remédier, les Rockets ont fait venir David Wesley, qui végétait avec New Orleans, ; afin d’avoir un bon artilleur à 3pts. De plus avec le retour de blessure de l’excellent et très polyvalent Bob Sura. Après un retard à l’allumage, les Rockets décollaient enfin, ...

Jeff Van Gundy était ravi, les victoires s’enchaînaient, et un ajout à la limite de la trade deadline allait encore rajouter de la valeur à cette équipe. Venu depuis Milwaukee, l’ancien Nancéien, Mike James, un joueur capable de mener le jeu, mais aussi de prendre feu en sortie de banc, à la manière d’un Ben Gordon, et de renverser un match. La boucle était bouclée, Houston n’en finissait pas de monter dans le classement, pour finalement obtenir une 5ème place dans la conférence Ouest, synonyme de rencontre avec Dallas.

L’affaire était loin d’être évidente, Dallas aussi, depuis la nomination d’Avery Johnson à la tête de l’équipe, était en pleine euphorie, terminant même la saison sur une série de 9 victoires consécutives. Pire, Dallas commençait à défendre, jamais on avait vu ça dans cette région du Texas, à tel point que Dallas devenait même un « univers impitoyable » pour chaque adversaire.

Dallas était même le favori selon les experts, de cette confrontation 100% texane. Deux matches plus tard, et une double victoire de Houston à Dallas, on entend plus rien de Mark Cuban. Non content d’avoir emporter la première manche, les Rockets ont remis ça 2 jours plus tard, ne laissant que très peu d’espoirs aux Mavs d’aller au second tour des playoffs. Et dans ces 2 matches, les Rockets ont fait preuve de toute leur polyvalence.

Un premier match mené de bout en bout, en ne laissant aucun espoir aux Mavs, tant la défense des Rockets a été imperméable, Dirk Nowitzki rendant même un pourcentage famélique, alors qu’en face T-Mac scorait à tout va, 34pts. Le match suivant avait une toute autre allure, c’était tout pour l’attaque, un score final élevé, 113-111, et une victoire arrachée à 2.2sec du buzzer sur un shoot de Tracy MacGrady, alors que cette fois ci, Yao aussi a réalisé un grand match, à 30points.

Les 2 fusées des Rockets sont en place désormais, bien aidés par de bons rôle players, comme Bob Sura, David Wesley ou Mike James, une équipe capable de bien défendre, mais aussi de faire des cartons en attaque, comme ils l’ont prouvé en seulement 2 matches face aux Mavericks de Dallas, et à l’extérieur. La voie vers leur 2nd tour leur est désormais ouverte, sauf surprise.

Au prochain tour, leur probable adversaire, les Phoenix Suns, meilleure équipe de la saison régulière, risquent de tomber sur un os. Défense solide, attaque de feu, peu d’équipe peuvent se targuer de tels ingrédients. Et si personne n’arrêtait les Rockets ?