mardi 27 juin
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > NBA > NBA : La chronique du 8 décembre

NBA : La chronique du 8 décembre

vendredi 8 décembre 2006, par Vianney Pannet

Défenses, grandeur et décadence

Suns-Nets

Oui, le titres est aguicheur, mais je n’allais pas commencer par « Défenses : décadence et décadence », cela aurait été du plus mauvais effet.

Et puis, on entendra parler de ce match dans tellement d’endroits que j’ai décidé de ne pas vous faire l’affront de m’y mettre aussi.
Ainsi, je ne vous dirai pas que Jason Kidd a signé le plus gros triple double depuis bien longtemps (38-14-14), que la traction arrière des suns a été plus qu’exceptionnelle avec Nash et Bell à 6/7 derrière la ligne à trois points, qu’on a vu une belle performance de notre 3 national qui s’est fendu de 16 points et 14 assists, avec qui plus est, le panier de la gagne en fin de 2eme prolongation.
Je ne vais pas vous dire non plus qu’on n’avait pas vu cela depuis le mois de novembre 1990 et 3 performances défensives consécutives hors du commun de la part des nuggets qui avaient encaissé 162 points le 2 face aux warriors, 161 points face aux spurs le 7 puis 171 face aux suns le 10. Il faut dire que le coach de Denver de l’époque avait un peu pris le soleil et en avait la tête à l’ouest...
Non, définitivement, tout cela, je ne vous le dirai pas.
En revanche, on peut parler de l’excellente contribution du banc de Phoenix ! Si l’on excepte le 6ème homme, on voit bien que ce sont eux qui ont fait basculer le match ! Un apport exceptionnel de 7 points sur 161 soit 4.3% (3 pour Jones, 2 pour Banks et Thomas).
A noter aussi l’impardonnable balle perdu par Diaw qui vient gâcher toute sa performance ! Que dire, une balle perdue c’est simplement lamentable... avec un ratio de 14 passes décisives pour une balle perdue, il ne risque pas de se faire remarquer, mais que fait le public, où sont les sifflets ???!!

Ton univers impitoyable

Pistons-Mavs

La performance incroyable du soir nous vient directement de Dallas.
En effet, les arrières de la franchise texane se sont surpassés cette nuit, compilant à 3 (Devin Harris , Jerry Stackhouse, devean George) pas moins de 1/16 dans le champ (respectivement 0/6, 0/4 et 1/6) lors de la défaite les leurs face à Detroit.
L’histoire, en revanche, ne dit pas s’ils avaient abusé de la bouteille avant le match ou si le cercle des pistons avait été marabouté juste avant la rencontre...


Un petit mot sur le dernier match du soir

Heat-Kings

Mot


Félicitations et bonnets d’âne

Le point sur les classements

Profitons de cette nuit où peu de matchs ont été joués pour faire un point sur les forces en présence dans les deux conférences alors que nous approchons de la fin du premier quart de la saison.
Après un début de saison chaotique, les choses sont rentrées dans l’ordre et l’on peut tirer les premiers enseignements :
Mon prix spécial de la semaine revient à la division atlantique qui cumule 31 victoires pour 58 défaites (soit un généreux 35% de victoires). A défaut de pouvoir avoir des ambitions légitimes pour le titre suprême cette saison, il paraît désormais clair que les 5 franchises la composant ont pour but ultime de truster en fin de saison les 5 plus mauvais bilans de la ligue. Et ils sont bien partis pour parvenir à leurs fins !
On peut observer le phénomène inverse dans la division « southwest » où si l’on met à part Memphis, qui, c’est bien connu, a des affinités très prononcées avec les franchises de la division atlantique, on remarque que pas une seule équipe n’a passé la barre des 10 défaites.

Pour faire simple, Detroit et Orlando sont bien ancrés en tête de la conférence Est alors qu’à l’Ouest, la bataille fait rage avec deux petites défaites séparant le premier (Utah) du septième (Denver)

Une saison passionnante en somme, avec une dure lutte, que ce soit pour le titre ou pour le bonnet d’âne, est ce qu’on ne penserait pas déjà à la suite chez les retardataires en pensant très fort qu’un Oden pourrait les aider à ne pas être aussi ridicule l’année prochaine ?

La suite du feuilleton la semaine prochaine... qui va terroriser ses adversaires, qui va faire rire ses camarades ? La saison ne fait que se mettre en place qu’on veut déjà en connaître le dénouement, il faudra être patient...