jeudi 19 octobre
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > NBA > NBA : La Chronique du 4 janvier

NBA : La Chronique du 4 janvier

jeudi 4 janvier 2007, par Vianney Pannet

Tremblement de terre à Miami

La Floride est plus habituée aux tornades qu’aux tremblements de terre, mais Riley ayant eu ses heures de gloire du coté de la Californie, il a importé le concept qui fait frémir toute la côte Ouest des Etats Unis. Après le début de saison très faible du champion en titre, le grand gominé a décidé de prendre du recul. Lui qui avait repris les rennes de l’équipe l’an passé pour la mener au titre n’en peut plus de voir toutes ses stars vieillissantes et mangeuses de ballon détruire méticuleusement son travail. En l’absence de Wade et du Shaq, le Heat est redevenu une équipe comme les autres. A l’heure actuelle neuvième dans la faible conférence Est, son bébé ne fait plus peur à personne, et si Mourning déclarait récemment après une défaite que lui et les siens se souviendraient de tous ceux qui les ont pris pour des bleus quand leurs leaders seraient revenus, le coach, lui, n’a pas supporté la défait supplémentaire concédée face aux Clippers cette nuit.
Officiellement, Riley est blessé, il a martyrisé son genou et sa hanche dans une porte de l’United Center et ne peut par conséquent plus tenir son rôle sur le banc. Décidément, le genou (O’neal) et la hanche (Wade) sont des points sensibles pour les Stars de Miami...
C’est donc l’assistant de Riley, Rothstein, qui officiera désormais sur le banc du Heat.
Cependant, Riley n’est pas parti en baissant les bras. Il en a profité pour faire un peu de ménage dans le roster de son équipe en désactivant Walker et Posey.
Leur ego surdimensionné aura donc eu raison de ces deux stars au salaire surgonflé.
Dans le cas où la situation resterait telle qu’elle, on ne doute pas que Posey trouverait preneur, d’autant qu’il sera free agent cet été, en revanche, ça sent la fin pour Walker. De plus en plus affligeant dans le jeu, avec une défense digne d’un paresseux en train de faire la sieste et une sélection de shoots plus que douteuse, on voit mal qui pourrait se charger d’un tel boulet, dont le contrat court encore sur 5 ans et atteindra la somme d’environ 11M$ lors de sa dernière année.
Le Heat cependant a encore des raisons d’espérer car ses deux leaders devraient être de retour d’ici une semaine ou deux. Si le Shaq a perdu sa surcharge pondérale durant sa rééducation, Miami fera peur à nouveau et la qualification pour les play offs n’étant à l’heure actuelle pas compromise, tous les espoirs sont permis car on connaît l’impact qu’a un tel monstre sur une équipe.
Premiers éléments de réponse dans les prochaines suivantes...

La nuit des français

Match difficile pour les Suns chez les Raptors, et Diaw de retour à son niveau. 15 points, 6 rebonds, 6 passes, pourvu que ça dure... Tout laisse à penser que la semaine dernière n’était qu’un passage à vide comme tous les joueurs en connaissent et espérons que cette bonne performance en appellera une nouvelle lors du prochain match.
Les Spurs ont encore perdu cette nuit, un parcours en dents de scie ces derniers temps pour les coéquipiers de TP. Pourtant, notre Frenchie n’a pas démérité et a une nouvelle fois mené son équipe. Auteur de 19 points, 4 rebonds et 4 passes sans la moindre balle perdue en 40 minutes, il a tout donné, mais cela n’a pas suffi pour venir à bout de T-Wolves qui prennent un statut de coupeurs de tête et qui, sous l’impulsion d’un Garnett de gala (27pts 17rbds, 7ass) semblent retrouver un bon niveau.
Petro est désormais un habitué des doubles figures dans la colonne des points et l’a de nouveau prouvé cette nuit, 11 points 6 rebonds en 23 minutes et une nouvelle fois un excellent 4-5 aux shoots. Gelabale a lui été plus discret mais a bien exploité son faible temps de jeu avec 4 points et 2 rebonds en 12 minutes. Mais une nouvelle fois, les Sonics ont été défaits, cette nuit, c’était face aux Rockets.
Dernier français en jeu cette nuit, Mike Pietrus et une nouvelle bonne performance pour lui, avec 15 points et 4 rebonds en 27 minutes dans la défaite des siens face aux Grizzlies

La défense est la clef du succès...

Warriors-Grizzlies

La meilleure défense, c’est l’attaque, et à ce jeu là, Memphis a très bien défendu hier. Seulement 135 points encaissés par les coéquipiers de Gasol contre 144 à leurs adversaires du jour, et le tout sans prolongations.
La performance exceptionnelle du soir a été signée par Mike Miller, auteur d’un fantastique 9-12 à trois points. Le sixième homme de la saison dernière est entré dans le 5 avec le départ de Battier et remplit son rôle de manière plutôt constante. 33 points et 7 passes pour lui hier au final. Deux de ses coéquipiers ont été remarquables également. Il s’agit de Gasol qui se fend de 24 points et 13 rebonds mais surtout de Stoudamire qui approche son record de passes en carrière (établi il y a 10 ans) avec 16 caviars distribués, le tout accompagné de 18 points.
Côté Warriors, Barnes a tenté un concours à trois points contre Mike Miller et n’a pas démérité avec un correct 7-16 et 36 points à la clef.

Arenas récompensé et plus bouillant que jamais

Bucks-Wizards

Arenas a reçu hier le trophée de meilleur joueur du mois de décembre. En partie du à ses deux pointes à 60 et 56 points.
Sa saison est en tout points remarquable avec plus de 30 PPG et 6 APG, il est un candidat plus que sérieux au titre de MVP. C’est lui qui tire les Wizards vers le haut du fait de sa régularité, qualité que n’ont pas réellement ses lieutenants Jamison et Butler.
Cette nuit, il réalise encore une performance de tout premier choix avec 32 points, 11 rebonds et 8 passes décisives et 4 interceptions mais aussi 5 balles perdues, mais on peut lui pardonner cela, car qui plus est, il offre au buzzer la victoire aux siens avec un shoot à 9m qui déprima Bell, le défenseur qui tentait de le stopper sur la dernière action.

Une uniformité presque parfaite

Suns-Raptors

C’est une performance de choix que nous ont proposé les Suns cette nuit lors de leur déplacement au Canada. En effet, six joueurs à plus de 30 minutes et six joueurs entre 12 et 17 points.
Barbosa 12, Marion 13, Diaw, Stoudemire et Nash, 15, Bell 17.
On comprend bien en voyant cela qu’il est impossible à une équipe de défendre en faisant une impasse sur tel ou tel joueur comme on peut le faire contre l’immense majorité des autres équipes. La menace est permanente et universelle. Chaque joueur sur le terrain peut prendre feu, et pire dans le cas où aucun ne le fait, tous ont le même scoring.
Phoenix ne s’est pas arrêté là et a poussé le vice jusqu’à uniformiser aussi les prises au rebond avec Diaw à 6, Stoudemire et Bell à 6 et Marion à 9. Nash sachant qu’il n’avait aucune chance dans cette catégorie a décidé de les imiter à la passe en délivrant 9 assists.
En face, on notera le retour de Bosh, tout de suite dans le bain et auteur d’une performance de choix avec 26 points et 14 rebonds.