lundi 24 juillet
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > NBA > NBA : La Chronique du 19 décembre

NBA : La Chronique du 19 décembre

mardi 19 décembre 2006, par Vianney Pannet

Vous avez un problème ? Nous avons la solution...

Sonics-Grizzlies

Problème de défense qui fuit, d’attaque bouchée ?
La solution miracle vient enfin de voir le jour ! Actuellement à l’essai à Memphis, elle semble efficace !
Après un début de saison catastrophique tant sur le plan offensif que défensif, Pau Gasol est de retour pour de bon, et il ne lui aura fallu que trois matches pour remettre son équipe sur de bons rails !
Avec un temps de jeu encore limité, mais une adresse démoniaque, le Grizzly a permis à son équipe de remporter enfin un autre match !
Bon, d’accord, pour la défense qui fuit, il faudra revoir la formule, Memphis a encaissé 126 points cette nuit, mais l’attaque est débouchée, il n’y a pas de doutes, avec pas moins de 134 points marqués !
Espérons que cela dure pour les Grizz, même si d’autres franchises sont déjà sur le coup pour tester la nouvelle formule...

Bagarre au Madison Square Garden, les conséquences.

Suite à la bagarre dont je faisais état hier, les sanctions sont tombées et beaucoup moins lourdes que celles auxquelles ont s’attendait suite au débordement du Palace d’Auburns Hill.
En effet, C’est Anthony qui s’est vu infliger la plus grosse sanction avec (seulement) quinze matches de suspension, pour il est vrai une paire de crochets du droit bien sentis, qui ont fait mouche, on parle même d’une possible reconversion dans la boxe... elle est de dix matches pour Nate Robinson et J.R Smith, plutôt adeptes du catch, l’un pour la provoc, l’autre pour le tassement dans les cordes, bien qu’en y regardant de plus près, il y avait du Serge Betsen en Smith dimanche soir... quatre matches pour Jeffries, et oui, ça l’apprendra à ne pas réussir à esquiver un crochet, et surtout à n’être pas capable de rattraper Anthony, qui, fort de tout son courage avait pris ses jambes à son cou pour se réfugier parmi ses compagnons du banc.
Un match a été infligé à Jerome James et Nene pour s’être levés du banc durant l’altercation.
L’un comme l’autre avaient pour ligne de défense le fait qu’ils ont eu une envie pressante, mais a priori, M. Stern a trouvé l’explication saugrenue.
Et enfin, l’escroquerie du jour est les six malheureux matchs infligés au rookie des Knicks Mardy Collins. Célèbre pour le coup de la corde à linge qui désormais portera son nom, on ne l’a pas jugé responsable de la bagarre, pourtant, à 1min de la fin, quand on perd de 20 points, qu’on est en jeu depuis 50 secondes et qu’on fait ce qu’on a fait, on ne mérite pas de refouler le parquet avant la fin de la saison, la ligue en a décidé autrement...

La nuit des français

C’est bien connu, le malheur des uns fait le bonheur des autres, et sauf blessure ou grosse surprise, Diawara devrait avoir sa place assurée dans le 5 de Denver durant encore 9 rencontres.
La nuit dernière, il a bénéficié du plus gros temps de jeu des Nuggets avec 40 minutes, il n’a pas été exceptionnel, mais son équipe a gagné, et s’il a joué autant, c’est qu’il a du être utile...
Résultat final, 8 points, 3 rebonds, 2 passes
Encore une défaite pour nos deux Frenchies de Seattle, la quatrième de rang et contre les faibles Grizzlies qui plus est (ceci dit, Memphis ne se morfondra plus très longtemps avec le retour de Gasol).
Petro a joué 38 minutes, pour 8 points et 8 rebonds et 2 contres.
Gelabale, lui, a passé un quart d’heure sur le parquet pour 8 points et un rebond.
Dernier français en lice hier soir, Mike Pietrus, une performance un peu en dessous de celles qu’il produisait ces derniers temps et une défait face aux Nets à la clef.
10 points 3 rebonds et une passe en 32 minutes pour notre Warrior.
Une réflexion me vient à l’esprit quand je vois ces statistiques, on peut être fiers de nos français, une temps de jeu très important, et encore les deux fers de lance de la délégation n’étaient pas en jeu cette nuit. Quand on connaît l’impact de Diaw sur les résultats des Suns (en y regardant de plus près, les Suns sont irrésistibles depuis que notre Babac a trouvé sa place aux côtés de Stoudemire) et le leadership de Parker qui est désormais l’option numéro un (bis) des Spurs, c’est de très bon augure pour la suite et pour l’équipe de France...

Les joueurs de la Semaine

Ils ont été nommés cette nuit, il s’agit de Arenas et Boozer, une grande injustice selon moi, ainsi chaque semaine, je mettrai mes joueurs de la semaine.
Cette semaine, pour débuter en douceur cette nouvelle rubrique, on va taper dans le classique, mais toujours au top !
A l’Est, c’est Brian Scalabrine, il est LE grand artisan des 5 victoires consécutives des Celtics et mérite un coup de chapeau.
A l’Ouest, il s’agit de Luke « je suis ton père » Walton. En l’absence de Odom, il fait son possible pour permettre aux Lakers de garder la tête haute et le fait avec succès, 10 passes décisives distribuées lors du dernier match des siens !
De plus, je souhaiterai ajouter ici, qu’ayant reçu une plainte du comité de défense des roux dans le sport de haut niveau, avec à leur tête Floyd Landis et Britton Johnsen, je dois préciser qu’il ne sont pas que deux dans la grande ligue mais bel et bien trois, avec le fameux Matt Bonner qui joue aux Spurs. Toutes mes excuses donc à lui.

Le point sur les bilans

Petite statistique amusante, lors des 3 derniers jours, cinq équipes de la conférence Est ont atteint (et même dépassé pour certains) la barre des 10 victoires, il s’agit de Boston, Miami, New Jersey, Toronto et Milwaukee.
Il ne reste donc que quatre franchises à n’avoir franchi ce palier à l’Est.
A titre de comparaison, il n’y a plus que Memphis qui n’a pas les 10 victoires à l’Ouest et si certaines équipes stagnent ces derniers temps, il y a bien longtemps que les autres franchises de l’Ouest ont passé ce cap (mis à part Portland qui l’a franchi il y a 1 match.).
On peut noter aussi en haut de peloton que les quatre premiers à l’Ouest sont au pire à 7 défaites alors que Detroit et Orlando, leaders à l’Est en sont respectivement à 8 et 10 défaites, alors certes, la saison est encore longue, mais on peut se demander par quel miracle le titre arriverait à l’Est cette année, et si ce miracle, c’était le retour du Shaq à Miami ?
Là encore, une affaire à suivre...