vendredi 24 février
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > NBA > NBA : La Chronique du 13 décembre

NBA : La Chronique du 13 décembre

mercredi 13 décembre 2006, par Vianney Pannet

La nuit des français

4 matches seulement cette nuit mais 5 Frenchies en jeu.
Tout d’abord, Mike Pietrus qui sort de son chapeau un très bon 21 points à 7-11 (4-6 à trois points) assorti de 3 rebonds et 1 passe à Oakland lors de la victoire des siens contre les Kings.
Diawara a fait un bon match dans une victoire assez facile à Atlanta avec 9 points, 4 rebonds et une passe.
La bonne surprise du jour nous vient de Milwaukee où les Sonics ont été défaits mais où Petro a rendu la meilleure copie de sa courte carrière NBA avec 12 points (6-6), 9 rebonds, 2 passes et un contre en seulement 12 minutes. Dommage que ses fautes lui aient empêché de faire encore mieux !
Gelabale a été discret avec 5 rebonds et 2 contres en 22 minutes passées sur le parquet. L’absence de Ray Allen lui offre un gros temps de jeu, à lui d’en profiter pour entrer pleinement dans la rotation des Sonics !
Pour finir, Turiaf a participé à la victoire des siens à Houston en marquant 4 points, prenant 2 rebonds, donnant une balle et étant l’auteur d’un contre en 10 minutes.

Les Lakers sont de retour

Lakers-Rockets

Inexistants il y a deux ans suite au départ d’O’Neal, Kobe & co ont légèrement relevé la tête l’an dernier avec une belle qualification en Play Offs et sont flamboyants en ce début de saison derrière un Bryant qui joue juste.
Cependant, attention au mirage ! On verra plus clair après les fêtes de fin d’année si ces Lakers sont les rois de l’illusion car s’ils sont leaders de la division Pacifique, il ne faut pas oublier qu’ils ont joué 14 de leurs 21 matches à la maison et que 7 des 8 prochains se dérouleront « on the road ». Clou du spectacle le jour de Noël puisque leur cadeau est d’aller défier le champion sortant à Miami. Une période charnière dans l’optique de la fin de saison s’annonce donc pour eux. Cette période est d’autant plus dangereuse pour eux qu’elle va débuter sans Odom en raison de l’entorse au genou qu’il s’est donnée cette nuit.
Il est pour moi le véritable maître à jouer des Lakers qui lui doivent à mon sens plus qu’à leur génie à la tête vide...
Dur dur donc pour les Lakers, car même si Walton continue d’aligner perf’ sur perf’, il semble improbable qu’il remplace totalement Odom même s’il est celui qui gagnera sûrement le plus de temps de jeu en l’absence du gaucher des Angelinos.

Coup dur pour Houston

Lakers-Rockets

Tracy McGrady a été rattrapé par ses vieux démons et a été contraint de renoncer à l’affrontement face aux Lakers à cause de douleurs au dos, une blessure qui lui avait valu une trop longue indisponibilité l’an dernier et qui avait été une des causes de la mauvaise saison de la franchise texane.
Un vrai coup dur pour les Rockets qui aspiraient à une place parmi les 4 premiers de la conférence Ouest.
Yao va être encore plus responsabilisé et s’il est enfin devenu monstrueux cette année, il semble qu’il est bien trop esseulé pour pouvoir assurer aux Rockets de la continuité dans les résultats dans le cas où T-Mac serait sur le flanc pour une longue durée.
En guise de preuve, une défait à la maison contre les Lakers et ce, malgré la blessure d’Odom dès les premières secondes du match.
Encore une affaire à suivre...

AI : Le feuilleton de l’année continue

Une nouvelle franchise est sur les rangs. En effet, Don Nelson ne verrait pas d’un mauvais œil l’arrivée d’Iverson dans la baie de San Franciso.
Les Warriors auraient proposé un deal mettant en jeu Troy Murphy, qui, du fait de son jeu, ralentissait l’équipe dans ce qui est sûrement la volonté de Don Nelson d’instaurer un run&gun cher à Phoenix (en attestent le repositionnement de Pietrus au poste 4 et les derniers scores dignes des plus belles orgies offensives...). Une optique dans laquelle l’arrivée d’AI ne serait que pure logique.
Les californiens auraient aussi proposé le Baron contre la réponse, bien que le but du coach soit d’aligner Davis ET Iverson...
D’un autre côté, on a vu Sacramento se retirer de la liste des prétendants, l’un de leurs copropriétaires ayant déclaré que La Réponse ne viendrait pas chez eux...
Le feuilleton devrait prendre fin dans les prochaines heures, plus exactement dans la nuit de jeudi à vendredi si la piste des T-Wolves est bien, comme on l’avait pressenti, la plus chaude.
On a aussi apris cette nuit que le lutin n’a plus de casier dans le vestiaire des Sixers, triste fin...

Ballons : La ligue fait marche arrière

Après des plaintes régulières et incessantes de la part des joueurs à propos des nouveaux ballons, la ligue a décidé de faire un pas en arrière et il a été annoncé que les matchs se dérouleront de nouveau avec l’ancien ballon à compter du 01/01 2007.
Cette annulation fait d’ailleurs reparler du dress code qui avait été vivement critiqué lors de sa mise en place.
Certains joueurs y avaient alors vu une censure envers les minorités car c’était clairement le style des rappeurs de la communauté noire qui étaient visés, et donc par là, toute une catégorie de la population, et pas des moindre chez les fans de basket.
Si la ligue a pu faire marche arrière sur les ballons, pourquoi pas sur le dress code ?
Alors quid du retour des « chaînes en or qui brillent » sur le bord du terrain ?

Les performances du soir

Kings-Warriors

Elles sont à mettre à l’actif d’Andris Biedrins le letton et de Matt Barnes, tous deux Warriors et qui se sont mis à l’honneur en l’absence de Murphy, Richardson et Diogu.
Le premier, dans sa troisième année réalise un très bon début de saison avec des statistiques de 11.5PPG, 9.7RPG et 2.4BPG le tout en 30 minutes. Il pourrait d’ores et déjà, et ce, tout à fait légitimement, prétendre au titre de MIP car sa progression est stupéfiante (3.8 PPG, 4.2RPG l’an passé) si Kevin Martin n’avait pas totalement explosé du côté de Sacramento. Cette nuit, il a rendu une copie parfaite avec 20 points à 100%, 14 rebonds, 3 passes et 3 contres en 38 minutes.
Le second, globe trotter de son état, a réalisé le match de sa vie en marquant 32 points (13-22), prenant 11 rebonds (records en carrière) et prenant 3 passes en 44 minutes.
Qui aurait pensé pouvoir dire un jour « Ouah, quel match de Barnes, il a tout cassé ! », car sans vouloir être injurieux avec lui, il faut avouer qu’il est un vrai role player avec 4 points 3 rebonds en 15 minutes en 7 ans de carrière. Alors chapeau pour cette performance et espérons pour lui qu’il puisse rééditer cet exploit...