vendredi 28 avril
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > NBA > NBA : La Chronique du 11 décembre

NBA : La Chronique du 11 décembre

lundi 11 décembre 2006, par Vianney Pannet

AI : Le feuilleton continue

Digne des plus grands feuilletons TV d’outre atlantique, l’affaire Iverson tien en haleine tout l’Amérique du basket. Avec plus de trahisons que dans Dallas, plus de rebondissements que dans les feux de l’amour, plus de chaînes qui brillent que dans Amour gloire et beauté, et surtout, toujours plus de beaux petits billets verts. Et oui,, encore une histoire de gros sous cette affaire. Après le feuilleton de l’été qui a vu Kobe passer de son #8 au #24 afin de renouveler un peu la vente de maillots (à défaut de changer de franchise, on change de numéro et c’est quand même tout bénef’ pour la ligue...). Et là, avec le déménagement certain de Le Réponse, c’est encore M. Stern qui se frotte les mains. Il est bel et bien fini le temps où les superstars faisaient le rêve d’une et d’une seule franchise ! Et afin d’ajouter un peu plus à la confusion, après avoir d’abord déclaré que C-Webb resterait en Pennsylvanie, on apprend qu’il y serait également indésirable et que les sixers ne verraient pas d’un mauvais œil un trade avec un joli package contenant AI ET C-Webb. Alors là on fait un arrêt sur image, on réfléchit et on se dit : « Mais quelle franchise pourrait être assez stupide pour prendre ces deux joueurs dont on sait que l’association ne casse pas trois pattes à un canard (sachant qui plus est qu’ils sont maintenant tous les deux de bons trentenaires) ? »

Et c’est là qu’interviennent les clowns de service, j’ai nommé New York. La franchise de la capitale économique a toujours le sens de l’humour et est toujours à l’affût d’une affaire offrant un bon bol de rire aux fans de baskets. Elle aurait proposé Francis, Richardson, Rose et Frye contre les deux sixers. Merci Isiah d’être là pour nous faire rire. Décidément toujours ay service du comique depuis la fin de l’aire Ewing les Knicks...
Toujours dans le rôle du comique de service, on passe maintenant au bon vieux Danny Ainge, réputé pour ses trades en carton et qui ne faillirait pas à sa réputation si sa proposition s’avérait être vraie. A savoir Telfair, West, Jefferson et Ratliff contre le seul AI. C’est pour l’instant la proposition la plus ridicule que l’on ait pu lire... Elle permettrait à Boston de se retrouver avec les seuls Perkins et Powe en dessous, quand on connaît leurs capacités offensives, on rit à l’avance des matches des Celts si cet échange se concrétise.

Passons maintenant à des choses plus sérieuses avec les deux options les plus plausibles.

- 1. L’offre de Dallas, Stackhouse + Croshere contre le lutin, bonne opération pour les mavs, l’inverse est beaucoup moins vrai...
- 2. L’offre des T-Wolves : Davis, James et Foye contre Iverson, sûrement la transaction qui verra le jour. Le hic : James ne peut pas être échangé avant vendredi du fait de son arrivée en tant que free agent cet été du coté de Minneapolis. Cela laisse donc quatre jours aux autres franchises pour faire une bonne proposition, et quatre jours, c’est long, très long...

Si comme moi, vous avez hâte de connaître la fin, il faudra attendre le prochain épisode de la série à rebondissements « Les états d’âme d’Iverson » en exclusivité sur « Planète NBA », une chaîne du groupe « basketinfo entertainment »...
Attention, ce qui suit dévoile une partie du secret final :
En tout état de cause, le grand gagnant sera Stern car les nouveaux maillots de AI se vendront comme des petits pains, quoi qu’il arrive...

La nuit des français

Cette nuit, pas moins de six Frenchies étaient sur le pont (enfin, 5 car Turiaf est encore à créditer d’un DNP...) dont deux oppositions directes.
En effet, on a eu le droit à un Spurs-Lakers et à un Warriors-Sonics.
Commençons d’abord par les bonnes nouvelles, ça fait meilleur effet...
Parker en 33 minutes sur le parquet du Staples Center a compilé 21 points 4 rebords et a distillé 9 caviars.
Diaw is back !!! Après un coup de mou suite aux championnats du monde ou à la signature de son contrat, ou les deux... il revient bien et a largement contribué à la victoire des siens en Caroline du Nord en faisant du Diaw. 17 points, 7 rebonds et 6 passes.
Mike Pietrus a encore bien joué cette nuit et a marqué 13 points (5-8 dont 3-6 de loin) et 6 rebonds.
Petro et Gelabale ont gagné.
Malheureusement, c’est là que ça se corse (Comme l’a dit avant moi un fameux préfet adepte des feux joies sur les plages, mais je m’égare...).
Parker malgré sa bonne performance n’a pu empêcher la défaite des siens et ses 5 balles perdues n’y sont peut-être pas pour rien.
Turiaf n’a pas joué.
Rendement mitigé pour Petro avec seulement 11 minutes sur le terrain, pour 6 points, 1 rebond mais surtout 4 fautes.
Et enfin, Gelabale est passé au travers en 10 minutes avec un 0-4 aux shoots mais il a tout de même trouvé le moyen de prendre 4 rebonds et de faire une passe.

The rising sun.

Suns-Bobcats

L’équipe du double MVP voyage bien en ce début de mois de décembre. Pour son troisième match consécutif loin de ses bases en quatre jours, elle a récolté une troisième victoire. Après un combat acharné face aux Nets qui a donné le résultat que l’on sait, après une victoire difficile au Boston Garden, les Suns sont allé faire un petit décrassage en Caroline du Nord. Sans forcer, ils se sont largement imposés (114-84) sous la houlette d’un Diaw de gala et surtout d’un Stoudemire retrouvé. Il a compilé 22 points et 12 rebonds en 28 minutes, assortis d’un très beau 8-11 aux shoots (7-8 à la mi temps).
Les Suns sont donc bel et bien là et leur big man est redevenu leur arme fatale. Une condition sine qua none à l’obtention d’un titre si l’on excepte les deux fois trois ans de règne des Bulls où Jordan, ce monstre, compensait toutes les carences de son équipe.
En effet, Miami avait le Shaq, San Antonio Duncan (et même Duncan-Robinson), Detroit le Sheed et Big Ben, Los-Angeles aussi le Shaq, Houston avant Hakeem the dream et l’on peut remonter comme cela jusqu’à Bill Russell en passant par Chamberlain et Jabbar.
Il faudra donc prendre au sérieux la franchise de l’Arizona cette saison meme si pour reprendre une formule magique de « His Airness », c’est avec une attaque que l’on gagne des matches, c’est avec une défense que l’on gagne des titres, et la défense, à Phœnix, connaît pas...
Au passage, sur ce match, les Bobcats m’ont fait mentir, les petits malins, rien que pour me faire perdre mon pari, ils ont marqué 30 points en deuxième mi temps alors que j’avais dit lors de leur dernier naufrage (enfin, de leur dernier match quoi) qu’il serait très dur de faire moins que 31, ils sont joueurs les bougres !
Et dans tout ça, Morrison nous a encore gratifié d’une performance de tout premier plan avec cette fois-ci un très joli 1-8. Ca ne vaut pas le magnifique 1-11 du dernier match mais c’est tout de même remarquable (d’aucuns disent que c’est à cause des cheveux dans les yeux, que ça l’empêcherait de voir le cercle, ainsi, rassurez vous, la moustache ne serait pas en cause...).
Une raquette Oden-Okafor, ca vous tente ?
Allez, plus que 5 mois à tenir à ce rythme, on y croit, vous pouvez le faire !!!

Rien à dire sur les deux autres matches de la nuit, ils manquent vraiment d’humour dans la capitale de la Californie et les Canadiens à faire des matches d’une logique implacable...