mardi 21 novembre
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > NBA > NBA : L’actu NBA du 27 au 31 Janvier

NBA : L’actu NBA du 27 au 31 Janvier

mercredi 31 janvier 2007, par Vianney Pannet

La nuit des français

Dans la nuit du 27 au 28 :
Mike Pietrus et le Yak étaient les représentants du contingent français samedi soir.
Le premier a été l’auteur d’un match moyen lors de la grosse victoire des siens face aux Bobcats (131-105) avec 14 points et 2 passes en 22 minutes et une place de starter perdue du fait de l’échange avec les Pacers.
Le second auteur de 2 rebonds en 11 minutes n’a plus grand chose à se mettre sous la dent avec le retour de Melo, Iverso et lui jouant le rôle d’aspirateurs à ballons, Smith réclamant lui aussi sa part du gâteau, il est de plus en plus difficile pour les autres membres de l’équipe d’avoir un ticket-shoot...

Dans la nuit du 28 au 29 :
Cinq Frenchies en jeu pour deux victoires.
La 17eme de Phoenix face à Cleveland où Diaw a été décevant avec ses 4 points, 1 rebond mais tout de même 8 passes en 20 minutes.
Les Spurs de TP ont quant à eux battu les Lakers au Staples Center. Notre meneur auteur d’un très mauvais début de match (1-8 aux shoots) en appliquant les nouvelles consignes de coach Pop’ s’est bien rattrapé par la suite en jouant le jeu qui lui a permis de construire son succès. Il termine le match à 19 points (6-17), 4 rebonds et 2 passes.
Dans le même match, les prolongations aidant, Turiaf a eu le droit à quelque chose de plus alléchant que 2 minutes de jeu. 10 minutes, ce n’est pas encore très violent, mais c’est mieux que ces derniers temps... Aucun shoot tenté durant ce laps de temps et 2 rebonds ainsi qu’une passe à son compteur.
Les deux compères des Sonics ont eux pris une correction dans leur salle face aux Clippers (98-76). Gelabale auteur de 5 points et 4 rebonds en 25 minutes commence à prendre goût à son rôle de starter.
Petro, lui a un temps de jeu plus erratique, en l’occurrence, 22 minutes, et il les a mis à profit ces minutes ! Auteur d’un match plein, scorant 11 points, gobant 7 ballons et en contrant 4 !
Malheureusement pour lui, il semble ne plus être dans les plans de l’équipe de Seattle où Collison explose au poste de pivot depuis quelques temps et les dirigeants des Sonics aimeraient l’échanger avant la dead-line.

Dans la nuit du 29 au 30 :
Deux français en jeu et deux défaites.
D’abord la surprenante défaite des Suns face aux T-Wolves avec un Diaw à 12 points et 3 passes en 30 minutes.
Puis une défaite dans l’air du temps des Nuggets qui ont du mal à réussir l’amalgame Iverson-Anthony face aux Bobcats avec un Diawara qui flambe en seulement 4 minutes de jeu avec 7 points 1 passe et 1 rebond.

Dans la nuit du 30 au 31 :
Quatre Frenchies en jeu et une nouvelle fois une nuit sans victoire.
Pietrus et les Warriors corrigés par les Cavs orphelins de James blessé à un doigt (124-97) avec un match de Pietrus à l’image de celui de son équipe, 11 points (2-8) et 2 rebonds en 25 minutes...
Turiaf à qui l’on a donné des responsabilités (24 min) s’est bien battu mais n’a pu éviter la deuxième défaite consécutive des angelinos au MSG. 7 points, 5 rebonds et 2 contres tout de même pour notre agitateur de banc préféré.
Les Sonics ont découvert les ravages d’une équipe de Dallas déchaînée (122-102), nos Frenchies ne faisant pas le poids face au vice champion déterminé à aller encore plus haut cette année. Gelabale marque 4 points et prend 4 rebonds en 24 minutes et Petro en 21 minutes marque également 4 points auxquels il ajoute 2 passes mais également 7 rebonds.
La suite ce soir avec exceptionnellement tous les français en jeu et on l’espère des performances personnelles et collectives de haut niveau.

Le Big Ticket plus fort que la 18eme...

Phoenix-T-Wolves

Après avoir d’abord battu puis poussé à 17 le nombre de victoires de rang de la franchise, les Suns sont (enfin) tombés sur le parquet des T-Wolves. On commençait à se poser des question sur cette équipe surhumaine, peuplée de joueurs n’ayant aucun pendant dans toute la ligue. Une sorte d’équipe composée d’espèces uniques, au gabarit bâtard, ne pouvant jouer à une place bien définie dans une autre équipe. Finalement Garnett leur a rappelé à lui tout seul qu’ils étaient bien du même monde que lui. Auteur de 44 points, son record cette saison, mais aussi de 11 rebonds, il a écœuré des Suns sûrement un peu las de leur série de matches en déplacement. KG nous a ainsi rappelé qu’il aime Phœnix, équipe contre laquelle il avait établi son record de points en carrière il y a deux ans avec 47 unités.
Les Suns partagent toujours la tête de la conférence Ouest avec les Mavs et la bataille fait rage, à grand coup de séries plus étonnantes les unes que les autres, à quand les 20 victoires ?

Sitôt revenu, sitôt reparti...

Heat-Bulls

Deux petits matches et puis s’en va pour Big Shaq qui n’est pas au top et dont le corps ne supporte plus la surcharge pondérale...
Le Heat nous avait montré du mieux lors des derniers matchs avant son retour, puis perdu dans les grandes largeurs avec lui. Samedi, ils font jeu égal face aux Bulls et ne ploient que sous les coups de boutoir d’un Ben Gordon « on fire » auteur de 34 points avec une réussite folle (11-17) et mieux encore, hier soir, ils infligent une correction aux Bucks avec une contribution de toute l’équipe à la victoire (110-80). Même Walker avait laissé de côté son costume de lanceur de parpaings et a terminé le match avec un honnête 11 points (5-9), 5 rebonds en 25 minutes.
Le Heat s’est peut être senti des ailes aux rumeurs de retour d’Eddie Jones remercié par les Grizzlies et qui sans aucun doute va revenir dans une franchise où il a brillé.
Un papy de plus serait-on tentés de dire, mais pas n’importe lequel ! Voyons si la marche en avant reprend et si le Heat peut être un candidat sérieux à sa propre succession...

Le prix à payer pour un coup de coude mal senti...

Lakers-Knicks

Il y a fort longtemps que les Lakers n’avaient pas perdu deux matches de suite, et bien c’est chose faite cette nuit. Peut-être la faute à Kobe Bryant...
Auteur d’un vilain geste sur Ginobili qui dans le feu de l’action était passé pour involontaire deux jours auparavant, il a été suspendu pour le match où s’affrontaient les franchises des deux villes les plus mythiques des Etats Unis.
Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a manqué aux siens. Les Lakers se sont bien battus, emmenés par un Odom de retour en forme (26 points, 9 rebonds, 6 passes) mais cela n’a pas suffi face à des Knicks en net regain de forme s’appuyant de plus en plus sur Curry (17 points, 9rbds) et dont on peut dire que l’absence (définitive ?) de Francis est bénéfique.
Attention au coup d’arrêt donc pour ces Lakers qui ont chuté de 3 rangs dans la conférence Ouest (sixième position). Ils possèdent encore un joli matelas de protection (5 victoires), mais derrière, la meute est affamée et tous n’auront pas leur place en Playoffs (3 équipes à 22 victoires et une à 21). Tout va très vite dans une saison et il ne faudrait pas gâcher le début de saison aussi bon qu’inattendu des hommes de Jackson...

Déprimants mais pas pathétiques (quoi que)...

Wizzards-Celtics

Et oui, les Celts ont concédé leur onzième défaite consécutive, indigne du palmarès de la franchise, mais inévitable quand on voit les malheurs plombant l’effectif...
Cependant, Boston n’est pas minable, ils sont rares les matches où ils prennent une valise. Les jeunes se battent jusqu’au bout et craquent généralement dans la dernière ligne droite, faute d’expérience et peut être aussi de physique.
Depuis les 27 décembre, en 15 défaites (en 17 matches), ils n’ont que par deux fois été battus de plus de 10 points, et les deux fois face aux Wizzards, comme ce fut le cas de dimanche, en l’occurrence, Jamison a endossé le rôle de leader (34 points, 7 rebonds, 7 passes) pour achever les Celts sur le score de 105-91.
Depuis, Boston est revenu à la « routine », concédant une douzième défaite de rang face à Indiana, défaite de 7 points, plus conforme aux traditions en cours cette année.
Les celtics ne sont plus qu’à une seule défaite du record de la saison tenu par les Sixers, la légende est en marche (arrière)...

Est-Ouest, différence flagrante ou idée reçue ?

Beaucoup stigmatisaient la différence de niveau énorme entre Est et Ouest en débute de saison.
Certes, il y a deux ogres à l’Ouest, Dallas et Phœnix qui ne jouent même pas avec leurs adversaires avant de les achever mais préfère les manger tout crus.
Certes, Les boulets sont à l’Est, j’ai nommé Boston, Philadelphie, Charlotte et Atlanta, mais n’oublions pas que le plus mauvais bilan de la ligue est affiché par Memphis qui navigue dans le brouillard à l’Ouest et que Seattle et Sacramento n’ont pas grand chose à envier aux Hawks et aux Bobcats lorsqu’il s’agit de médiocrité.
Plus étonnant est le bilant des qualifiés virtuels pour la post-saison. Il y a quelques semaines, le huitième à l’Est aurait été un bonnet d’âne passé le Mississipi, mais ce n’est plus le cas.
Toronto, actuellement dernier qualifié à l’Est est à 22 victoires, et Ô surprise, Minnesota, dernier qualifié à l’Ouest en est à... 22 victoires.
Vous avez dit grosse différence, oui, peut être, mais elle ne me saute pas aux yeux, d’autant que les équipes de l’Ouest ne sont pas en ballade de santé lorsqu’elles sont en visite du côté de l’Atlantique...
Il serait plus juste de dire que les niveau est plus impressionnant à l’Ouest du fait des deux monstres et que le niveau de l’Est, s’il est peut être un peu moins élevé que celui de l’Ouest est beaucoup plus dense avec des équipes inconstantes capables aussi bien de faire chuter un gros que de perdre face à Boston...