samedi 22 juillet
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > NBA > NBA - Eastern Conference : Bilan après le 1er quart

NBA - Eastern Conference : Bilan après le 1er quart

samedi 9 décembre 2006, par OC

1 - Orlando Magic 14-7

Annoncé comme possible outsider de la conférence, la franchise floridienne truste la place de numéro 1. Derrière l’énorme Howard ; 17 ppg et 13 rpg, on retrouve un Grant Hill qui mériterait presque une nouvelle selection All-Star tant il apporte à cette jeune équipe. Malgré ses multiples opérations et ses 35 ans, Hill vaut encore 15 ppg et donne encore la leçon à de nombreux joueurs. Mais cette équipe bien que leader de l’Eastern à l’heure actuelle est loin d’être au top et sa marge de progression est encore énorme, l’explosion de Nelson et celle de Milicic ainsi que le retour de Reddick devrait permettre au Magic d’avoir un bel avenir et pourquoi pas de rêver ...

2 - Detroit Pistons 13-7

Après un début poussif les Pistons sont de nouveau au sommet, et même sans leur pivot parti sous d’autres cieux. Il faut dire que même sans Ben Wallace, l’équipe a fière allure. Pour l’instant tout va pour le mieux, mais attention tout de même car au delà du quatuor Wallace - Prince - Hamilton - Billups, c’est plutot faible pour espérer jouer le titre. Si Detroit veut avancer, le banc doit se mettre au niveau, c’est une certitude.

3 - Cleveland Cavaliers 11-7

L’équipe de LB23 occupe une belle 3ème place mais manque de résultats hors de ses bases. Larry Hughes avant de se blesser n’avait pas le rendement souhaité, et Ilgauskas patauge un peu en attaque malgré son immense talent. La satisfaction vient sans doute de Damon Jones qui, après une campagne calamiteuse, retrouve enfin ses sensations et apporte enfin quelque chose à la franchise de l’Ohio. Sans un bon Larry Hughes, les Cavs seront toujours une bonne équipe, mais sans doute incapable d’aller toucher le sommet.

4 - New Jersey Nets 7-11

Pour l’instant et même avec cette place de 4ème (leader de l’Atlantic), le bilan des Nets est plutôt faiblard compte tenu de l’effectif, du retour de Jefferson et de la très bonne saison de Krstic (16ppg et 7rpg). A l’image de Detroit, le banc est plutôt faible, et il faudrait là aussi se mettre à flots rapidement afin d’éviter toute mauvaise surprise ...

5 - Chicago Bulls 10-9

Enfin ... enfin les Bulls ont démarré leur saison, après avoir laminé le champion en ouverture, les Bulls se sont retrouvés avec un piteux 3-9, pointant dans les profondeurs du classement, depuis 7 victoires de rang. La sauce tarde à prendre, l’irrégularité de Ben Wallace et Ben Gordon peut jouer des tours à Chicago, mais si tout cela tourne, attention, les Bulls pourraient fondre sur les équipes mieux classés comme en attestent les derniers résultats.

6 - Indiana Pacers 10-9

Une entame de championnat correcte pour cette équipe d’Indiana qui devra néanmoins lutter pour garder cette belle 6ème place. Mais attention tout de même aux réveils d’O’Neal, de Jackson mais surtout du transfuge de l’été Marquise Daniels, qui nous avaient habitué à beaucoup mieux.

7 - Washington Wizards 9-10

Le problème dans la capitale fédérale est qu’Arenas et Jamison doivent impérativement être dans un bon jour ensemble pour que l’équipe gagne. Avouons que ce n’est pas d’une sûreté extrême. D’autant plus que Jamison a tendance à faire un match sur deux ...
Washington devra montrer plus de mordant à l’exterieur si l’équipe veut jouer les PO.

8 - Atlanta Hawks 8-10

Une belle surprise pour les géorgiens qui figuraient systématiquement dans les bas-fonds du classement dans les pronostics d’avant saison. Il faut dire que Johnson effectue une excellente saison avec presque 29 ppg et à plus de 50% aux tirs. Derrière Lue, Pachulia, Childress et Smith totalisent tous plus de 12 ppg. La qualification en PO n’est pas une utopie, mais il ne faudra rien lâcher et aucune erreur n’est permise !

9 - Miami Heat 8-11

Je croyais les avoir oubliés ... Non le champion n’est que 9ème, et pour l’instant ne montre aucun signe de retour au top, bien au contraire. La blessure de Shaq, n’est compensé en terme de scoring, ni par Walker, Mourning, Williams ou Posey. Seul D-Wade et Haslem surnage, et malgré de gros cartons, Wade semble parfois fatigué ... Le Heat n’a pas besoin de ca, et plus que jamais les vétérans vont devoir se montrer, sans quoi la défense du titre n’aura même pas lieu ...

10 - Milwaukee Bucks 8-11

Sans faire de bruit, les Bucks sont toujours là à l’affut, non loin de la 8ème place. Il faut dire qu’avec un Redd apportant pratiquement 30 ppg, les Bucks ont du répondant en attaque. Derrière ce scoreur fou on compte pas moins de 5 joueurs à plus de 10 ppg. Le problème pour les Bucks, décidément récurent dans la Eastern, vient de leur banc, qui est pour ainsi dire fantômatique ... Un gros souci pour la suite de la saison ...

11 - Toronto Raptors 7-12

Sans doute à leur place, rien de très bon mais rien de très mauvais non plus. Les choix de Colangelo n’ont sans doute pas été effectués pour jouer sur le court terme. Le talent est là sans aucun doute, l’expérience de la longue et fatiguante saison NBA non. Dommage cependant de laisser aussi longtemps sur le banc un numéro de draft ...

12 - New York Knicks 7-14

Que dire sur NYC ... A vrai dire pas grand chose, il faudrait songer à se débarrasser de deux ou trois stars, voir de trois ou quatre scoreurs et de recruter pas seulement sur ce critère, surtout quand on voit qu’aucun n’émerge à plus de 17 ppg. La bonne nouvelle quand même c’est le réveil ou plutot l’explosion tant attendue d’Eddy Curry depuis quelques matchs, espérons pour les fans de la Big apple que ce ne soit pas que passager !

13 - Boston Celtics 5-13

Une belle déception de retrouver la franchise historique si bas dans le classement. On est en droit d’attendre bien mieux de cette équipe que ce faible bilan. Pierce et Szczerbiak font pourtant du très bon boulot, mais les jeunes pousses tardent à confirmer toutes les attentes placées en eux. La saison est longue et il n’est pas impossible de voir les Celts bien plus haut dans le tableau.

14 - Philadelphia Sixers 5-13

Sans doute la plus grosse surprise de ce début de saison, mais dans le mauvais sens du terme ... La réponse est pourtant inarrétable avec plus de 31 pgg et 7 apg, le reste est aux abonnés absents après un quart de saison. Si bien qu’Iverson ne jouera sans doute plus sous le maillot des Sixers, puisque c’est officiel depuis cette nuit il a demandé son transfert. Adieu les PO ...

15 - Charlotte Bobcats 5-14

Le bilan de Bobcats est lié à l’irrégularité de ses deux leaders que sont Okafor et Morrison. Okafor après un excellent début de saison commence déjà à baisser de régime. Quant à Morrison, il tarde à retrouver ses sensations de meilleur scoreur NCAA de l’an dernier, et shoot avec un pourcentage plutôt faiblard (37,3%). Dommage pour cette équipe, qui a pourtant un effectif équilibré, de se retrouver avec le bonnet d’âne.

Race to RoY

Après 20 matchs de saison que nous a montré cette cuvée 2006 ?

Tout d’abord pratiquement aucun rookie n’a de véritable impact sur son équipe, hormis peut être Morrison (13.6 ppg). Bargnani ne joue que trop peu pour un numéro un (17 mpg), Gay doit sans doute encore penser à sa prestation durant la dernière march madness. Brandon Roy apporte néanmoins de nombreuses satisfactions à Portland mais difficile de juger réellement alors qu’il n’a que cinq matchs dans les jambes. Les autres ont des stats anecdotiques, que ce soit pour les intérieurs, Williams aux Hawks, Thomas aux Bulls ou encore Aldridge à Portland, ou les exterieurs Randy Foye, Marcus Williams ou Rajon Rondo.

Les européens ne sont pas mieux lotis, Garbajosa même si il joue tarde à avoir un pourcentage correct, alors que c’est sa force, Spanoulis lui ne joue pas, Sergio Rodriguez est cantonné à jouer dans le garbage time.

Nos frenchies connaissent des fortunes diverses, Gelabale étant régulièrement DNP, tandis que le Yak frappe depuis peu à la porte de la 6eme place chez les Nuggets avec plutôt pas mal de réussite, espérons que cela dure pour lui !

A l’heure actuelle il parait impossible que le titre de RoY échappe au moustachu de Charlotte, et même en Mai, sauf blessure, ce titre lui sera décerné.