lundi 16 septembre
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Nationale 2 & 3 > N2 - Stéphane JUNG : les raisons d’un départ !

N2 - Stéphane JUNG : les raisons d’un départ !

vendredi 13 février 2004, par Niko

Le 1er décembre, Basket Info se faisait l’écho des Dernières Nouvelles d’Alsace en relayant la démission de Stéphane Jung. L’ami de Laurent Sciarra revient sur cette décision et nous explique l’envers du décor. Le recrutement, les projets, les sponsors de Souffel…autant d’infos qui aideront tout le monde à comprendre.

Suite à l’article « Souffel : Jung jette l’éponge », Stéphane Jung est rentré en contact avec moi afin de clarifier quelques points et corriger quelques informations. Revenons avec lui sur les motifs de sa démission.


BUDGET DU CLUB

« Le budget annoncé du club était d’1,2 millions de francs, ce qui est très bien mais ce chiffre est faussement gonflé puisqu’en réalité il est de 800 000 francs. Un écart qui reflète le flou qui règne en ce moment autour du club. »


LE RECRUTEMENT

« Ca m’a surpris lorsque l’on a parlé de gros recrutement ou de recrutement spectaculaire »

- Teddy Citadelle était au chômage, il n’a pas été gourmand, c’est une excellente affaire pour le club. En plus c’est un garçon adorable et travailleur. »

- Gilles Occansey, il est presque venu pour le plaisir du jeu et quand il a signé, il avait arrêté depuis un an. »

- François Renaux, tu as eu raison de le mettre dans les meilleurs espoirs, il est vraiment bon. Lui non plus n’a pas coûté grand chose, il sort d’espoir. Le deal avec lui c’est qu’au plus tard dans 2 ans il signe pour un club de haut niveau, il a le niveau pour. »

- Cheikou N’Diaye, c’est le seul qui était cher. En plus il n’était pas adapté à notre jeu. On avait fait un marché ensemble, je lui ai laissé 4 semaines pour qu’il se remette en forme mais ça n’avançait pas. On avait établi un jeu rapide avec un gros pressing défensif mais ça ne lui convenait pas. Il a du métier, de l’expérience mais son jeu n’était pas adapté au nôtre. C’est dommage car c’est un garçon que j’ai déjà eu sous mes ordres à La Rochelle et franchement il a d’énormes qualités. »


LA MUNICIPALITE ET LES SPONSORS

« La ville de Souffelweyersheim n’a pas été à la hauteur. Ils ont voulu donner au basket autant qu’aux autres, alors que les autres sports sont à un niveau beaucoup plus faible. »

« Le club est otage de la municipalité. 23 ans de N3, 1 an de N2 et pour certains c’est l’aboutissement, c’est pour ça que j’ai dit que le club était parti pour végéter en N2. Certains, sous prétexte que l’on joue en N2, se disent que ce n’est plus la peine d’avoir de l’ambition. Pourtant on a un potentiel incroyable avec cette équipe. La génération que l’on a est talentueuse. »

« Le soir d’un conseil, une élue a même été jusqu’à dire que si on voulait de l’argent on pouvait toujours en demande à Kettler, que c’était eux les sponsors ! Ce n’est pas une réaction de quelqu’un qui veut aider son club. Si on connaît Souffel aujourd’hui c’est pourquoi ? C’est grâce à son équipe de basket-ball ! »


LE CLUB

« Si je suis venu à Souffel, en N3, c’est parce que l’on avait un projet. Il y a de l’engouement autour de ce club grâce à ce projet, comme la SIG va mal on parlait de plus en plus de nous dans les journaux, la mayonnaise était en train de prendre. »

« Mais j’ai bien vu que quelque chose n’allait pas, on a fait une réunion pour l’équipe première où on avait déjà planifié le recrutement pour l’année prochaine. Des excellents joueurs avaient déjà donné leurs accords. En plus ce club a un excellent président, un bon directeur sportif mais ils ont été mal conseillés. »

« Le projet pour lequel je suis venu, pour lequel j’ai arrêté l’entreprise que j’avais créée ce n’était pas la montée en N2 et puis on végète. Alors je les ai prévenus, j’ai dit que si ça continuait comme ça j’allais démissionner. Ils ne m’ont pas écouté alors j’ai pris la décision qui s’imposait. »


LES PROJETS

« Je pourrai rebondir d’ici peu de temps, peut-être pas en France. J’ai des contacts en Suisse, près de Genève. Le basket n’y est pas aussi développé qu’en France. Ca pourrait être très intéressant. J’ai une proposition d’un club pro, je ne sais pas encore ce que je vais décider. Moi qui avais décidé de prendre un peu de recul, je constate que j’intéresse encore quelques clubs et quelques dirigeants. »


Cette interview a été réalisée début janvier, elle n’a pas été mise en ligne tout de suite pour des raisons d’éthique. Supportant Le Mée MVS, je me voyais mal diffuser un article par rapport à l’ex-entraîneur du club de BCS Kettler peu avant leur rencontre.

Cette interview n’a pas pour but de répondre aux diverses attaques qui ont été écrites sur le forum. Simplement je voulais connaître les vraies raisons d’une démission qui fut un tournant de la saison pour le promu alsacien.

En espérant pour le club que les conséquences de cette démission soient enfin digérées, en espérant pour les supporters qu’ils comprennent un peu mieux ce qui s’est passé, en espérant pour Stéphane Jung qu’il retrouve un club à la mesure de sa passion, je vous souhaite un bon week-end.

Merci encore à Stéphane Jung pour les réponses qu’il a bien voulu me confier.

info portfolio

Renaux