jeudi 14 novembre
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Nationale 2 & 3 > N2 - Boulazac : Interview de Jérôme Lavis

N2 - Boulazac : Interview de Jérôme Lavis

jeudi 15 mai 2003, par Christophe Blandin

Le meneur de jeu de Boulazac, Jérôme Lavis (1,82 m, 27 ans), est arrivé l’été dernier dans l’ambitieux club de Boulazac après une saison difficile à Sablé. Au sein d’un effectif très copieux et très costaud pour la N2, Lavis a apporté toute son expérience et ainsi contribué à la magnifique saison de son club qui accède à la N1 après n’avoir encaissé qu’une seule défaite lors du championnat. En course pour le titre de champion de France de N2, Lavis et ses partenaires recevront samedi prochain Saint-Vallier pour tenter d’effacer les 2 points concédés au match aller.

Basket Info : Peux-tu tout d’abord nous présenter ton parcours jusqu’à ton arrivée à Boulazac l’été dernier ?

Jérôme Lavis : Issu du village de Seyches (47) où j’ai joué jusqu’à 18 ans, j’ai alors intégré le centre de formation du TOURS Basket Club (ProB), ce qui m’a permis de disputer un All Star Game espoirs (en compagnie, déjà, d’un certain Cédric Bertorelle), et d’avoir un temps de jeu conséquent avec les pros (merci à
Olivier Cousin, aujourd’hui coach de Quimper (N1)). Un dépôt de bilan imminent m’a empêché de poursuivre l’aventure professionnelle, et j’ai donc rejoint mon coach à Hagetmau-Doazit-Chalosse (N1), où je suis resté 3ans... Puis la Pro A suisse, au Basket Olympique Lausanne, où j’ai pu disputer une coupe Korac... Le basket (et le sport en général) n’étant pas très populaire chez les Helvètes, et l’éloignement m’ont poussé à revenir en France, où le Sablé Basket(N1) s’est montré intéressé... et enfin L’Union sportive Périgord Boulazac, où j’ai "signé" deux ans...

Basket Info : Peux-tu nous expliquer les raisons qui t’ont poussé à rejoindre Boulazac à l’issue de ta saison à Sablé ?

Jérôme Lavis : Ma saison à Sablé ayant été humainement très difficile, pour des raisons que je ne juge pas opportun de rédiger ici (les départs et
bouleversements d’effectif annuels au Sablé Basket parlent d’eux-mêmes), j’ai souhaité intégrer une structure saine et ambitieuse, dussé-je descendre d’une
division... L’USPB présentait toutes ces garanties, en plus du rapprochement avec ma famille et mes amis (la Dordogne étant limitrophe du Lot&Garonne). Le
coach A.Ricoux cherchait un joueur de mon profil et, puisque ma saison à Sablé s’est terminée au 1er mars, c’est donc très tôt que j’ai pu "enchaîner" sur du concret.

Basket Info : Outre ton expérience de la N1, que penses-tu apporter à ton équipe ?

Jérôme Lavis : Il faut demander à mes coaches et mes coéquipiers..

Basket Info : Parlons maintenant de cette saison 2002-2003. Quelle a été selon toi la principale force de ton équipe ? Un effectif très complet ?

Jérôme Lavis : Les forces de l’USPB sont multiples. Tout le monde, des "staff" dirigeant technique et médical jusqu’aux bénévoles très actifs, en passant par les joueurs et notre formidable public, fait de son mieux pour tirer le club vers le haut. Il y a certes un effectif très complet, mais toutes les composantes
du club se sont avérées être très compétitives tout au long de la saison.

Basket Info : Comment avez-vous réussi à gérer le fait d’être le grand favori de votre poule sachant que vous étiez ainsi très attendus dans toutes les salles lors de vos déplacements ?

Jérôme Lavis : C’est simple : en respectant chaque adversaire, match par match, en essayant de produire du jeu sur 40 minutes. Les joueurs des années précédentes, habitués aux 2ème et 3ème places, ont aussi su tirer les leçons des échecs passés, en se concentrant sur TOUS les matches...

Basket Info : Que pensais-tu du duel à distance qui vous opposait à La Rochelle qui a finalement résisté jusqu’au match retour ?

Jérôme Lavis : Les deux clubs ayant annoncé très tôt leurs ambitions de N1, il n’y a pas eu d’effet de surprise, et après le match gagné chez eux, nous avons pris l’avantage psychologique -et mathématique- assez tôt, d’autant plus que nous les avions déjà battus en pré-saison, en faisant comme eux, jouer les cadets.. De plus, alors que nous montions en régime, Rupella semblait
s’émousser quelque peu, si l’on en juge par leurs courtes victoires avant le match retour (+1 à Mérignac, notamment). Tout cela a forcément joué en notre faveur...

Basket Info : Quelle a été ta réaction après votre victoire sur La Rochelle lors du match retour dans votre salle qui vous assurait quasiment la montée en N1 ?

Jérôme Lavis : La réaction a été inoubliable, une communion avec les 2500 personnes présentes pour l’occasion, une grosse satisfaction, peut-être trop grosse quand on regarde la suite, où nous nous sommes complètement relâchés..

Basket Info : Attribues-tu la défaite qui a suivi à Cahors à un relâchement général de l’équipe ? Est-ce que cela a été une déception de ne pas finir le championnat invaincus ?

Jérôme Lavis : Relâchement, c’est certain, car on ne voyait pas comment louper cette N1 tant convoitée, avec 4 matches à disputer et 3 victoires d’avance sur notre dauphin, mais aussi l’absence de Cédric Bertorelle, un arbitrage des plus partiaux (on a fait la 2ème mi-temps sans coach !)... Cela reste un regret, mais
être invaincu n’était pas une fin en soi, seule la Nationale 1 l’était. Nous avons d’ailleurs officialisé la montée au match d’après, donc c’est un mal pour un bien.

Basket Info : Vous venez de vous incliner de 2 points à Saint-Vallier lors du match aller des demi-finales de N2 (seulement votre 2ème defaite de la saison...). Avec le match retour dans votre salle, vous partez favoris pour accéder à la finale de N2. Que faudra-t-il faire pour remonter ces 2 petits points ?

Jérôme Lavis : Jouer 40 minutes, et non pas 28 ! Nous étions à +25 à 12 mn de la fin, et même si, là encore, il y a beaucoup à dire sur l’arbitrage (19 marchers, des anti-sportives oubliées, des violations de 5 sec. aux LF...), nous sommes les premiers responsables de n’avoir pas su "plier" le match.

Basket Info : A ce propos, le titre de champion de France de Nationale 2 fait-il partie de vos objectifs ou considérez-vous cela comme un bonus ?

Jérôme Lavis : Les deux ! C’est bien sûr du bonus, la N1 étant acquise, mais c’est notre objectif à court terme, un titre de champion de France ne se présentant pas tous les jours dans une carrière sportive... Pour notre public aussi, nous nous devons de jouer jusqu’au bout.

Basket Info : Kelvin Howell vient récemment d’être élu MVP étranger de Nationale 2 par les visiteurs de Basket Info. Peux-tu nous en dire davantage sur cet intérieur et nous dire si, pour toi, cette élection est justifiée ?

Jérôme Lavis : Kelvin Howell, c’est 206 cm et 110 kgs incroyablement athlétiques. Par respect pour les Américains des autres poules, que je n’ai pas vus évoluer, je ne peux garantir que cette élection soit justifiée -elle est de toute façon relative- mais ses 18 pts, 13 ou 14 rbds, 3 contres/match dans l’équipe qui a
gagné le plus de rencontres en N2, alliés à son jeu hyper-spectaculaire en font un sérieux "client" pour cette élection. Méritée...

Basket Info : Cédric Bertorelle, Pierre Bonneau, Rémi Conderanne, David Cilly, Frédéric Méline, Pierre Sagot, Stéphane Wagner... L’effectif de Boulazac est donc très bien fourni. Pourrais-tu nous présenter rapidement chacun des joueurs ?

Jérôme Lavis :
- David Cilly (int, 22 ans) : Très gros physique, gros défenseur. A progressé à chaque match, et progresse encore. Un double-double (ou presque) à chaque match -grosso modo 14 pts-10 rbds-. S’est "installé" dans le 5 de départ.

- Frédéric Méline (int, 25 ans) : "l’opposé" de Cilly. Pas de grosses qualités physiques (2m assez mobile tout de même). Intelligent dans le jeu, avec une capacité à s’éloigner du cercle (45% environ à 3pts, le plus adroit de l’équipe !!).

- Pierre Bonneau (int, 32 ans) : le leader moral du groupe. Gros impact sur le groupe (avec une détermination et une envie toujours présentes), destabilisateur pour l’adversaire, une intelligence de jeu évidente tirée de son expérience du basket pro.

- Pierre Sagot (ailier, 31 ans) : Le capitaine. Gaucher, puissant, féroce attaquant, aime les responsabilités... Lui aussi a été pro.

- Cédric Bertorelle (ailier, 25 ans) : Berto (!). Des fondamentaux maitrisés, sait tout faire sur un terrain. Gros mental, meilleur scoreur du groupe (20pts/match), son absence depuis La Rochelle (entorse avec arrachement
à la cheville) se fait sentir.

- Rémi Conderanne (ailier, 24 ans) : Gaucher, une capacité évidente à shooter de loin, a su sortir du banc pour faire quelques cartons (26 pts face à Mérignac, notamment). A progressé mentalement sur la fin de saison. Impeccable humainement dans un groupe.

- Stéphane Wagner (meneur/2ème arrière) : très gros physique, excellent défenseur, bon shooteur à 3 pts.. A pris de l’assurance au poste de meneur, et s’est éclaté en 2ème arrière (notamment à La Rochelle). Grosse saison.

- Les cadets : Adil Guerrouani, Thomas Massoubre, Bertrand Magne, qui tournaient sur la dixième place, ont permis au coach de préparer de vraies séances d’entraînement. Sont tous rentrés en jeu et ont tous "scoré" cette saison, et -je crois- pris du plaisir.

Basket Info : Que réponds-tu aux personnes qui disent que votre succès n’est du qu’à votre important budget (336 000 euros) ?

Jérôme Lavis : Je ne réponds pas, je les laisse parler... Qu’ils viennent s’entraîner avec nous tous les jours... A noter que seul l’Américain est professionnel, tous les autres ayant un travail.

Basket Info : En Nationale 1 la saison prochaine, quel sera l’objectif de Boulazac ?

Jérôme Lavis : Modestement, nous viserons le maintien, ce qui est déjà un objectif intéressant, dans la mesure où le niveau de jeu de la nationale 1 n’a cessé
de progresser ces derniers temps, et va continuer de le faire... Je signe dès aujourd’hui pour une 8ème place. Dans cette optique-là, notre public devrait être un précieux allié l’année prochaine..

Basket Info : Au niveau de l’effectif, y a-t-il beaucoup de changements à prévoir ou le groupe va-t-il être globalement conservé et renforcé par 2 ou 3 éléments ?

Jérôme Lavis : "On ne change pas une équipe qui gagne". La formule n’est pas de moi, pas même de Mr Gensou, le président, qui l’a prononcée, mais elle répond bien à cette question... La saison n’étant pas finie, et la partie recrutement n’étant pas de mon ressort, je n’ai pas de scoop à ce sujet... Tout juste parle-t-on d’une ou deux arrivées en Dordogne...

Basket Info : Quelle est l’ambition du club de Boulazac (qui va d’ailleurs prochainement devenir le BBD, Boulazac-Basket-Dordogne, avec un soutien accru du Conseil Général) à plus long terme : parvenir à l’élite professionnelle ?

Jérôme Lavis : Je ne maitrise pas tous les tenants et aboutissants de la politique sportive environnante, mais pour un village de 6000 habitants seulement, un
département qui compte Trélissac (football) au plus haut niveau amateur, et le CA Périgueux (rugby) en pro D2, je pense que se pérenniser au plus haut niveau amateur et représenter le basket Aquitain aux quatre coins de
l’hexagone (comme réussit à le faire depuis près de 15 ans le Valence Condom GB) est un objectif à moyen terme qui ne manque pas d’ambition..

Basket Info : Enfin, que penses-tu du site Basket Info ?

Jérôme Lavis : Comme je l’ai déjà écrit, je trouve l’initiative de ce site très intéressante... Je viens -et continuerai- à venir m’informer sur Basket Info, notamment sur le basket amateur, assez bien rédigé par des intervenants appliqués... Longue vie à Basket Info..!!!

Basket Info : Si tu as un message à faire passer ou si tu souhaites ajouter quelque chose, n’hésite pas...

Jérôme Lavis : J’ai entendu tout et n’importe quoi sur l’USPB (jalousie ?) cette saison... Des arbitres m’ont souvent parlé "d’avantage" (tant qu’on ne perd pas
la balle...) comme au foot... J’espère que l’arrivée du Boulazac Basket Dordogne en N1 nous permettra d’être considérés comme les autres, à savoir une association de personnes qui bossent -très- dur pour porter haut les
couleurs de son club, sa ville et son département... Amitiés sportives.