jeudi 19 septembre
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Nationale 1 > N1 : Interview d’Alexandre Crasnier (Angers)

N1 : Interview d’Alexandre Crasnier (Angers)

samedi 3 mai 2003

Alexandre Crasnier est un ailier d’Angers en Nationale 1, équipe promue en Pro B la saison prochaine. A un match du terme du championnat, il nous confie son envie de progresser et revient sur la brillante saison de son équipe.

Basket Info : Vous êtes un joueur d’Angers en N1 un peu méconnu avouons-le : pouvez-nous nous raconter votre parcours dans le basket hexagonal ?

Alexandre Crasnier : J’ai toujours joué à Angers, cela fait 12 ans maintenant. Je suis passé par les cadets France, les espoirs, les séniors 2
et cela fait maintenant deux saisons que je joue avec l’équipe une.

Basket Info : Vous êtes donc un pur produit d’Angers. Vous représentez en quelques sortes le travail de formation du club ?

Alexandre Crasnier :En quelque sorte car j’ai intégré une SSl pendant le collège (5ème et 4ème) et ensuite j’ai été sur Nantes en pôle espoir en 3ème.

Basket Info : Parlons un peu de la saison d’Angers, après une premiere saison convenable en N1, le club retrouve la Pro B suite à une brillante saison. Quel a été votre rôle dans cette équipe ?

Alexandre Crasnier  : Au poste d’ailier, j’ai aidé à faire reposer certains joueurs et j’ai surtout été utilisé en tant que shooteur. Je suis le jeune du groupe, j’ai donc essayé d’apporter ma fougue pendant les entrainements et les matchs, et puis je suis d’Angers
donc j’ai aidé les nouveaux à prendre des repères au niveau de la ville.

Basket Info : Votre temps de jeu a été multiplié par 1,5 par rapport à la saison derniere. Etes vous satisfait de votre progression ?

Alexandre Crasnier : La saison passée nous étions 5 ailiers donc c’était dur d’avoir du temps de jeu, même si mon coach m’a fait confiance de suite. C’est cette confiance de la part du coach et de mes partenaires qui m’a permit de m’améliorer et vu que cette année nous étions 5 ailiers sur 3 postes de jeu, j’ai été plus responsabilisé. Donc pour répondre à votre question, oui je suis satisfait de cette progresssion et j’ai envie de continuer à progreser et je pense que cela va plus vite lorsque l’on joue.

Basket Info : Est ce que vous vous entendez vous mieux avec les jeunes du groupe (Maxime Smagge,etc) qu’avec les plus "vieux " ?

Alexandre Crasnier : Il n’y a pas de différence entre les joueurs, on s’entend tous très bien et on fait des soirées entre nous ce qui a permis de resserrer les liens. et puis les "vieux" ont su rester jeunes dans leur tête ce qui fait que l’on s’entend bien ensemble.

Basket Info : Le fait des jouer avec des joueurs comme Mickael Hay par exemple apporte-il beaucoup dans votre progression ?

Alexandre Crasnier : Vu que je suis le jeune de l’équipe, on m’a donné beaucoup de bons conseils, après c’est vrai que Mickael HAY a su m’apporter ainsi qu’à tout le groupe son expérience de la ProA et son professionnalisme. c’est également notre capitaine et son influence est venue d’elle même car il a su tous nous unir, il connait bien le jeu pour avoir eu des bons entraineurs tel Philippe HERVE et il a su nous en faire part.

Basket Info : Pensez-vous que c’est plus grâce au collectif fort de l’équipe plutôt qu’aux individualités que vous êtes montés ?

Alexandre Crasnier : Je pense que notre collectif a fait notre force car il y a des équipes qui peuvent nous gêner et nous faire douter et le fait de s’appuyer sur un collectif bien rodé notamment défensivement nous a aidé à gagner des matchs que l’on aurait pu lâcher si nous n’avions pas eu ce collectif. Nous avons de très bonnes individualités dans l’équipe et ces joueurs ont su se mettre au service de l’équipe sans se soucier de leurs propres statistiques.

Basket Info : Parlons du championnat, une fois la montée assurée, vous aviez une grande chance de remporter le titre, mais vous avez perdu de 26 points chez votre concurrent direct la semaine dernière. Que s’est il passé ?

Alexandre Crasnier : Nous avons un groupe réduit depuis plusieurs semaines. De mon côté j’était blessé et Maxime Smagge a été arrété lui aussi. Il n’y avait plus de rotation sur les postes extérieurs ce qui a entrainé de la fatigue. De plus les entraînements ne se faisaient plus en 5 contre 5 ce qui est relativement génant.
Ensuite Rouen a une belle équipe et ils ont su rentrer dans le match très motivés et ils ont également su nous bousculer. Enfin après un 34-15 dans le premier quart temps, c’est dur de revenir. Rouen a su gérer la suite du match comme il le fallait.

Basket Info : Pensez-vous que le titre est encore jouable ?

Alexandre Crasnier : Il y a toujours une chance même si elle semble infime. Mais on va la jouer à fond tout en espèrant une défaite de Rouen.

Basket Info : A la lecture du classement, on remarque que vous êtes la seconde défense du championnat, le coach (Bertrand Van Butsele) insiste beaucoup sur ce point de jeu aux entrainements ?

Alexandre Crasnier : Oui, on travaille beaucoup la défense car Bertrand a cette philosophie selon laquelle ceux qui sont toujours les meilleurs défenses sont dans les 1ers du championnat, et cette année cela se vérifie une nouvelle fois puisque ce sont les 3 meilleurs défenses qui sont aux 3 premières places

Basket Info : Recemment vous vous êtes inscrit dans la rubrique emplois de BasketInfo. Vous recherchez un club de N1 pour la saison prochaine. Est ce que vous pensez ne pas pouvoir vous imposer en Pro B où est-ce que votre club vous a indiqué qu’il ne comptait plus sur vous ?

Alexandre Crasnier : Mon club ne m’a pas encore vraiment indiquer s’il voulait me conserver ou non. Cela dépendra du recrutement qui sera fait. Ensuite j’aimerais aussi un peu connaître comment cela se passe ailleurs et comme je l’ai dit plus haut, c’est en jouant que l’on apprend le plus. Vu que je jouerais plus en N1 qu’en Pro B je me suis inscrit et puis on ne sais jamais si un club me propose un projet vraiment intéréssant ...

Basket Info : Voulez-vous absolument jouer en N1 ou est-ce qu’un club ambitieux de N2 pourrait vous séduire ?

Alexandre Crasnier : Effectivement un club de N2 peut également être intéréssant mais vu que les prêts peuvent se faire jusqu’à 23 ans en N1 et que je rentre encore dans ces quotas, je préfére en profiter. J’essais d’abord de trouver un club de N1 et après pourquoi ne pas jouer dans un club ambitieux de N2.

Basket Info : Si j’ai bien compris, pour résumer, vous ne souhaitez que 2 choses, progresser tout en ayant un temps de jeu supérieur et découvrir une autre ville ?

Alexandre Crasnier : Oui, c’est à peu près ça, ce que je veux c’est surtout continuer à progresser tout en me faisant plaisir, et pouvoir ensuite avoir le meilleur niveau possible.

Basket Info : La nationale 1 est très ingrate et un statue discutable. Elle est officiellemment amateur mais des contrats pros sont autorisés. Pensez-vous qu’une nationale 1 professionnelle ferait évoluer le basket français dans le bon sens ?

Alexandre Crasnier : Le problème qui pourrait se poser c’est que beaucoup de clubs de N1 ne sont pas prêts et équipés pour passer à un status professionel. Après si ces clubs parviennent à se professionaliser pourquoi pas ? Je ne sais pas si cela fera évoluer le basket dans le bon sens pour autant car il y a encore beaucoup de choses à changer comme les charges sociales qui sont énormes par rapport aux autres pays, ou encore le problème de formation des jeunes qui se retrouve sans
rien une fois leurs années espoirs teminées.

Basket Info : C’est quand même difficile pour un club amateur de faire des déplacements dans la france entière, avec des joueurs sensés travailler à
côté du basket pour vivre.

Alexandre Crasnier : Oui c’est vrai et c’est pour ça que les clubs qui ont des joueurs qui travaillent à côté doivent partir les samedis matins parfois très tôt pour arriver à l’heure du match.

Basket Info : Il y a eu un examen pour devenir agent de joueur de basket. Est ce que vous avez un agent, ou avez vous été approché par des agents et que pensez-vous de ce métier ?

Alexandre Crasnier : Je n’ai pas d’agent, ni été appproché par aucun d’entre eux, je me débrouille seul car je peux discuter directement avec les clubs
pour m’arranger avec eux. Je pense que ce métier est quand même très utile car il nous permet de faire une demande auprès d’un agent et après il fait tout le travail de recherche pour vous.

Basket Info : Cette interview a été réalisée sur Internet. Que pensez-vous du basket francais sur le net ? Quels sont les sites que vous visitez ?

Alexandre Crasnier : Je vais sur Basketinfo, Basketzone, Basketfrance, Mvpbasket, Eurobasket et Basketcoach. C’est dommage que basketzone
soit devenu payant car c’était une très bonne source avec beaucoup d’infos.