mercredi 16 août
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Europe > Eurocup > Les Choletais dans l’enfer de la Drazen Petrovic arena

Les Choletais dans l’enfer de la Drazen Petrovic arena

mardi 20 novembre 2012, par patnba

Cholet arrive au bout de son périple français et européen. Et va trouver sur sa route un club au glorieux passé. En effet, grâce à l’arrivée de Drazen Petrovic (qui jouera par la suite aux Nets de New Jersey), le club a gagné deux Coupes des Clubs champions en 1985 et 1986, puis une Coupe des Coupes et enfin une Coupe Korac. Mais le Cibona court après ce glorieux passé car il est très mal classé aussi bien en ligue Adriatique (4 victoires, 5 défaites) qu’en Eurocoupe (aucune victoire), comme Cholet.

Photo : Alexis Réau - PB86

Arrivé au bout de leur périple (quatre matches à l’extérieur, championnat et Eurocoupe), les Choletais seraient bien inspirés de venir profiter de la mauvaise passe croate, sans quoi ils pourraient bien être éliminés après cette phase aller. Défaits en Russie, mercredi dernier, sans démériter (69-60), les Choletais avaient cédé dans le dernier quart, victimes du manque de rotation (blessures de Vebobe et Gobert). Victimes aussi, sans doute, de leur défense élastique. Le shooteur américain de Saint-Petersbourg, Patrick Beverley, s’en est, en effet, donné à coeur joie à trois points dans le dernier quart pour donner la victoire aux siens après un match poussif des Russes. Il ne faudra pas laisser passer à nouveau l’occasion si elle se représente ce mardi soir.

Les mêmes erreurs à Chalon

A Chalon, dimanche soir en championnat, les mêmes causes avaient produit les mêmes effets. Le champion de France a été poussé dans ses retranchements jusqu’au bout, mais Cholet a encore cédé (99-95). Un score inhabituel maintenant en Pro A tant les défenses sont renforcées. Les shooteurs bourguignons étant en état de grâce, bien aidés par la défense portes ouvertes de Cholet (17 sur 32 à 3 points pour les joueurs de Greg Beugnot).

Derrick Obasohan a bien débuté à Chalon

Un joueur faisait ses débuts à cette occasion : Derrick Obasohan. Satisfaisant (13 points), il a avoué n’avoir pas très bien défendu (Ouest-France du 20 novembre). Après avoir subi sûrement les méfaits du décalage horaire, le Nigérian serait bien inspiré ainsi que ses coéquipiers de serrer les rangs dans la Drazen Petrovic Arena sous peine de connaitre une autre désillusion.