jeudi 25 mai
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Equipe de France > La France corrigée à Almeria par l’Espagne (77-53)

La France corrigée à Almeria par l’Espagne (77-53)

jeudi 11 août 2011, par patnba

Quelle mouche a piqué Vincent Collet d’aller jouer un match à Almeria, dans l’antre des Espagnols, alors que la préparation est tout juste commencée ? On se le demande bien. En tout cas, est arrivé ce qui devait arriver : une déculottée. Et encore, l’Espagne a joué en roue libre pendant presque tout le match.

En effet, après trois petites semaines de préparation et deux matches joués (pour deux victoires) face aux fantômes des Canadiens pour le premier match (le deuxième vit les Nord-Américains mieux résister), ce match conclu face aux Espagnols ne s’imposait peut-être pas si tôt dans la préparation. Le coach français s’est peut-être dit que c’était la bonne occas’ parce que les Espagnols débutaient leur préparation, eux.

En tout cas, la bonne idée s’est transformée en cauchemar. Et encore, les frères Gasol ne jouèrent vraiment que le premier quart à fond. Le reste du temps, le coach espagnol fit tourner son effectif. Heureusement, sinon on aurait frôlé l’humiliation. La France, hier soir, fit peine à voir : aucun rythme, aucun jeu collectif, pas d’adresse, rien du tout.

Monclar et Cozette sur Sport+ évoquaient la préparation qui avait peut-être pesé dans les jambes. Mais les Espagnols, eux, en étaient à leur premier match. Et ils sont déjà au point. Qu’est-ce que cela va être au championnat d’Europe ? Dans ce désert, seuls Diaw, Turiaf, Parker et Gelabale tirèrent leur épingle du jeu, mais ils étaient bien seuls. Quid de De Colo qui revenait en terrain connu : on ne le vit jamais, était-il sur le terrain ? Pourtant oui. Pertes de balle, actions individuelles, mauvais choix, peu de shoots... A des lieux du joueur qui s’est illustré cette année en championnat d’Espagne avec Valence.

Quant à Noah, attendu comme le messie, il y a encore beaucoup de réglages à faire : le premier, il faudra qu’il s’adapte au contexte européen car les fautes risquent de le handicaper assez vite à voir sa façon de défendre. Du côté des points, en NBA ce n’est pas un joueur qui en met beaucoup, ce ne devrait pas changer en Europe ; il se frottera à des joueurs au moins aussi forts qu’en NBA.

Il faudra donc encore compter sur les forces habituelles du team France, c’est-à-dire Parker et Diaw, assez bons hier soir. Mais un joueur qui mérite un coup de chapeau pour ses progrès, c’est Ronny Turiaf. Hier soir, il a apporté beaucoup avec sa défense, ses rebonds (c’est habituel), mais en plus maintenant, il a enrichi sa palette offensive et il se met à scorer. Intéressant.

En tout cas, il reste du boulot. Suite de la préparation dans dix jours à Londres avec un tournoi relevé. Mais sur ce que l’on a vu hier soir, si les Français ne s’améliorent pas, leur rêve de podium pourrait s’évanouir très vite.