mardi 27 juin
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Pro A > Interview - Ismaïla Sy : "Biella est intéressé"

Interview - Ismaïla Sy : "Biella est intéressé"

vendredi 5 novembre 2004, par Christophe Blandin

Le meneur/arrière français Ismaïla Sy (1,92 m, 25 ans) est aujourd’hui sans club après un retour la saison dernière dans son club formateur de Nancy. Un retour qui s’est mal terminé lors de la Semaine des As et qui a entraîné la non reconduction du contrat de pigiste de Sy. Sy revient sur cet épisode délicat et nous indique qu’il pourrait rebondir très prochainement en Italie du côté de Biella...

Basket Info : Comment expliques-tu que tu n’aies pas encore trouvé de club au jour d’aujourd’hui ?

Ismaïla Sy : Quelque part, c’est un peu de ma faute parce que la première raison c’est que mon agent me propose des clubs qui sont en Grèce mais ça ne me tente pas trop. Parce que si tu ne vas pas dans les 3 ou 4 meilleures équipes grecques, tu peux attendre 2 ou 3 mois pour toucher ton salaire. La deuxième raison, c’est que j’ai eu des petits problèmes avec Hervé Dubuisson lors de la saison 1998-1999 et depuis ce jour là, on m’a catalogué. Et quand tu as certaines personnes qui en rajoutent une couche pour un oui et pour un non, on se dit qu’on ne va pas faire confiance à Ismaïla. Alors que je ne suis rien de tout ça...

GIF - 97.8 ko
Ismaïla Sy
De retour en Italie ?

Basket Info : Dans cette situation, comment fais-tu pour rester en forme ?

Ismaïla Sy : Je cours avec des mecs qui font de l’athlétisme. Donc je fais pas mal d’athlé pour rester en forme. Et puis le basket ça ne se perd pas.

Basket Info : De nombreux joueurs français de bon niveau (Giffa, Mélicie etc...) se retrouvent ou se sont trouvés dans ta situation. Comment expliques-tu cette situation ? Les joueurs français sont-ils trop gourmands ? Les clubs jouent-ils trop la carte des Bosman ?

Ismaïla Sy : Franchement je ne sais pas. Non, les français ne sont pas trop gourmands. Franchement tout est relatif, ils seraient gourmands par rapport à qui ou à quoi ? Je pense qu’il y a un "salaire minimum". Mais je ne pense pas que les français soient plus chers que les bosmans. Les Français qui sont dans notre situation ce sont des français de bon niveau. Quand je vois des mecs Ali (Bouziane), comme Giffa, comme Mélicie, comme N’Kembé, tous ces joueurs là, on a tous prouvé qu’on pouvait être des atouts majeurs dans le championnat. Je n’ai jamais réussi à comprendre comment un joueur qui finit meilleur marqueur français ne trouve pas d’équipe. Quand tu vas à l’étranger, c’est différent. Mais en France, les clubs ont trouvé une manie de prendre des bosmans et se dire que ça marche. Alors que, les bosman, on les voit, ils arrivent et ils repartent aussitôt. Il y a quelques années, il y avait des bons bosmans (Struelens par exemple). Il y en avait toujours un mais pas plus. Apparemment les clubs veulent continuer comme ça mais bon...

Basket Info : Tu avais indiqué que tu n’étais pas en état de jouer à la Semaine des As en raison d’une cheville douloureuse. Or Sylvain Lautié semblait penser le contraire puisqu’il avait notamment déclaré "certains qui font semblant d’avoir des bobos". Peux-tu nous dire ce qui s’est réellement passé ?

Ismaïla Sy : En fait, je me suis blessé la veille de la Semaine des As et je ne devais même pas y aller. Mais je m’étais dit je vais y aller au cas où ça va mieux. Je vais faire des soins, si ça va mieux, je joue. A partir de là, je me suis rendu compte que ça n’allait pas mieux et en tant que joueur professionnel, je me suis dit que ça ne servait à rien de jouer, je ne pouvais pas. Je pense qu’il n’y a personne de plus apte que moi à savoir si je peux jouer ou pas. Après les allusions qu’a pu faire Sylvain (Lautié) du style "je ne veux pas jouer"... comme je l’ai dit auparavant, toute ma vie j’ai rêvé de jouer au basket et il n’y avait aucune raison de ne pas jouer. Il y a la télé qui est là, il y a une finale à jouer et moi en plus je suis pigiste, donc j’ai tout intérêt à me montrer. Donc je n’avais aucune raison de ne pas vouloir jouer ce match là sauf d’être blessé.

Basket Info : Comment as-tu réagi à ton remerciement au terme de ta pige et considères-tu que les problèmes que tu rencontres aujourd’hui pour trouver un club sont liés aux propos que certains ont tenus à ton sujet ?

Ismaïla Sy : Probablement. Mais, en fait, moi je n’ai pas connu de problème. Le seul truc c’est qu’on a mis ma parole en doute. Maintenant n’importe quelle équipe, n’importe quelle personne vivante qui metterait ma parole en doute, ce serait pareil, je serais un peu fâché. C’est dommage parce qu’ils auraient pu faire les playoffs. Et après que je sois parti, c’est devenu encore plus difficile, c’est tout ce que j’ai constaté. Après ils peuvent en dire ce qu’ils veulent...

Basket Info : Finalement, que retiens-tu de ton dernier passage à Nancy ?

Ismaïla Sy : C’était sympa, j’ai revu tous mes potes donc c’était cool. Et puis, niveau basket, ça m’a plu, c’était cool mis à part le petit incident. Mais pour moi ce n’est même pas un incident d’ailleurs mais voilà. A part ça, je n’ai eu aucun problème, il n’y a pas eu de mot plus haut que d’autres, il n’y a rien eu. C’est arrivé comme ça, Nancy se trouvait un peu mal, il fallait rattraper la saison et il y a eu la Semaine des As qui est venue par là et comme ça s’est un peu mal passé, il a fallu trouver quelqu’un. Et Ismaïla il était là... et au bon moment apparemment. Je vais même finir par croire que c’était orchestré...

Basket Info : Tu as déjà connu 2 clubs italiens. Serais-tu tenté par une nouvelle expérience à l’étranger ?

Ismaïla Sy : Bien sûr. Mon agent vient d’ailleurs de m’appeler pour me dire que Biella était plus ou moins intéressé. L’Italie, ça m’a toujours plu, ça s’est toujours bien passé là-bas. Donc pourquoi pas...

Basket Info : Restes-tu malgré tout optimiste dans le fait qu’un club français ou étranger fasse rapidement appel à tes services ?

Ismaïla Sy : Franchement je ne peux qu’être optimiste. Les championnats étrangers je ne suis pas trop. Mais quand je vois le championnat français et je regarde les joueurs qu’ils ont des fois, je ne peux qu’être optimiste. Quand je vois des équipes comme Vichy, Bourg-en-Bresse qui ont des meneurs ou des arrières qui sont à -4 d’évaluation pendant plusieurs matches, je ne peux qu’être optimiste sans être prétentieux. Des fois, des clubs préfèrent avoir l’emballage mais pas le contenu.

Basket Info : Si tu souhaites ajouter quelque chose, n’hésite pas.

Ismaïla Sy : On a toujours tendance à dire que les gens changent et j’ai l’impression qu’Ismaïla lui il n’a pas le droit de changer. C’est un peu lamentable mais bon c’est ça la vie. Et puis le tout c’est d’avancer.

Basket Info : Merci à Ismaïla d’avoir répondu à nos questions. Et on espère le revoir très prochainement sur les parquets tout comme les autres français au chômage (N’Kembe, Mélicie etc...).