jeudi 19 octobre
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Europe > Frédéric Weis : la redécouverte

Frédéric Weis : la redécouverte

vendredi 4 novembre 2005

Frédéric Weis, le grand gâchis du basket français. Pas si sur... Lorsque l’on entend le nom de Weis, les adjectifs pour qualifier le joueur sont souvent très dure. « Le potentiel qui est resté un potentiel, c’est juste un nom, il est nul. On va arrêter le massacre et s’intéresser vraiment au joueur qui en ce moment s’éclate en Espagne avec son club de Bilbao. Bien sur comprendre Frédéric Weis c’est sûrement presque aussi dur que de comprendre Jérôme Moiso, on va donc juste essayer de retracer le parcours du pivot français.

Née en Moselle, il est passé par le Creps de Nancy. L’INSEP en même temps qu’une certaine Amélie Mauresmo. Et après avoir fait ces classes dans l’usine à champion fédéral. La rencontre avec son premier amour : Limoges. Il dit même à l’époque : « Si j’avais vraiment le choix et que ma carrière passait par là, je signerai 15 ans à Limoges sans aucun regret. C’est ma ville et je m’y plait énormément. » Pivot du système Maljkovic, joueur dominant du championnat de France, membre de l’équipe Limougeaude millésime 2000, qui à remporté la coupe Korac, le championnat et la coupe de France sous les ordres d’Ivkovic. Tous ceci avec le CSP.

Un an avant Sydney et le triplé Cercliste, il est drafté par les Knicks à la 15e place. A la clé un contrat de 5,4 millions de dollars sur 4 ans et la place de Patrick Ewing « himself » laisser vide, à combler. (elle est toujours vacante...) « Je pense qu’il vaut mieux pour moi et les Knicks d’attendre au moins un an. Je suis sûr de vouloir aller en NBA, mais je veux être opérationnels d’entrer. » Déclara-t-il. Il a traversé une fois l’atlantique après la draft, c’était après 5 mois d’arrêt (hernie discale) accompagné de son agent -de l’époque- Didier Rose. Avec le débardeur des Knicks il participa à une summer league à Boston. En 4 matchs, il marqua 4,5 points (tirs : 8/18 LF : 2/5), pris 3,3 rebonds, perdis un ballon et fit un contre par match. Il est parti deux matchs avant la fin de la summer league pour pouvoir démarrer la préparation avec son coach, Mr Dusko Ivanovic. Dans une récente interview accordé au site américains hoopshype.com il dit : « Avec un soupçon de chance, je pourrai me faire une place dans la ligue ». La NBA est elle dans son dos ? Ce qui est sur c’est qu’elle passé par-dessus sa tête. Et l’intéressé déclare : « je n’ai rien fait, si Vince Carter arrive à sauter par-dessus moi alors il peut sauter par-dessus tous le monde »

Après les années CSP, une médaille Olympique autour du coup, Fred s’envole à l’étranger. Première tentative, le PAOK. Echec, puisque il n’est pas payé, les grecs ont les poches vides. C’est à Malaga qu’il pose finalement ses valises Erasmus. Quatre ans avec Maljkovic, à faire des allers retour entre les raquettes espagnoles. 508 points, 645 rebonds et 160 contres en ACB avec Unicaja. Un titre de meilleur défenseur en 2001 et des blessures. Beaucoup de blessures, qui l’empêchèrent de jouer tous simplement. Le basket blase Fred, il en fait juste son métier. Il quitte Malaga et signe à Bilbao en 2004. Club promu d’ACB avec qui il espère retrouver goût au jeu. Première saison mi figue mi raison. Une question lui est posée. L’équipe de France cet été à Belgrade ? « Je suis partant pour pas venir » Voilà qui est dit clairement. Le corps de 2m18 a besoin de repos pour pouvoir attaquer une deuxième saison avec Bilbao.

Avance rapide, Claude Bergeaud a appelé en dernier recours Weis pour l’Euro 2005 qui accepté. Tony Parker critique ce choix, Fred « l’homme le plus gentil de la terre » vient s’expliquer avec Tony, tout est réglé et c’est parti pour le premier tour qualificatif catastrophique que l’on connaît. On est le 20 septembre très peu de personne croient en la victoire de l’équipe de France contre la Serbie. Compréhensible... 5 jours plus tard, un tir de Diamantidis et une médaille de bronze, Frédéric le sourire jusqu’aux oreilles aime de nouveau le Basket. Bien sur les stats ne sont pas gargantuesques, mais Weis n’est pas un homme de statistique. Par contre c’est un pivot de 2m18 qui a retrouvé l’envie de jouer au Basket.