mercredi 29 mars
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Pro B > Finale Pro B : La consécration pour l’Entente Orléanaise

Finale Pro B : La consécration pour l’Entente Orléanaise

dimanche 18 juin 2006, par Aurélien Hipp

Orléans monte en Pro A grâce à une finale gérée de main de maître du début à la fin. La défense châlonnaise si réputée a explosé et a même subi l’efficacité de celle de son adversaire, évitant de justesse l’humiliation d’un quart-temps sans aucun point inscrit. L’EO45 accompagne donc Besançon en Pro A et continue de se construire au plus haut niveau...

1er Quart Orléans-ESPE : 23-15

2 fautes pour commencer ce match qui s’annonce très tendu. Orléans ouvre cependant les hostilités par Ben Dewar et affiche d’entée sa volonté de jouer rapidement. Chery répond par un panier à 3pts mais Ahmed Fellah confirme toute la mainmise qu’il a désormais pris sur son équipe. D’un drive autoritaire, il remet son équipe devant.
L’ESPE recherche en priorité Zach Moss, énorme en playoffs, mais dont la 1ere tentative sera infructueuse. "Not in my house" lui répond Moko Kante, qui lance BJ McFarlan en contre-attaque. Ben Dewar enfonce le clou à 3pts, François Péronnet, meilleur coach de Pro B cette année et pourtant sur le départ, doit déjà arrêter le jeu une première fois (11-3). Parfois critiquée pour son jeu offensif déficient (pendant d’une défense performante mais très exigente), l’ESPE est en difficulté en attaque dans ce début de match, ce que ne masque pas le premier panier de Tchicamboud (16-6). Cependant, l’ESPE a prouvé tout au long de la saison et qu’elle ne lâchait rien. Tchicamboud remet le couvert et rapproche son équipe (19-9).
Alors qu’Orléans impose son jeu rapide, Châlons trouve enfin la faille en attaque. Bernard (3pts) puis Picardo (interception et contre-attaque) rapprochent l’ESPE qui peut toujours y croire mais pour qui il semble tout de même compliqué de résister au potentiel offensif d’Orleans.

2e Quart Orléans-ESPE 40-30

Le match s’équilibre après un départ franchement orléanais. C’est au tour des marnais d’essayer de jouer vite, mais sans véritable efficacité. L’écart grandit au contraire, sur un panier de Blot qui remet l’ESPE la tête sous l’eau (32-20).
Le combat tactique démarre alors. La 1-3-1 sortie par François Péronnet semble perturber l’EO 45 qui rate 2 shoots et perd 2 ballons en 4 actions. Si le rapproché au score n’est pas encore effectif, l’énervement gagne légèrement les rangs des favoris Orléanais, qui conservent donc leurs 9pts d’avance (32-23). La qualité du match baisse d’un cran, les deux équipes ne parvenant à marquer sur des exploits individuels, peu nombreux en comparaison des tirs faciles qui s’offrent aux joueurs... Les lancers ne rentrent plus (Fellah 0/2), et c’est au contraire la zone-press de l’ESPE qui fonctionne, Picardo réalisant son deuxième « steal » du match pour ramener les siens à 4pts (34-30).
C’est le moment que choisit Ben Dewar pour refaire parler de lui, il plante son 2e panier longue-distance du match et ajoute 1 lancer à 5sec du buzzer pour permettre à son équipe d’augmenter légèrement l’avance acquise au bout de 10 minutes. Orléans est alors à 20 minutes de la Pro A, et les 4000 Orléanais font presque oublier que la salle s’est vidée à moitié.

3e quart Orléans-ESPE 53-44

Momo Kante a décidé de faire le ménage dans la raquette ! 2 contres monumentaux repoussent les premiers assauts châlonnais mais ces derniers refont surface et par Zach Moss reviennent à 4pts. Et même 1 seul petit point après un bon move de Karim Ouattara, enfin en réussite après plusieurs échecs dans le 1er acte. Philippe Herve n’aime évidemment pas ça, et demande son 1er temps-mort en seconde mi-temps. L’Entente se ressaisit alors en infligeant un 7-0 à son adversaire pour reprendre une avance plus confortable (48-40). Steed Tchicamboud met fin à la série orléanaise mais la formation de Philippe Hervé parvient à conserver son avantage jusqu’au terme du 3ème quart-temps (53-44).

4e QT Orléans-ESPE 68-47

Signe que le money-time approche, les deux équipes sont à nouveau gagnées par la nervosité. Aucun point n’est marqué pendant 3 minutes, John Rosendahl dissuade Wayne Bernard de revenir rôder dans son secteur avec un contre monumental et dans le duel Bernard, c’est Laurent qui prend une longueur d’avance, imité par Johan Blot, doigt pointé vers les supporters qui commencent à sentir que la consécration est proche (59-44). Comme en première mi-temps, les châlonnais connaissent un trou offensif et restent bloqués à 44 pendant plusieurs minutes, pendant qu’Orléans continue d’avancer. Il reste 3 minutes, Orléans est déjà en Pro A et Ahmed Fellah lance la fête en incitant les supporters à faire encore, toujours, plus de bruit.

Il est temps pour Philippe Hervé de lancer Oyono et Bah, pour les faire participer à la fête, alors que le match est déjà joué. Cela tourne à la démonstration avec un 3pts de Ted Berry. Alors qu’il ne reste qu’une minute à jouer, l’ESPE n’a toujours pas inscrit le moindre point !!! C’est finalement Karim Ouattara à 3pts qui évite le pire à son équipe pour clore le score d’un match où l’ESPE aura continuellement subi la loi d’une équipe orléanaise plus forte et plus complète. C’est aussi la fin d’une saison un peu floue pour un club qui n’a à ce jour quasi plus de joueurs et plus de coach.

L’affrontement entre l’élève (François Péronnet) et le maître (Philippe Hervé) aura finalement tourné à l’avantage du second, mais les deux hommes se retrouveront pour les duels entre Orléans et la JL Bourg en Pro A.

Les supporters orléanais, venus en grand nombre, font la fête avec leurs joueurs dans un Bercy dont on pourrait croire qu’il est toujours plein à craquer. Orléans a franchi une marche supplémentaire dans son projet de faire du club une place forte du basket. La bannière « Semaine des As 2008 à Orléans » brandie par les supporters en était un signe supplémentaire...