lundi 23 octobre
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Europe > Euroligue > Euroligue : Hollis Price et Vilnius abattent Le Mans (83-77)

Euroligue : Hollis Price et Vilnius abattent Le Mans (83-77)

jeudi 8 novembre 2007, par patnba

On n’est jamais mieux trahi que par les siens. Le meneur de jeu américain Hollis Price, qui avait laissé un souvenir impérissable lors de son passage au Mans, s’est rappelé au bon souvenir des Sarthois. C’est lui, en effet, qui, presque à lui tout seul, a sonné le glas des espoirs manceaux dans cette rencontre encore une fois perdue tout à la fin. Cela devient malheureusement une habitude.

Pauvres Manceaux ! Ils croyaient bien avoir fait le plus difficile en revenant à hauteur de leurs hôtes du soir dans le dernier quart-temps. Mais un ex-très bon pensionnaire du club leur a coupé l’herbe sous le pied. C’est, en effet, leur ancien meneur d’il y a quelques saisons, Hollis Price, joueur très apprécié en Sarthe, qui les a crucifiés en fin de match par ses paniers à trois points (25 pts, 8 sur 12 dont 5 sur 9 à 3 pts, 4 sur 4 aux lancers, 6 passes et 2 interceptions, excusez du peu).

Que faire face à ces Lituaniens, une fois de plus possédant un effectif à faire pâlir toutes les équipes de Pro A. Quand on sait que, en plus, le gaucher Chuck Eidson, ancien très bon Strasbourgeois la saison dernière, faisait sa rentrée hier soir (15 minutes, 9 pts, 2 rebonds et 4 interceptions). Le Mans a pourtant fait bonne figure une fois de plus. Avec encore une fois l’impression que cette équipe monte vraiment en puissance. Mais, souvent, sur une rencontre serrée, cela se joue à quelques détails. Détails qui malheureusement n’ont pas été maîtrisés par les coéquipiers de Batum. Ce dernier justement qui souffle le chaud et le froid : hier soir, c’était plutôt le froid avec de la maladresse (4 pts, 2 sur 7), des choix douteux, des mauvaises passes et une intentionnelle sifflée pour simulation (sévère) au moment où le match était à 77-77 partout. Les Lituaniens en profitant pour rafler la mise.

Donc, côté manceau, des satisfactions tout de même. Et, au premier chef, un joueur transfiguré par rapport à ses premières productions. Philip Ricci qui avait interrogé Vincent Collet sur les raisons de son faible temps de jeu. Il lui fut répondu : "Défends et tu joueras !" Le joueur américain a répondu présent hier soir après son bon match samedi face au Havre : 20 pts à 8 sur 12 dont un trois points, 3 sur 3 aux LF, 3 rebonds, 4 passes. Son compatriote et ami Sam Clancy a aussi bien tenu la baraque (15 pts, 6 sur 8, 3 LF sur 5, 6 rebonds). Limonad aussi a bien tenu sa partie (14 pts, 4 sur 9, 5 passes) malgré encore une perte de balle décisive sur la fin. Bogdanovic est lui aussi plus régulier (12 pts, 5 sur 8). Mais, comme toujours, la mène a peiné : Diot, 2 pts, -2 d’évaluation ; Bokolo, 3 pts, 4 passes tout de même mais des choix douteux et des pertes de balle. Limonad fut plus heureux lorsqu’il prit les rênes du jeu. Un joueur peu utilisé hier soir : Koffi, pourtant bon en première période avec 4 pts, 3 rebonds. Mais il a payé le bon rendement des deux Américains.

La saison risque d’être longue à ce tarif-là pour des Sarthois qui ne sont jamais ridicules mais à qui il manque toujours un petit quelque chose. Dommage. Les Roannais créeront-ils la surprise ce soir à Barcelone qui est en appel ? Espérons que le match ne se joue pas encore à un ou deux points car on sait ce qu’il advient. Cela va devenir une rengaine...