lundi 27 février
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Europe > Euroligue > Euroleague : Retour sur Strasbourg - Kaunas

Euroleague : Retour sur Strasbourg - Kaunas

dimanche 5 février 2006

Jeudi soir au Rhénus Sport de Strasbourg, à deux pas du parlement européen, une équipe de basket français jouait contre une équipe lituanienne. Une opposition de styles. D’un côté, un pays réputé shooteur où le basket est roi, voire plus. De l’autre, un pays athlétique où le basket tente de garder une place plus ou moins importante dans le paysage sportif français. Un choc de culture Européenne.

Cette année, la SIG d’Eric Girard a participé pour la première fois de son histoire à la compétition reine Européenne. Pour son dernier match d’Euroleague à domicile, les joueurs de la SIG n’avaient plus rien à gagner, juste la possibilité de montrer qu’ils méritent une deuxième chance.

Kaunas, déjà qualifié pour la TOP16 avant le match, était venu à Strasbourg pour gagner histoire d’être bien placé dans la poule A. Mais outre les Lavrinovic, Ginevicius, Freeman... une grosse cinquantaine de supporters lituaniens étaient présents au Rhénus. Ils ne venaient pas tous de Lituanie. Des jeunes lituaniens qui étudient en Allemagne, des lituaniens qui travaillent en Allemagne, des Strasbourgeois d’origine lituanienne... Tous avec un drapeau, un maillot ou un tee-shirt à l’effigie du basket lituanien ! 10 drapeaux de la Lituanie grand format flottait dans les tribunes. Tous les groupes de supporters interrogés parlaient un anglais parfait, des supporters européens, quoi.


A la fin du match une partie du public strasbourgeois a bêtement sifflé les joueurs. Sans doute agacé par une énième défaite de moins de 5 points en Euroleague. C’est vrai que Strasbourg aurait pu gagner beaucoup plus de match cette saison. Mais l’expérience, le respect des arbitres, la chance ont souvent fait défaut à la SIG pour sa première expérience en Euroleague. Une autre occasion d’accumuler de l’expérience et laisser le public s’habituer aux joutes Européenne pour que l’équipe de la capitale européenne soit à sa place dans le monde magique de l’Euroleague.