mercredi 16 août
  • Facebook
  • Twitter
Accueil > News > Europe > Euroligue > Euroleague : Pau ne joue pas dans la même cour

Euroleague : Pau ne joue pas dans la même cour

samedi 14 janvier 2006, par patnba

Après avoir battu le Real à Madrid, les Palois s’imaginaient en faire autant avec l’Ulker Istanbul. Mais ils ont dû déchanter (défaite 85-95).

Les Stambouliotes d’Ulker Istanbul et les Palois n’évoluent pas dans la même cour. Après avoir été corrigé à l’aller en Turquie de plus de trente points, ils ont subi le même sort à Pau (moins 10). Après une entame de match correcte, les Palois bien emmenés par Brook Sales (14 points et 10 rebonds) s’accrochaient aux basques des Turcs. Ces derniers, bien drivés par Stefanov (13 points, 9 passes), prenaient l’avantage grâce à l’apport des bondissants Trepagnier (16 points) et Marcus Haislip (10 points et 8 rebonds).

En retrait dans le premier quart-temps, Ibrahim Kutluay et Mirsad Turkcan se réveillaient dans le deuxième. Le gominé Kutluay (22 points dont 5 sur 9 à 3 points) et l’ex-Parisien Turkcan, maladroit mais actif au rebond, permettaient aux Turcs de faire la course en tête. La mi-temps intervenait avec un léger avantage pour les Stambouliotes, les Palois s’étant repris grâce à l’apport de Cooper (17 points et adroit à 3 points), Drozdov (15 points) et Varem (9 points), ce dernier mis en demeure de se bouger par le président Seillant.

Mais la deuxième mi-temps allait voir les Turcs reprendre l’avantage. Avec des tireurs efficaces (voir Kutluay) et le rebond assuré avec Trepagnier et Haislip, les joueurs du Bosphore allaient encore être inquiétés par un bon passage de Thierry Gadou qui enchaînait plusieurs paniers pour remettre ses coéquipiers sur les bons rails. Mais ce dernier était trop seul car Cooper, excellent en première mi-temps, n’avait plus la même réussite, faisant des mauvais choix. Les pertes de balle étaient aussi trop nombreuses. Avec un Brook Sales pas au niveau de son entame de match, un Drozdov intermittent, les Palois laissaient à nouveau la feuille de match à leurs adversaires.

Manifestement, les Français n’évoluent pas dans la même cour que leurs adversaires. Quand on voit les joueurs dont ils disposent (Kutluay, Turckan, Haislip, Trepagnier) ça fait rêver. Les Turcs ne sont vraiment pas à leur place. Il reste encore un espoir à Pau pour la qualification, à l’instar de Strasbourg, mais ils devront sûrement compter sur le repêchage que constitue la sixième place pour se qualifier. Mais il n’y aura qu’un sésame. Qui saura le saisir ?